dimanche, mars 01, 2015

Il est Charlie

Collaboration, une passion française

Cet article est exagéré, comme tous les pamphlets, mais le fond est juste. Comme la France se prend pour une idée plus qu'un réalité, il y a toujours eu en France un parti de l'étranger. Le duc de Guise assassiné avec de l'or espagnol dans ses poches, ce n'est pas d'aujourd'hui.

Ce que ne dit pas l'article, c'est que, jusqu'à maintenant, le parti de la France a toujours fini par gagner, quelquefois de justesse.

Mais, depuis les salopards Schuman et Monnet (j'ai honte que des écoles portent leur nom - il est curieux que, en nos temps de résistants avec 70 ans de retard, la carrière vichyste de Schuman passe comme une lettre à la poste), le parti de l'étranger n'a jamais été si fort car, éclair de génie, il est sans visage. Personne ne connaît les technocrates immigrationistes de Bruxelles, ils sont une abstraction, on ne peut pas les haïr comme on le devrait.

Comme d'habitude en ces circonstances, les Français d'en bas  ne peuvent compter que sur eux-mêmes, la France d'en haut a déjà trahi depuis longtemps.

samedi, février 28, 2015

Les Bodin's

Vu à l'Olympia :


Je ne connaissais pas du tout (je rappelle que je n'ai pas la télé). J'ai été plus ou moins trainé à mon corps défendant à ce spectacle.

C'est excellent et j'ai été très étonné de voir des Parisiens qui semblaient tout comprendre alors que certaines allusions sont très « France rurale ». Est-ce un signe de cette soif identitaire que commentent les commentateurs ?






Encore une Ferrari de carrossier que je trouve nettement supérieure au modèle original




F12 Lusso Touring

Le bureau d'étude Ferrari fait vraiment des modèles de merde, esthétiquement, pas d'illusion, c'est le marketing : voitures de footeux-rappeurs-émirs.






Une Ferrari m'as-tu-vu qui me plaît














Vous avez compris que je suis très critique de l'esthétique des Ferrari modernes et que je trouve que le tuning atteint souvent des sommets de laideur.

Mais là, l'ensemble est homogène et comporte un humour sous-jacent bienvenu. Cette 458 est pour un propriétaire de Ferrari qui ne se prend pas trop au sérieux et c'est plutôt plaisant. Elle perd ce coté «je suis un connard à gros chéquier, agressif et malpoli, et j'emmerde le monde entier», ce coté footeux-rappeur-émir, de la plupart des Ferrari actuelles.

Et puis le rappel des warbirds n'est pas pour me déplaire.

Enfin, la 458 est ma contemporaine préférée.





Schismes et déchristianisation

Chaque schisme a entrainé une déchristianisation, réparée ensuite ou non.

Les querelles et divisions de l'arianisme n'ont pas été pour rien dans la facilité avec laquelle le Maghreb a été islamisé.

Le grand schisme a été suivi par un renouvellement sans précédent de l'Eglise, c'est presque le contre-exemple du lien entre schismes et déchristianisation.

La Réforme a été une catastrophe. Si la brèche a été réparée en terme d'effectifs et de ferveur par la Contre-Réforme, le siècle des Saints, la plaie intellectuelle ne s'est jamais refermée.

Mais la vraie rupture, en France, est une querelle presque oubliée : le jansénisme. En conjonction avec l'urbanisation et l'alphabétisation, le jansénisme a entrainé un mépris des traditions populaires, rejetées au niveau de superstitions de bouseux, dont les effets se sont faits sentir jusqu'à la Révolution.

Par bien des aspects, le jansénisme a été la matrice de notre désastreuse révolution : cercles jansénistes ancêtres des clubs, même goût de l'abstraction inhumaine et meurtrière, même mépris du peuple en chair et en os ...

La reprise post-révolutionnaire n'a été qu'un répit jusqu'à l'effondrement du XXème siècle.



Hollande président jusqu'en 2022

Je suis de plus en plus chagriné par l'incapacité de ceux qui sont dans la prétendue opposition à proposer une alternative crédible à François Hollande.

Marine Le Pen, philippotisée, est de plus en plus conne (déjà qu'elle n'est pas une lumière). De «ni droite ni gauche», elle est passée à «ni droite ni droite».

L'UMP et l'UDI donnent envie d'achever leurs souffrances d'une balle derrière l'oreille.

Si François Hollande réussit à slalomer entre les chausse-trappes tendus par ses «amis, il sera réélu sans problème.



Les paysans français d'Ancien Régime (Le Roy Ladurie)

Livre très mal écrit, répétitif, brouillon, presque illisible. A éviter. Ce qui se conçoit bien ...

Quelques cartes, une poignée de graphiques et, surtout, une structure claire, est-ce si difficile ?

Pour tout dire, j'ai rarement lu livre d'histoire aussi mauvais.





vendredi, février 27, 2015

La sommes de toutes nos lâchetés

Les sujets ci-dessous sont parents car ils pointent tous une de nos lâchetés.

♗ La moitié des Français favorable à la peine de mort : un bilan accablant pour Taubira


**************
♗ Salon de l'agriculture : on n'a même plus le droit de boire un coup

Nous sommes très proches du puritanisme anglo-saxon, et comme celui-ci est très proche de la pudibonderie islamique … Houellebecq a tout compris.

Comme je l'ai déjà écrit, nous avons pris l'habitude la soumission à la dictature socialiste « républicaine », quand elle deviendra Ripoublique Islamique Modérée du Frankistan, il n'y aura pratiquement rien à changer, les cantines, l'habillement et les jours fériés seront déjà hallal. Le trou est déjà fait, il n'y aura même pas besoin de vaseline pour que ça passe.


**************
Parlementaires français à Damas : «La diplomatie ne se fait pas avec ses amis»

Extrait :

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé ont fait l'énorme erreur de fermer l'ambassade, qui était pour nous la place où nous pouvions parler au régime et surtout obtenir des renseignements. Le gouvernement français par la voix de Laurent Fabius traite la Syrie comme si elle était l'ennemie de la France. Bachar el-Assad n'est pas l'ennemi de la France.

[…]

La quatrième condition est de préserver les intérêts de la France. En Libye, le général Kadhafi, nous offrait plusieurs avantages, dont celui de pourchasser les islamistes et d'empêcher les trafiquants d'êtres humains d'atteindre la Méditerrannée. Des hommes politiques comme Alain Juppé, Nicolas Sarkozy ou Laurent Fabius devraient prendre en compte les intérêts à long terme du pays qu'ils servent. Nos intérêts sont aujourd'hui desservis par le fait que le général Kadhafi ne tienne plus la Libye. En ce qui concerne Bachard el-Assad, la position française est intenable car elle ne prend pas en compte la notion d'ennemi principal. Notre devoir est d'aller tuer les gens qui viennent devant nos écoles pour assassiner nos enfants. Notre devoir est d'aller tuer les gens qui nous obligent à mettre des hommes en armes devant chaque école juives, chose qui n'a pas été faite depuis 1791, date de l'intégration de la communauté juive dans la nation, parfaitement intégrée depuis.

Voilà pourquoi je ne voterai jamais Hollande, Sarkozy, Fabius ou Juppé : ils ont commis trop d’erreurs trop graves.

Voici un commentaire que j'ai commis sur le même sujet chez Philippe Bilger :

La realpolitik est souvent à courte vue mais le droit-de-l'hommisme sélectif (nous sommes les fidèles alliés de l'Arabie Saoudite et du Qatar) est ridicule et tout juste bon pour les gogos (il y en a au sommet de l'Etat).

Nos alliés possibles sont la Syrie, la Russie, l'Egypte si elle reste nationaliste, l'Iran, Israël et la voiture électrique. Autrement dit, un axe anti-pétromonarchies sunnites. Nous sommes très loin de la politique arabophile de Sarkozy-Hollande et anti-juive du quai d'Orsay.

Ne vous étonnez pas que je mette Israël et l'Iran dans la même ligue : au-delà des rodomontades de façade, ces deux pays, malgré des conflits bien réels, savent qu'ils ont des ennemis communs.

Le sunnisme et son ambition de constituer une mondialisation concurrente de la mondialisation occidentale sont aujourd'hui les plus gros facteurs de trouble de la paix dans le monde.

J'ajoute que je suis très troublé par l'attitude complaisante des Etats-Unis vis-à-vis de ce sunnisme qui fout la merde un peu partout dans le monde.


**************
♗ Des centaines de Chrétiens enlevés par l’Etat islamique : lesr essorts d’une curieuse indifférence

Extrait :

Bertrand Vergely : Il faut comprendre le climat mental dans lequel nous évoluons depuis des dizaines d’années. Quand j’interroge mes élèves au sujet de la religion, tous me répondent que celle-ci est le mal sur la terre, toutes les guerres étant de leur faute.

Quand j’écoute le monde autour de moi, quand il est question du christianisme, la réaction est immédiate. Le christianisme et en général le judéo-christianisme = culpabilité. Résultat, dans l’esprit des gens comme de la majorité des journalistes, christianisme = mal = culpabilité. Et par extension, christianisme = fascisme. D’où, cette conclusion inconsciente : le christianisme étant fasciste on ne parle pas de ce qui arrive aux chrétiens, parler d’eux revenant à défendre le fascisme.

Des musulmans se feraient massacrer par des chrétiens ? Croyez-moi on en parlerait. Des chrétiens se font massacrer par des musulmans ? On n’en parle pas. Et, quand on en parle, c’est comme lors des attentats contre Charlie hebdo, pour expliquer que le terrorisme n’a rien à voir avec l’Islam. Nous vivons une propagande antichrétienne, le but de notre société étant d’éradiquer son passé chrétien.

Quand on veut mentalement liquider le christianisme il est fatal que pratiquement on ait du mal à parler des chrétiens que l’on liquide, le désir de liquider mentalement le christianisme étant plus fort que les chrétiens qu’on liquide pratiquement..


Vous voulez faire quelque chose pour les chrétiens d’Orient ?

Allez dans une église et priez pour eux.

Vous en profiterez pour découvrir des choses étonnantes, pas toutes pour votre plaisir : beaucoup de catholiques français sont comme les post-modernes les souhaitent : mous, soumis, bien-pensants, altruistes au point de se renier, on croirait quelquefois une cellule du PS (l'altruisme sincère en plus).

Mais vous verrez aussi qu’ils ne sont pas tous comme cela, loin de là, il y en a aussi des actifs, solides, qui savent qui ils sont. Ils sont certes à contrecourant du clergé mais est-ce grave ?

Et, puis, vous pouvez toujours vous convertir à l’orthodoxie.

Destruction de sites historiques par l'EI ou la révolution culturelle djihadiste

Extrait

Au-delà du fanatisme iconoclaste religieux, n'y-a-t-il pas aussi aussi une dimension totalitaire dans ces actes?

Oui, il y a une volonté d'éradication du passé comme si les islamistes voulaient refaire l'humanité à neuf. A travers l'application rigoureuse de la charia, ils cherchent à créer une société nouvelle et un homme nouveau. On peut faire l'analogie avec la révolution culturelle chinoise et la volonté des gardes rouges d'éradiquer tout héritage culturel et artistique, de faire table rase du passé. Il s'agissait d'araser complètement le paysage de toute mémoire. On se souvient aussi de la formidable rage de certains révolutionnaires français que l'abbé Grégoire avait dénoncé.

Pour la première fois, les djihadistes ont filmé leurs destructions. Que cela signifie-t-il selon vous ?

La diffusion des images vise à atteindre l'opinion occidentale en la touchant dans ses ressorts les plus profonds. Il s'agit de terroriser les esprits en disant: «Nous sommes les radicaux des radicaux, nous ne ferons grâce de rien...»

Au moins, nous savons qui nous combattons.

Enfin, pour vous remonter le moral et vous montrer que tous les évêques de France ne sont pas des chiffes molles socialistes (même si, hélas, beaucoup trop le sont), une opinion de Mgr Ravel, évêque aux armées, dans la revue diocésaine, qui intéressera au-delà des fidèles :


LA GUERRE COMPLIQUÉE

La guerre. Son nom est aujourd’hui prononcé. Mettre un mot sur la réalité est gagnant. Mais de quelle guerre s’agit-il ?

Dans toute guerre, la tendance facile consiste à se mettre dans le camp du bien contre des ennemis empêtrés dans celui du mal. Ainsi nous plaçons-nous dans le camp de la liberté contre l’islamisme obscurantiste. Mais concrètement est-ce aussi simple ? En luttant contre le terrorisme à revendication religieuse, en face des islamistes, sommes-nous pour autant dans le camp du bien tout pur ? Ne risquons-nous pas d’être aspirés dans une spirale libertaire et suicidaire avec qui nous partageons le même combat, contre le terrorisme, mais pas nécessairement les mêmes certitudes ? Dans la Résistance, il y avait de nombreux communistes. Pour autant, devions-nous adhérer à l’idéologie communiste en résistant contre le nazisme ? Nous y sommes.

Voilà que, dans la guerre naissante, la peur nous saisit d’être pris à revers… Le chrétien se sent jeté précipitamment dans la zone de no man’s land où s’échangent les tirs d’obus. Il rampe au milieu des mines et autres barbelés, entre deux tranchées adverses d’où pleut la mort. Sa place au cœur de la bataille se résume alors à aller chercher les blessés pesant sur la boue tandis que deux idéologies terribles, deux pensées de mort, deux camps inhumains s’affrontent au dessus de sa tête. Il sait qu’il en sera la première victime, dans la foulée de son Maître, l’Agneau de Dieu qui l’envoie comme une brebis au milieu des loups.

