lundi, juillet 20, 2020

La France sous le soleil de Satan

Raphaël Glusckman, que je ne porte pas dans mon cœur, touite ceci :


Voici un échantillon des réponses : 

Quelques réflexions :

1) le rejet de Dieu est, tout simplement, satanique. C'est le comportement d'adolescents attardés qui rejettent l'autorité et se croient tout-puissants. On sait à quelles catastrophes mène cette démesure.

2) il y a dans la religion une dimension poétique. C'est une infirmité de ne pas la sentir, comme d'être amputé d'une jambe. Notre époque fabrique des sous-hommes.

3) on sent bien la tentation de créer une religion de substitution (république, Terre-Mère). Mais une religion de substitution est une sous-religion, par rapport à des religions constituées qui ont une poésie, une culture, une doctrine. D'ici que le culte de la Terre-Mère nous donne quelqu'un du calibre de Saint Thomas d'Aquin ou d'Avicenne, il va falloir être patient. Là encore, des sous-hommes.

4) bien entendu, comme disait je ne sais plus qui (Chesterton ?) : vous refusez le christianisme ? Très bien, vous aurez l'islam. Il est vrai que la religion mahométane est sans doute mieux adaptée, avec ses prescriptions tatillones, à ce genre d'abrutis.

5) dans la video précédente, Pierre-Yves Rougeyron dit, à propos du COVID, que l'occident devient à travers le monde l'exemple à ne pas suivre (j'ai vu la video d'un médecin sénégalais qui se fout ouvertement de la gueule de ses confrères français). C'est valable aussi pour notre nihilisme : les anti-religieux considèrent implicitement (et quelquefois explicitement) que Saint Louis, Sainte Jeanne d'Arc, Richelieu, Bossuet, Pascal, Saint Vincent de Paul étaient des imbéciles crédules. Bon courage pour aller séduire avec ça les asiatiques qui ont le culte des ancêtres.

6) Bien sûr, l'occident est dans la phase de décomposition terminale commencée dans les années 60. Encore combien de temps avant un changement radical ? 10 ans ? 20 ans ?

Aucun commentaire: