jeudi, mai 26, 2016

Un syndicat qui ne représente rien, pour emmerder un gouvernement qui ne représente pas grand'chose, bloque le pays qui représente tout

Ce règlement de comptes entre salopes gauchistes ne m'intéresse pas. Certains essaient de nous la jouer « second degré », il s'agirait de la lutte entre l'européiste (Valls) et le souverainiste (Martinez). Ben voyons ! Alors que ce sont tout simplement deux apparatchiks ponctionnaires, qui vivent autant l'un que l'autre du racket fiscal, qui essaient de préserver leur galette et leur pouvoir, et au diable les idées.

Les acteurs de cette mascarade tragique, Martinez, Valls et Hollande, sont également pourvus de mon mépris infini.

Pour moi, la place de ces gens, c'est « tous ensemble », comme ils disent, à Saint Laurent du Maroni, avec des chaines aux pieds, en train de casser des cailloux.




mercredi, mai 25, 2016

Loi Travail : mais où est passé le pays réel ?

Loi Travail : mais où est passé le pays réel ?

***********
Le pays réel a disparu des écrans radar dans le ciel de la loi Travail. Plus que jamais, la parole politique est confisquée par une minorité assez peu (voire pas du tout) concernée par le texte, et les principaux acteurs à qui cette loi s’adresse en sont réduits à compter les points sans pouvoir intervenir dans le débat.
***********

mardi, mai 24, 2016

Nous avons les conséquences (2)

Je reprends à dessein le titre d’un billet de septembre dernier :

Nous avons les conséquences

Le foutoir qui s’installe en France est la conséquence de deux phénomènes :

1) La complaisance coupable de la gauche prétendue non-communiste pour le gauchisme . Cette complaisance est aussi vieille que le socialisme, mais ce n’est pas une raison. De plus, la fausse droite s’y joint : ses attaques sont bien moins virulentes et profondes que jadis. Elles dénoncent certains actes mais pas la pensée qui les inspire, c’est en cela qu’elle est une fausse droite.

2) La perte d’autorité dans toutes les domaines. Aujourd’hui, le plus frappant est la perte d’autorité politique, l’incapacité de l’Etat à mettre fin au désordre. Incapacité morale et intellectuelle, plus que physique. Cela vient de loin. Depuis mai 68, on peut scander les étapes de la perte d’autorité de l’Etat, qui en devient tyrannique, fort avec les faibles, faible avec les forts. Cette perte d’autorité résulte aussi, le mouvement est cohérent, du déni de démocratie, de l’envahissant « technocratisme », dont le traité de Lisbonne reste l’exemple le plus flagrant. Le refus d’utiliser les canons à eau pour disperser les émeutiers sous prétexte que cela rappellerait des images de la dictature de Pinochet dit à quel point nos politiciens sont malades de la tête.

Habituées depuis trop longtemps à être flattées et à vivre dans l’impunité, à terroriser un pouvoir qui doute de son assise populaire, la racaille gauchiste et la racaille des banlieues laissent libre cours à leurs pulsions.

Blocage de raffineries, grèves, violences : la gauche radicale, un poison français

Je ne peux que vous rappeler Chantal Delsol :

**********
L’incapacité d’agir, l’attitude qu’on dit velléitaire ou attentiste, aura les mêmes conséquences pour un peuple que pour un individu, pour un gouvernant que pour un particulier. Si votre enfant ne fait rien à l’école et que par pusillanimité ou par paresse ou par indifférence, vous ne tentez pas de réagir, ce sont les événements qui décideront à votre place : l’enfant sera finalement renvoyé, par exemple. Autrement dit, si vous ne menez pas votre destin, c’est votre destin qui vous mènera par le nez. Il en va de même pour un pays. A force de mettre au pouvoir des gouvernements attentiste et pusillanimes, il se produira je ne sais quelle catastrophe qui viendra pour ainsi dire tout résoudre.
**********

Forever flying (B. Hoover)

Pour ceux qui ne connaissent pas Bob Hoover : c’est LE pilote d’essai.

Bob Hoover est le Mozart du manche à balai : né en 1922, exceptionnel dès la formation de base, ailier de Chuck Yeager lors du passage mur du son, chef pilote de North American. Il a survécu à plusieurs crashs en essais (au moins une douzaine), compte des dizaines d’atterrissages sans moteur ou avec un avion endommagé. Il a eu de la chance, mais pas seulement : il avait un jugement et un touché hors du commun, il a survécu à des péripéties qui auraient tué n’importe qui d’autre. Reconnu par ses pairs, il a été élu deux fois président de la société des pilotes d’essai. Bien après l’âge où d’autres prennent leur retraite, il volait encore en meeting (dernier en 2000, donc à 78 ans).

Il était aussi connu pour sa tenue de vol : un costume de ville et un grand chapeau de paille.

Il insiste sur deux points : le travail et la rigueur. Il n’a improvisé aucune de ses figures les plus folles. Il avait l’habitude, quasiment à chaque vol et quel que soit l’avion, de passer un tonneau en montée initiale.

Il a perdu son épouse Colleen en mars dernier après 68 ans de mariage .

Bob Hoover à 73 ans :




dimanche, mai 22, 2016

Les élites au coeur de notre perte d’influence

Les élites au coeur de notre perte d’influence

*************
Beaucoup, dans l’élite française, présentent cette perte d’influence comme une nécessité historique, une tendance inéluctable qu’ils choisissent d’accompagner allègrement. On retrouve ici le vieux discours selon lequel la France ne peut plus peser par elle-même, et qu’elle a besoin de l’Europe pour exister. Les mêmes oublient de dire que plus la France se repose sur l’Europe, moins elle y est influente.

La résignation des élites connaît aujourd’hui une sorte de montée en puissance. J’en prendrai pour preuve la nomination de Guillaume Duval au Conseil Economique et Social par le gouvernement, quelques semaines après la sortie de son livre intitulé: La France ne sera plus jamais une grande puissance? Tant mieux ! Pour qu’un gouvernement récompense ce genre d’écrit, c’est bien le signe que quelque chose ne fonctionne plus dans la caste des décideurs.

Même si personne ne l’avoue, tout le monde sait que le problème majeur de notre perte d’influence tient à cette prophétie auto-réalisatrice: la France perd son influence parce que les élites ont besoin de prouver que cette perte est inéluctable. Plus l’élite pense que la France est un pays fini, et plus le déclin s’accélère.

[…]

Pour renouer avec une saine ambition internationale, la France doit avoir une explication de fond avec ceux qui colonisent aujourd’hui les postes de décision, et qui détestent rendre des comptes au citoyen. Je reprends ici l’analyse de la question turque comme illustration du mal inoculé par les élites françaises.

L’affirmation de la Turquie comme puissance régionale date des années 2000, et singulièrement de l’arrivée d’Erdogan au pouvoir. Pour décoder cette dynamique nouvelle, il faut accepter de franchir un certain nombre d’étapes intellectuelles. D’abord accepter de ne pas tout savoir, et spécialement accepter l’idée que le monde change et que la réalité de 2016 n’est pas celle qu’on nous a apprise à l’école (quelle qu’elle soit). Ensuite, il faut accepter de réformer ses conceptions et ses doctrines pour s’adapter au monde nouveau. Enfin, il faut être capable de miser sur des dynamiques nouvelles partout dans le monde.

Cette capacité d’adaptation est singulièrement ce qui manque le plus à l’élite française, obsédée par ses petits calculs à court terme, et effrayée à l’idée de perdre ses privilèges dans un monde qui change.

[…]

Sur le fond, la France a besoin de changer ses paradigmes. Elle dispose d’un vivier capable de porter ce changement, mais la politisation excessive de la fonction publique conduit à préférer, aux postes de décision, des personnalités sans relief et soumises à des élus médiocres.

Cet état de fait n’est pas le produit du destin. Il résulte de la dégénérescence des institutions qui ont besoin d’un big bang pour permettre le sursaut français.
*************



samedi, mai 21, 2016

La Turquie est devenue de facto membre de l'Union européenne, au nez et à la barbe des peuples qui n'en voulaient pas

Libre entrée des Turcs en Europe : où est la contrepartie ?

*********
Avec la libre entrée de ses ressortissants, la Turquie, qui bénéficie déjà de la libre entrée de ses marchandises et d'aides considérables, est devenue de facto membre de l'Union européenne, au nez et à la barbe des peuples qui n'en voulaient pas. Merci Madame Merkel, merci l'Europe.
*********

vendredi, mai 20, 2016

L'antipape François

Je suis estomaqué par les articles laudateurs de Jorge Bergoglio dans la presse française, y compris celle prétendue de droite. Il faut aller chercher la désapprobation dans Causeur.