Pris pour un ennemi par les deux côtés, il recevra la mort de l’innocent, brancardier du monde, titubant entre les corps, pour la dignité du mort et le salut du blessé. Voilà que, avec inquiétude, nous découvrons que notre guerre n’est pas simple ; qu’il nous faut choisir notre camp ; que nous nous armons contre le mal manifeste sans prendre position pour le mal sournois. Le chrétien se sent pris en tenaille entre deux idéologies.

D’un côté, l’idéologie qui caricature Dieu au mépris de l’homme. De l’autre, l’idéologie qui manipule l’homme au mépris de Dieu.

D’un côté, des adversaires déclarés et reconnus : les terroristes de la bombe, vengeurs du prophète. De l’autre côté, des adversaires non déclarés mais bien connus : les terroristes de la pensée, prescripteurs de la laïcité, adorateurs de la République. Dans quel camp se situer comme chrétien ? Nous ne voulons pas être pris en otage par des islamistes. Mais nous ne souhaitons pas être pris en otage par des bienpensants. L’idéologie islamique vient de faire 17 victimes en France. Mais l’idéologie de la bienpensance fait chaque année 200 000 victimes dans le sein de leur mère. L’IVG devenue droit fondamental est une arme de destruction massive. Alliés pour la France avec d’autres, nous devons faire front contre les attaques terroristes explicites. Mais, pour autant, nous ne devons pas cautionner les folies de l’euthanasie, du mariage pour tous et autres caricatures de Charlie-Hebdo. Que faire ?

L’histoire n’est pas neuve. Il s’agit de faire corps avec son pays, mais de refuser les idéologies qui le traversent. Etre russe, sans être soviétique, chinois sans être communiste, allemand sans être nazi. Les idéologies ne font que passer. Au regard de l’histoire, leur durée de vie est plus courte que leurs propagandistes ne le pensent.

Bien avant, les prophètes eurent la même attitude : tout en se rangeant du côté du peuple d’Israël, ils en dénonçaient les perversions. L’invasion des babyloniens n’empêche pas Jérémie de protester contre les idolâtries du peuple dont il partage la destinée. Né vers 650 avant J.C., Jérémie va connaître la période tragique de la ruine par morceaux du Royaume de Juda alors concentré autour de Jérusalem. En 587, Jérusalem est prise par les babyloniens, le Temple est incendié, la population déportée. Passionné par Juda, passionné par Dieu et pour son peuple, Jérémie fulmine aussi bien contre Juda que contre les nations païennes.

La première partie du livre contient des menaces contre Juda et Israël (1, 1 à 25, 13), la deuxième partie contre les nations, les peuples adverses (25, 13 à 25, 38 et 46 à 51). Les autres passages sont essentiellement biographiques, Jérémie y révèle ses souffrances. Il fait corps avec son peuple : il souffre de tous ses membres de son infidélité mais il en reste solidaire jusqu’au bout. A ce qu’il me semble, à ce point de mes réflexions, j’ose affirmer qu’épouser la cause de Dieu pour sauver l’homme ne signifie pas : Refuser de servir son pays. S’éloigner des combats jugés fugaces pour l’éternel Royaume. Refuser la loi des corps et des esprits qui naissent et grandissent dans la lutte.

Mais je crois pouvoir dire qu’épouser la cause de Dieu pour sauver l’homme signifie : Reconnaître toutes les idéologies, leur virulence, leur opposition (souvent l’une révèle l’autre). N’en suivre aucune : les dénoncer symétriquement et systématiquement. Ne pas en construire une autre, à mi-chemin entre les deux. Et pour cela, il y a une discipline à pratiquer : Se méfier des idées, de toutes les idées surtout enveloppées de croyances, voire de christianisme.

Les idées tuent, elles sont les idoles modernes auxquels on sacrifie l’homme libre. Aller vers l’homme concret, individuel, de chair et d’os : tant d’idéologies humanistes organisent les génocides au nom de leurs principes. Que de morts au nom de la vie, que d’emprisonnements au nom de la liberté ! Ce chemin de l’homme concret conduit à Dieu. Le chrétien n’est pas apatride : sur terre, il appartient à des communautés dont deux sont d’institution divine, la famille et la nation. Où en sont-elles ?

De cette discipline découlent trois missions concrètes, c’est le camp du chrétien et son action particulière dans la guerre : Il va à l’homme individuel. Il va vers lui, en épousant ses joies et ses espoirs… tout ce qui le rapproche de cet homme blessé lui convient mais le partage de la même misère est le meilleur raccourci pour aller à l’autre.

Il défend la famille. Car c’est la première communauté d’hommes et de femmes concrète qu’il rencontre et sans laquelle il finit par imploser dans sa solitude. Le pape François aux Philippines (16.01.2015) s’écrie : «Comme nous avons su dire non à la colonisation politique, nous devons dire non à toute forme de colonisation idéologique qui viserait à détruire la famille. »

Il prend part à la dynamique de son pays. Et s’il doit combattre dans les rangs de son armée, il le fait sans honte et sans retenue. Car se faisant, il ne prend pas la cause de telle ou telle idéologie semée dans sa nation ; les poilus de 14 ne prenaient pas fait et cause pour l’anticléricalisme régnant en se battant pour la France. Le catholique allemand devait être dans les rangs allemands et le catholique français dans les rangs français. La cause de l’homme, le camp de Dieu s’incarne ainsi dans l’homme, la famille, la nation. A nous de nous intégrer à fond dans l’homme, la famille et la France.

Guerre compliquée, donc, parce que nous sommes courageux mais aussi lucides. Nous voulons défendre la France mais sans être pris en otage par une revue de misère. Nous voulons nous opposer au terrorisme islamique sans donner raison au terrorisme contre Dieu.

Nous serons courageux avec les autres mais nous serons lucides pour les autres en questionnant.

Par exemple, à force de laïcité (agressive) n’avons-nous pas laissé le saint Nom de Dieu entre de bien mauvaises mains ? A force de le cacher dans un placard, n’avons-nous pas laissé le saint Nom de Dieu moisir en milieu de haine ? Certaines questions feront mal à nos élites, docteurs de la Loi, gardiens du Temple.

Comment aussi demander aujourd’hui à des musulmans droits et de bonne volonté de s’intégrer à une France qui leur est présentée comme une somme de valeurs libertaires, irréligieuses, amorales ? L’intégration en France ne doit pas présupposer l’assimilation à des valeurs déifiées et erronées. On peut, on doit demander l’intégration à la France mais pas à la caricature de la France. L’intégration, par ailleurs, fait peur à certains au motif que chacun doit rester avec sa culture, sa religion etc. On pourrait en rire en d’autres circonstances : en république laïque, l’intégration n’impose aucune religion ou changement de religion ! Et donc pourquoi revenir sans cesse sur cette conjugaison religion-intégration ? Intégration signifie faire corps ensemble, comme la main, le foie, le cœur ne s’intègrent au corps qu’en réunissant leur force pour la vie de la personne totale. Quand un soldat français musulman combat et meurt pour la France, lui a-t-on demandé de renoncer auparavant à sa culture et à sa religion ?

La position, je parle là en militaire, sera inconfortable. Mais avec la Grâce, elle ne sera pas intenable. Seul notre courage validera notre lucidité aux yeux des autres. Seule notre lucidité validera notre courage aux yeux de Dieu.

+ Luc Ravel






Les Enfoirés sont des enfoirés

Les Enfoirés : « la jeunesse sans-dents n'a qu'à faire comme nous! »

Il ne faut pas oublier que les Enfoirés (qui portent bien leur nom), ce sont des millionnaires qui demandent à des smicards de donner de l'argent pour les RMIstes.

La vraie charité est discrète, les plans de carrière et de "com", beaucoup moins.




jeudi, février 26, 2015

L'islam vu par Jean Yanne

A l'époque, pas si lointaine, où on pouvait rire de l'islam sans se faire traiter d'islamophobe puis égorger ou mitrailler.



On remarquera aux commentaires You Tube que ça ne fait pas rire tout le monde.



Zemmour analyse la « houellebecquisation » du centriste de Closets

Si le FN n'existait pas, l'édition l'aurait inventé

Zemmour est féroce, mais c'est bien mérité.

Extraits :

**************
[…]

C'est la thématique inaugurée dès 1985 par Laurent Fabius avec sa célèbre phrase: «Le Front national pose les bonnes questions, mais apporte des mauvaises réponses.» Casuistique faussement objective, car les bonnes questions entraînent forcément les bonnes réponses, tandis que les questions mal posées ne peuvent que donner de mauvaises réponses.

De surcroît, contrairement à la vulgate une fois encore énoncée par notre auteur, après bien d'autres, la diabolisation, ça marche. Et drôlement bien ! C'est la seule diabolisation tant vilipendée qui a empêché les dirigeants de la droite de s'allier dès les années 1980 avec Jean-Marie Le Pen pour vaincre une gauche aux abois électoraux; et c'est la diabolisation -légitime ou non, c'est une autre question- qui provoque les défaites quasi systématiques - même de peu- des candidats FN aux seconds tours des scrutins législatifs.

[…]

Mais si la politique du «juste milieu» n'a pas forcément tort parce qu'elle est modérée, elle n'a pas forcément raison parce qu'elle passe au milieu.

[…]

À la fin de son livre, François de Closets tombe exactement là où il était inéluctable qu'il tombât: il appelle à l'édification d'un gouvernement de salut public pour arrêter la marche en avant de Marine Le Pen. Tout ça pour finir par un gouvernement Bayrou, et un UMPS de Juppé à Valls! Encore une fois, on cherche la signature de Jean-François Kahn, ou la dernière une du Point, ou la prochaine de L'Express.

Quand on a refermé l'ouvrage, on croit avoir deviné que le secret désir de François de Closets était de se retrouver personnage de roman dans Soumission; mais Houellebecq l'a oublié.

**************

Chrétiens d'Orient et brigades internationales

« Génocide » des chrétiens d'Orient : où sont passés les défenseurs des droits de l'homme ?

Pourquoi des Occidentaux partent combattre l'État islamique

Vous savez ce que j'en pense : notre indifférence aux chrétiens d'Orient est le résultat d'une pulsion suicidaire collective, stade ultime de notre ethno-masochisme.

Houellebecq a raison, nous sommes psychologiquement prêts à la soumission.






Bravo Hollande !

Pour une fois que je félicite sincèrement notre président normal, n'y allons pas avec le dos de la cuillère.

Il a emmené Mélanie Laurent et Marion Cotillard au sommet sur le réchauffement climatique.

Excellente décision :

  • François Hollande emploie les compétences eu mieux : faire monter la température, elles savent faire. C'est même leur seule compétence.
  • pour attirer l'attention sur la France, François Hollande avait deux solutions : faire un discours extraordinaire ou amener des filles. Compte-tenu de ses qualités d'orateur et du tropisme socialiste (voir l'affaire du Carlton), il a bien fait de choisir la seconde solution. Le président des Etats-Unis serait encore Clinton, il essaierait déjà de grimper sur une des deux, voire les deux. Un maximum d'effets pour un minimum d'efforts. Bravo.



Plus sérieux : Cotillard, Laurent, Hollande : «Le showbizz fait de la politique et le politique assure le spectacle»



Quand un bobo s'excuse de demander pardon de ne pas adhérer au féminisme corps et âme




Ce Louis Lanher fait pitié, il est lamentablement mou et dévirilisé : je le trouve très féminisé dans sa manière de toujours s’excuser de demander pardon. Il a des allures de minet, de mignon.

Il est rigolo de penser qu’il s’est soumis à un comité de censure féminin.

La situation est désespérée. Si un mollasson politiquement correct se permet de tenir ce discours, c’est qu’il n’est plus subversif, qu’il est totalement désamorcé, qu’il n’y a plus aucune chance qu’il se traduise par des actes anti-féministes.

Mais j'espère au moins que vous avez apprécié l'humour noir.

mercredi, février 25, 2015

Génocide des chrétiens d'Orient : où sont nos brigades internationales ?

L'apathie face au génocide des chrétiens (quand on songe au nombre de gens qui se réclament des leçons de la l'antifascisme et du judéocide ...) est stupéfiante mais, hélas, pas incompréhensible.

L'Eglise est encore plus coupable que les autres : il faut entendre avec quelle gêne et quelle discrétion sont évoqués les chrétiens d'Orient, comme des cousins éloignés qui dérangent un joyeux repas de famille avec leurs problèmes. Quant à leurs assassins, ce sont des fantômes, ils n'ont pas d'existence, pas de nom. Le pape François est en dessous de tout.

J'ai fait un chèque, c'est peu, mais déjà ça.

Volontaires pour combattre Daech

Le cri d'alarme du patriarche des chrétiens d'Irak

Chrétiens d'Irak : pourquoi tant d'indifférence ?

Un peu de romantisme dans ce monde de brutes




On peut préférer ça :





mardi, février 24, 2015

Une suggestion pour tous les Charlies

Un businessman anglais plaque tout pour aller défier Daech en Irak

Et puis, il va pouvoir apprendre à sa femme à se servir d'une kalach :



C'est-y pas une bonne suggestion pour les Charlies ?

Bien sûr, je plaisante.

Les Charlies ayant choisi de se comporter comme des moutons bêlants et de s'afficher comme tels, ils sont les moins susceptibles de ces décisions folles des fortes personnalités.

Les Charlies sont raisonnables tout plein. Et quand il s'agira de se convertir à l'islam, ils seront un peu gênés, mais quoi ? Les musulmans sont les plus déterminés, alors à quoi ça sert de résister ? Et puis, l'islam, finalement, c'est pas si mal, c'est hygiénique, non ?  Ne déclenchons pas une guerre civile pour si peu, soyons raisonnables.

Mais, en certaines circonstances, n'est-ce pas folie d'être raisonnable et sagesse d'être fou ?

Tim Locks me rappelle quelqu'un : Richard Millet.


Je veux être maître de moi, à tout sens. La sagesse a ses excès et n'a pas moins besoin de modération que la folie. (Montaigne)

Qui vit sans folie n'est pas si sage qu'il croit. (La Rochefoucauld).

Aujourd'hui la plupart des gens se consument dans je ne sais quelle sagesse terre à terre et découvrent, quand il n'en est plus temps, que les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais. (Oscar Wilde)

Avisse à la population : les commentateurs sont invités à déposer des citations sur ce thème de la sagesse quelquefois un peu folle et de la folie un peu sage. Quelques phrases en latin ou en grec (ancien, désendetté) seraient bienvenues.




Pourquoi la France doit se réarmer d'urgence

Pourquoi la France doit se réarmer d'urgence

Extrait (je souligne) :

**********
De manière générale, les tâches régaliennes classiques d'un pays (défense extérieure de ses frontières et de son espace maritime, sécurité intérieure des personnes et des biens, justice efficace et rapide, alphabétisation de la jeunesse) sont, en France, passées progressivement au deuxième plan derrière les nouveaux objectifs «progressistes» d'un État se pensant avant tout comme l'assistante sociale de la population vivant sur son territoire [la mère de François Hollande était assistante sociale. Tout un symbole].

Cette politique de lente translation d'un État fort vers un État providence, cette constante diminution des dépenses militaires en faveur d'une constante augmentation des dépenses sociales, a constitué une double erreur stratégique.

Premièrement, elle n'a pas pris en compte la réalité du monde tel qu'il était, de plus en plus éclaté, de plus en plus dangereux; dominé par la radicalisation des religions et par l'accroissement des pulsions nationalistes des pays émergents.

Deuxièmement, elle n'a tiré aucune leçon de l'échec du socialisme partout où il a été appliqué dans le monde depuis la fin de la Première Guerre mondiale ; elle n'a pas voulu admettre que l'assistanat ne motive pas les individus et qu'il retarde donc le progrès des sociétés. À un jeune de 20 ans l'État s'est mis à dire: «Tu n'as plus de service militaire à faire, mais si tu te débrouilles, tu toucheras un revenu d'“insertion” sans vraiment travailler!»
**********

Je crois que la dernière fois que des phrases aussi fortes ont été écrites dans Le Figaro, c'était par Louis Pauwels dans les années 80.

Pour que le Fig y revienne, le vent aurait-il tourné ?






Hollande (et Sarkozy, et Le Pen) et le catholicisme



Ce qui me frappe en écoutant cet entretien, c'est d'entendre (une fois de plus) à quel point François Hollande est un tordu, un malsain, un type pas franc du collier.

Je l'ai déjà écrit : la psychologie de François Hollande me rappelle Joseph Staline, ancien séminariste. Bien sûr, les circonstances sont fort différentes, ce qui limite la comparaison, mais j'y tiens tout de même.






Islam : plus de paix et plus d'amour, ce n'est pas possible

Saudi Arabia court gives death penalty to man who renounced his Muslim faith

Et un peu d'humour noir :


_ Je ne voudrais pas paraitre islamophobe, mais ...

_ Je t'arrête tout de suite, ami. Tu vas stigmatiser.


How ‘Islamophobia’ Policing Became Islamist Stockholm Syndrome






Maréchal Le Pen: Cukierman "broyé par le politiquement correct"

Maréchal Le Pen: Cukierman "broyé par le politiquement correct"

En lisant cela, j'ai ri (jaune). Voilà où en est la politique française après trente ans de dictature du politiquement correct.

Même la petite Marion n'y va pas vraiment à fond.

Dans ces conditions de débat, on comprend bien qu'aucune démocratie n'est possible. Puisqu'on a le choix entre être d'accord avec le politiquement correct et être d'accord avec le politiquement correct.



lundi, février 23, 2015

Quand le grand Jean rencontrait la petite Hélène ...

La petite histoire raconte que, lorsque le grand Jean Mermoz rencontrait la petite Hélène Boucher, ils ne prenaient pas forcément deux chambres d'hôtel.

C'est étrange de penser à ces légendes comme à des jeunes gens.

Hélène Boucher se tue à 26 ans, après une carrière fulgurante de trois ans où elle a trouvé le moyen de battre des records, de remporter des coupes de voltige et de gagner des courses.

Sa mort est un drame national, comme, deux ans plus tard, celle de Mermoz. Présente le matin dans les allées du Salon de l'Aéronautique qui se tient au Grand Palais, elle part faire un vol d'essai chez Caudron à Guyancourt, elle n'en reviendra pas. En apprenant la nouvelle, les exposants sont frappés de stupeur.

Anecdote personnelle : en recherchant la plaque d'Hélène Boucher dans le bois de Magny-les Hameaux (plaque volée plusieurs fois, pauvre France du XXIème siècle), j'ai dérangé deux biches, visiblement aussi surprises que moi. Pas désagréable, comme rencontre.



Quant à Jean Mermoz, est-ce la peine d'insister ? Mermoz, otage des Maures. Mermoz, prisonnier des Andes. Mermoz naufragé de l'Atlantique. Mermoz, tabassé par le Pot-au Noir. Ca ne passe pas ? C'est impossible ? On envoie Mermoz. L'homme de tous les exploits. Seul Lindbergh a une stature comparable.














Dire que Danielle Darrieux, Léo Marjane et Suzy Delair sont toujours vivantes

Dire que Danielle Darrieux, Léo Marjane et Suzy Delair sont toujours vivantes ...

Un de mes grands regrets est de ne pas avoir connu Arletty, alors que, lorsque j'étais étudiant à Paris, elle recevait les jeunes gens venant lui faire une aubade pour son anniversaire. Et je le savais. Il m'aurait suffi d'un ticket de métro et d'un peu de courage pour être invité à boire un verre avec Arletty.













Atomic Anne a atomisé Areva (pas d'inquiétudes, tout va bien pour elle)

Nucléaire : état d’urgence pour Areva

Lauvergeon, Haberer, même combat. La devise de la caste est : Impunité, Irresponsabilité, Cupidité.





Quel lien entre la mort de Louis XVI, l'instauration de la République et la loi Macron ?

Quel lien entre la mort de Louis XVI, l'instauration de la République et la loi Macron ?

Je fais exactement la même analyse que Franck Ferrand. Je m'apprêtais à en faire un billet.

Que dit l'amendement Bareigts ? Que, dans les DOM-TOM, des jours fériés catholiques pourront être remplacés par des jours fériés musulmans (le mot « musulman » n'est pas prononcé, mais c'est bien de cela qu'il s'agit).

Après, la mécanique infernale est enclenchée : on remplacera l'Ascension par l'Aïd à Mayotte et on nous dira « Vous voyez, ça marche à Mayotte. Dans un souci de tolérance et de vivrensemble (ce sont toujours les mêmes de qui on exige - on ne demande pas, on exige - des efforts de tolérance, ceux-là qui, étant chez eux, devraient n'avoir à en faire aucun. C'est la tolérance à sens unique. Etrange, non ?), étendons cette belle mesure à la France entière ». Qui pourra aller contre ? Des minoritaires. Mais les politiciens voteront cette saloperie à l'unanimité, comme l'ont été, bizarrement, toutes les plus grandes saloperies des quatre dernières décennies. Il se trouvera toujours un Pétain, un Hollande, un Juppé ou un Sarkozy pour vendre la France pour un plat de lentilles.

Jusqu'à maintenant, la soumission à l'islam était locale : cantines hallal, horaires de piscines séparés, mosquées financées par des fonds publics ... Pour la première fois, elle devient nationale.

Les catholiques, dans leur masse, ne se défendent pas. Depuis longtemps, la « république » et le souci d'être à la mode progressiste (les fameuses valeurs chrétiennes devenues folles) leur ont coupé les couilles. Le clergé, sous prétexte des foutaises genre « religions du livre » et « dieu commun », est au premier rang pour courir à la servitude, décourageant toute velléité de résistance chez leurs ouailles. Les massacres de chrétiens par des musulmans sont poliment passés sous silence. Les discours, mièvres et sirupeux comme de coutume, pour habiller la lâcheté et le renoncement à soi-même, ne manquent pas. Pour se payer de mots, les candidats se bousculent. L'Eglise de France meurt de la mollesse de ses évêques.

Nous avons pris l'habitude la soumission à la dictature socialiste « républicaine », quand elle deviendra Ripoublique Islamique Modérée du Frankistan, il n'y aura pratiquement rien à changer, les cantines, l'habillement et les jours fériés seront déjà hallal. Le trou est déjà fait, il n'y aura même pas besoin de vaseline pour que ça passe.

Je ne suis pas le seul à le penser, mais est-ce vraiment une consolation, quand on est minoritaire et impuissant ?

Seuls les juifs, parce qu'il sont encore plus en première ligne que les chrétiens (mais quand ils auront tous rejoint Israël ou les Etats-Unis, les chrétiens s'apercevront un peu tard que c'est leur tour) pourraient réagir. Mais j'en doute : ils préférent se taire et prendre leurs cliques et leurs claques.

Il n'y a plus d'espoir, mais il y a encore la Foi.




Philippe de Villiers : «Poutine est le diable idéal pour les États-Unis et l'Otan»

Philippe de Villiers : « Poutine est le diable idéal pour les États-Unis et l'Otan »

Je suis entièrement d'accord avec cet entretien, mis à part un bémol : je poserais beaucoup plus nettement les limites à l'expansion russe.



dimanche, février 22, 2015

Kingsman, secret services

Ce film est pas mal : il retrouve l'esprit des anciens James Bond que les actuels ont complètement perdu. De plus, ce n'est pas une publicité (pour BMW, Aston Martin, Rolex, ...) qui nous barbe pendant deux plombes.

Seul bémol, c'est un peu trop violent (malheureux tic de tous les films d'action contemporains). Mais un film où le héros s'habille à Saville Row et boit de la Guinness ne peut être vraiment mauvais.

On notera que le méchant est intéressant : il croit dans le réchauffement climatique anthropique et, pour sauver la planète, il veut détruire l'humanité.

Licence de scénariste ? Pas tant que cela, le duc d'Edimbourg, époux de la reine Elizabeth, père et grand-père de futurs rois britanniques a un jour déclaré, libre semble-t-il de toute emprise de l'alcool, qu'il était tenté de se réincarner en virus pour détruire la moitié de l'humanité.

Avec un père pareil, on comprend que son fils Charles-les-grandes-feuilles soit con comme un balai. Et que certains Britanniques penchent pour la république.







Au fait quel est mon James Bond préféré ? Au Service Secret de Sa Majesté. Lazenby est nul en James Bond, mais le reste est au mieux. Et Diana Rigg en Mme Bond, inoubliable.







Charlie, les bobos, la batte de baseball, le bébé phoque et moi

**********
Paris: le mémorial Charlie saccagé

L'autel [c'est quoi, comme culte ? La « république » ?] à la mémoire des 17 victimes des attentats de Paris, où viennent se recueillir les passants depuis plus d'un mois sur la place de la République, a été saccagé ce vendredi pour la 4ème fois, rapporte cet après-midi Métro News. Les couronnes de fleurs arrachées et les dessins déchirés.

"Pourquoi ? Pourquoi détruire ce symbole de paix, en hommage à nos victimes des attentats ??... Stupeur et colère au 17", écrit le collectif "17 plus jamais", créé spontanément après les attentats pour faire vivre le lieu de mémoire. Les membres du collectif ont décidé de porter plainte auprès des services de police, après avoir remis en état le lieu de mémoire [« lieu de mémoire » ? Bravo le cliché ! ].
**********

Bien sûr, c'est moi qui souligne.



Ce genre de niaiseries crée en moi le fantasme suivant.

Sortir ma batte  de baseball et fracasser devant une assemblée de bobos le crâne du premier bébé phoque venu en hurlant « Qu'est-ce que vous ne comprenez pas ? Hein ! Qu'est-ce qu'il faut que je vous vous explique ? » tout en tapant  sauvagement le pauvre bébé phoque, victime indirecte des bobos.

Alors, je vais mettre les points sur les i : amis bobos, les terroristes de Charlie n'étaient pas seuls, ils n'étaient même pas fous, il y a des gens qui partagent leurs idées, qui sont convaincus qu'ils ont eu raison, qu'ils sont des héros et que leurs victimes ne méritent aucun hommage. Ces gens nous détestent, vous et moi, ils nous mettent dans le même sac.  Et, non, ce n'est pas de la bêtise d'écervelés, ou pas seulement. Tout le monde il est pas beau, tout le monde il est pas gentil. Le Mal, ça existe et, non, ce n'est pas le Front National. Ca serait plutôt une autre chose, qui s'appelle, entre autres, le fanatisme islamique.

Capice ? Ou vous voulez que j'explique une deuxième fois en détachant mieux les mots ? Ou que je vous fasse un dessin ?

L'affaire de l'arbitrage Tapie annulé

Cette histoire d'arbitrage Tapie annulé m'agace.

Dans ma philosophie personnelle du droit, je suis beaucoup plus anglo-saxon que français. Pour le dire autrement, plus romain que germain. En effet, contrairement à ce que beaucoup croient, le droit romain fut écrit très tard. Il s'est constitué par jurisprudence (voir Le droit et la liberté). Je préfère le droit construit par jurisprudence à la législation parachutée d'en haut comme je préfère l'économie de marché à l'économie planifiée.

Par voie de conséquence, tout ce qui remet en cause un arbitrage me dérange.

Est-ce du à la jalousie, à la vindicte et à l'idéologie des juges ? L'arbitrage Tapie est-il véritablement fautif ? Je n'en sais rien.

Dernière minute : j'ajoute cet article, sur un autre sujet, dont le titre suffit à montrer par quel genre de fous nous sommes dirigés :

« La loi a tout prévu, il faut l’appliquer».

Cela rappelle un sinistre et désormais célèbre « ce qui est juste, c'est ce que dit la loi ». Il y a peut-être une justice immanente : l'auteur de cette incomparable saillie a perdu les dernières sénatoriales.




Sommes nous capables de sortir de la ouate ?

En Norvège, ils font une chaine humaine de juifs et de musulmans « pour la paix ». En France, nous avons fait les marches à Charlie.

C'est vrai qu'en 1914, il y a eu une grande chaine humaine « pour la paix » autour de l'ambassade d'Allemagne à Paris.

Je me pose la question suivante : nous, occidentaux, sommes encore capables d'autre chose que de ces niaiseries bouffonnes ?

Philippe Muray, dans sa lettre à un djihadiste, concluait par un « nous vaincrons parce que nous sommes les plus morts ».

Son désespoir est bien peu chrétien, mais je me demande s'il n'avait pas raison de nous croire déjà morts.

Quand la seule riposte que des gens trouvent à une agression, c'est de défiler comme des moutons, on peut sérieusement s'interroger sur leur énergie vitale.








samedi, février 21, 2015

Le dangereux tropisme islamiste de l'Amérique

Accord USA-Turquie pour équiper les rebelles syriens

C'est une décision totalement folle, on sait ce que vaut la modération des islamistes modérés.

Or, c'est loin d'être un cas isolé, une erreur malencontreuse et exceptionnelle.

L'achat de Rafales par l'Egypte vient en grande partie de la décision des Américains en aout 2014 d'empêcher les Egyptiens de bombarder l'Etat Islamique du Levant avec leurs F16. Et chacun connaît la carrière d'Oussama Ben Laden.

L'alliance des USA avec le wahhabisme est vieille, elle date de 1945.

Mais le mal est beaucoup plus profond. Comme Chesterton, protestant converti catholique, l'explique, il y a beaucoup d'affinités entre le puritanisme protestant et certaines formes rigoureuses du sunnisme.

Prenons un exemple significatif. Ce n'est pas par hasard si les USA ont jadis prohibé l'alcool et si cinq cents villes américaines ont encore des législations très sévères sur la vente et la consommation d'alcool. Chesterton a des pages lumineuses sur l'attitude religieuse vis-à-vis de l'alcool comme révélatrice d'une vision de l'homme. Vous savourerez cet article : L'art perdu de boire catholique (1).

Le moine ripailleur n'est pas hérétique !

Sur l'alcool, il y a les catholiques d'un coté, les puritains et les sunnites de l'autre, et ce rapprochement pénible ne s'arrête pas là.

Je suis très gêné que la plus grande puissance mondiale soit l'alliée de ceux que je considère comme nos ennemis de toujours, plus que les Anglais et plus que les Allemands, c'est dire !

Ceci dit, l'Eglise catholique n'est pas totalement perdue : l'ordre de Malte prie tous les 7 octobre pour les chevaliers et les servants d'armes tués à la bataille de Lépante en repoussant l'envahisseur ottoman.

Nota : certains me font remarquer que les catholiques sont les chrétiens plus enclins à faire des mamours à l'islam. Je sais, j'en connais qui sont islamophiles jusqu'au ridicule. Mais c'est plus l'effet de leur déboussolement (2) qui les affaiblit et les conduit à se rallier aux mâles dominants que d'affinités dogmatiques.

*************
(1) : les puristes pourront s'en tenir à la règle d'Hilaire Belloc, ami de Chesterton. Ne pas boire d'alcools inventés après la Réforme. Cela laisse quand même pas mal de possibilités ! J'ai cru comprendre que les conférences de la société des amis de Chesterton avait plutôt lieu le matin, parce que l'après-midi, après le déjeuner, ça pouvait tanguer.

Pour ceux qui sont touchés par la Grâce :

L’art catholique de déguster le Whisky

(2) : L'Eglise de Rome devient trop dure pour ce qu'elle a de mou et trop molle pour ce qu'elle a de dur. Elle se dévirilise à la vitesse grand V. Le Salut est toujours le même : la doctrine, les Saints.

Quand le politiquement incorrect vient du Japon.

Ayako Sono met les pieds dans le saké !





Les députés au front

Est-ce populiste de se demander ce que feraient nos actuels députés ?

***********
Frédéric Chevillon, député des Bouches-du-Rhône, tué à l'ennemi aux Eparges le 21 février 1915, s’était engagé le 1er août 1914 au 44e régiment d’infanterie territoriale, en même temps que son collègue de la Meuse, André Maginot. Ils retrouvent tous les deux leur ami Léon Abrami, député du Pas-de-Calais. À leur demande, ils sont aux avant-postes et bientôt en première ligne. Tous les trois prennent part à de nombreuses reconnaissances chargées de renseigner le commandement sur les positions ennemies. André Maginot est rapidement convaincu que la constitution d’un groupe de reconnaissance permanent, avec des éléments soigneusement choisis et un effectif suffisant pour qu’à tout moment une patrouille soit disponible, est une solution à mettre à l’épreuve. La « patrouille Maginot » est rapidement formée.

Elle comprend 20 soldats, sous les ordres de Maginot. Bien vite, les trois compères sont promus caporaux. Chevillon qui est nommé sous-officier puis sous-lieutenant est affecté au 132e régiment d’infanterie. À partir du 25 octobre, le 132e tient le secteur des Éparges, en Argonne, théâtre d’une des luttes les plus meurtrières et les plus pénibles de toute la guerre. L’ennemi s’acharne pour la possession de la crête, les attaques et les contre-attaques, les combats corps à corps et à la grenade, sous un bombardement d’obus de tous calibres et sous l’écrasement des torpilles, se renouvellent, sans arrêt, pendant une période de cinq mois dans les conditions les plus pénibles. Au cours des journées du 17 au 21 février, le 132e RI perd plus de 200 hommes. Même le chef de corps de ce régiment, le lieutenant-colonel Louis Bacquet, trouve une mort glorieuse au combat. Licencié en droit, administrateur civil, Frédéric Chevillon avait été chef de cabinet du ministre de la Marine, Théophile Delcassé, entre 1911 et 1912. Il était aussi le fils du député-maire d’Allauch, Joseph Chevillon (1849-1910). Il siégeait sur les bancs de la Gauche radicale qui, à l’inverse de ce que son nom peut indiquer, était un groupe centriste.
***********

vendredi, février 20, 2015

Procés DSK, procés de la prostitution

Je suis opposé à l'ordre moral des féministes militants. Je le déteste de toutes mes tripes.

Vous connaissez ma raison : il nie et détruit la plaisante complexité des relations entre hommes et femmes. Désolé, avec une femme je ne suis jamais tout à fait comme avec un homme, je suis beaucoup plus calme, ensuite ... Ça me regarde !

Chez Philippe Bilger, je me suis amusé.

Voici quelques commentaires et un article :

***************
Un client de prostituées n'est pas un proxénète. Un micheton n'est pas un maque.

Cette distinction élémentaire semble échapper à beaucoup.

Quant aux femmes traitées de matériel, ce n'est pas très glorieux, mais nous ne sommes pas dans le salon de Mme du Châtelet.

Il me semble bien que, sous couvert de condamnation du proxénétisme, on fait le procès de la prostitution. C'est dans l'air du temps, mais nous vivons un temps moralisateur et hypocrite que je n'aime pas beaucoup.

***************
"Pour répondre à la question "un client de prostitué(e)s est-il un proxénète ?" je répondrai sans hésitation qu'il est "au moins un complice" : sans clients pas de proxos ; cela va de soi." (Catherine A.)
Bien sûr, et un drogué est un complice des dealers.
Il y a des fois, quand on voit ce qu'on voit et quand on lit ce qu'on lit...
Vous devriez lire les excellents ouvrages d'Alphonse Boudard. Evidemment, ce n'est pas politiquement correct, mais c'est un peu plus humain et un peu plus fin. Ah, l'humanité de chair et d'os, cette garce ! Avec ses pulsions, ses désirs, ses différences irréductibles entre hommes et femmes, quel malheur.

Rédigé par : Franck Boizard | 19 février 2015 à 18:07

Putes et Féministes Castratrices - débat on n... par Anti-Feminisme

J'ajoute :

Moi, Philippe Caubère, acteur, féministe, marié et «client de prostituées»

 ***************
Puisque j'ai conseillé les oeuvres d'Alphonse Boudard (auquel on peut ajouter Albert Simonin), je me suis appliqué mon propre conseil et j'ai survolé hier soir quelques livres. Je résume :

1) La qualité essentielle pour une prostituée est d'être fortement motivée pour ne pas se salir les mains à l'usine.

2) Les deux qualités essentielles pour un maquereau sont d'être fortement motivé pour ne pas se salir les mains à l'usine et de pouvoir avoir une érection sur commande, son devoir étant d'honorer ses gagneuses régulièrement.

3) Tant à Simonin qu'à Boudard, la genèse du maque et de la prostituée semble aussi insoluble que celle de la poule et de l'oeuf. Boudard fait remarquer qu'une prostituée "libre" ne le reste jamais longtemps, qu'elle se trouve toujours un homme à gâter. Ce que Pierre Dac, dans sa parodie de Phèdre, synthétise ainsi : "Je f'rai le tapin pour toi dans les rues de Trézène. Tu s'ras mon p'tit homme et j'te donn'rai des sous". Proposition qu'Hippolyte-Dac refuse avec hauteur, ce qui lui vaut d'être traité "d'érotique sablonneux".

4) Il n'y a pas de mépris plus fort que celui de la pute pour le micheton. Le monde des "hommes" et celui des "caves" sont séparés par un fossé plus grand que l'océan Pacifique. Le micheton appartient définitivement au monde des "caves".

5) Tout cela est sordide et n'acquiert un romantisme que dans les romans.

Bien sûr, l'expérience de Simonin et Boudard date des années 20 à 50, mais la psychologie a-t-elle tellement changé ?

Je ne sais pas si cela vous éclaire l'affaire DSK, mais il me semble que les rôles du maque et du micheton sont très difficiles à confondre, en pratique, en droit, comme en psychologie.


***************

Notre ami Bob Marchenoir déchainé :


Les néo-puritaines gauchistes qui vilipendent les clients de prostituées sont les mêmes qui manifestent pour le droit des "travailleuses du sexe" (comme elles disent) à exercer leur métier.

Ce sont aussi les mêmes qui trouvent parfaitement normal de divorcer après quelques années de mariage, sans oublier de passer par la case pension alimentaire et prestation compensatoire. Au moins, les femmes entretenues du temps jadis n'exigeaient leur petit cadeau que tant que durait leur union. "L'égalité" moderne veut que l'homme paye à vie en échange de... rien.

On ne m'en voudra pas de trouver beaucoup plus morales les prostituées, et leurs clients.

La question de savoir comment les hommes peuvent être convaincus de fonder une famille alors que les lois sont aussi déséquilibrées à leur encontre reste posée. Le féminisme est une arme de destruction massive contre la civilisation occidentale. Après elles, le déluge.


***************


@ Robert Marchenoir | 20 février 2015 à 15:02

Vous connaissez le problème : le féminisme militant a paru à certains un moyen efficace pour traduire la famille traditionnelle et donc la société traditionnelle qu'ils haïssaient. Casser le monde de papa, un fantasme d'adolescents attardés.

Bien sûr, ils ne savent rien reconstruire à la place puisque les utopies qu'ils proposaient se sont avérées criminelles.

Des idiots utiles, par conformisme, par goût de la mode, leur ont servi d'appui sans comprendre ce qu'ils faisaient.

Maintenant, nous comptons un record de femmes seules avec enfants, que nous savons plus exposées à la précarité. De plus, nous avons désormais en banlieue des femmes qui subissent une vraie société patriarcale (ce que la nôtre n'a jamais été, contrairement à ce que prétendaient ses détracteurs).

Il n'y a pas à dire, depuis les débuts du féminisme, la condition concrète des femmes a fait un bond. Mais dans quel sens ?


Je n'ai pas ajouté, comme je l'aurais du, que Bob avait en partie tort. Qu'un certain nombre d'hommes se satisfont d'être, enfin, autorisés par la morale courante à réaliser leur fantasme de toujours : jeter la vieille pour épouser une jeune.

Enfin, un article qui remette les témoignages du procès DSK en perspective :

Procès du Carlton : les larmes coulent à flot