Comme d'habitude, Raymond Ibrahim est limpide. Il explique très bien en quoi Jorge Bergoglio se fait le pape des musulmans, en adoptant leurs points de vue anti-chrétiens :

Pope Francis’ Jihad on Christianity

Comme on peut douter que M. Bergoglio soit un con (quoique ...), il faut se rendre à l'évidence : c'est un salaud. Et un beau. Qui veut faire l'ange fait la bête.

Rien d'étonnant :

« Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons ? »

Les mauvais papes qui, en dernière extrémité, sont des antipapes, ne sont pas nouveaux dans l'histoire. Il faut faire avec et attendre que cela passe. L'Eglise est éternelle, pas les hommes.

Nous avons eu plutôt de la chance avec les derniers papes. Celui-ci est un très mauvais tirage. Les voies de la Providence sont impénétrables.






2 concerts de Eagles of Death Metal annulés : on attend avec impatience la réaction de défenseurs de Black M à Verdun

jeudi, mai 19, 2016

Éric Zemmour: Les droits de l'homme ou la vie

Éric Zemmour: Les droits de l'homme ou la vie

*************
La boucle était bouclée. Celle qui tourne des droits de l'homme à l'islam. D'une religion à l'autre. D'un ordre totalitaire qui empiète sur la sphère privée (le principe de non-discrimination) à un ordre totalitaire qui nie la distinction entre sphère privée et sphère publique (l'islam). Les peuples européens sont coincés entre le marteau et l'enclume, menacés de mort: « Le millénarisme immigrationniste est de nature totalitaire… Il a remplacé le combat communiste pour la destruction des bourgeoisies par le combat pour la destruction des nations européennes. »  L'analyse est implacable, le constat accablant, l'impasse totale. L'issue radicale. « Il est indispensable de discriminer… Soumettre l'islam à un statut dérogatoire pour le contraindre à se limiter à la sphère privée… S'inspirer du modèle discriminatoire suisse… La France ne peut espérer survivre qu'en rompant avec son culte de la non-discrimination. »

Les droits de l'homme ou la vie. On connaît d'avance la réponse de nos élites politiques, intellectuelles, médiatiques, culturelles, artistiques, économiques : les droits de l'homme. Au nom des grands principes et des grands sentiments. Et aussi des petits calculs et petits intérêts. D'un amour de l'Autre jusqu'au mépris et la haine de soi. C'est la reprise de la célèbre formule de Robespierre : « que l'Empire périsse pourvu que les principes demeurent ». Sauf que l'Empire, c'est la France et les Français. Les deux camps vont dans l'avenir se conforter, s'insulter, s'affronter. Les droits-de-l'hommistes contre les populistes. Chacun flirtant avec sa propre caricature et ses certitudes. Chacun prétendra agir pour éviter « la guerre civile » qui vient. En vain.
*************

Un mien collègue a résumé excellemment la chose. Le socialisme, c'est : « Je suis généreux avec l'argent des autres ». Le droit-de-l'hommisme, c'est : « Je suis généreux avec le sang des autres ».

Souvenons-nous des guerres révolutionnaires, napoléoniennes et de colonisation, toutes inspirées, d'une manière ou d'une autre, par le messianisme droit-de-l'hommiste.

Et ça continue.

Comme le dit le chanteur des Eagles of death metal, certains occidentaux préfèrent mourir plutôt que de passer pour racistes ou islamophobes.

Bien plus dégueulasse encore, nos gouvernants préfèrent que nous mourrions (car eux sont fort peu menacés par les attentats) plutôt que leur belle image de citoyens du monde non-discriminants soit entamée.








Encore un fleuron technologique français qui s'enfuit

Technip se marie avec FMC et va déménager à Londres





François Hollande et les autres devraient méditer Pascal. Pacal qui ? Un rappeur ?

Pascal disait : « Il faut que ce qui est juste soit fort et que ce qui est fort soit juste. »

Mais, évidemment, nos politiciens sont tout le contraire de Blaise Pascal. Il était rigoureux, honnête, intelligent, profond. Ils sont ...

mardi, mai 17, 2016

Avec le Brexit, les sauterelles et la pluie de sang



Brexit : "La City hurle avant d'avoir mal... par rtl-fr




Bataclan : du métal qui décape

Surrendering to Death

Je suis très circonspect vis-à-vis de cet entretien parce qu’il mêle d’une manière peu claire témoignage et interprétation. Néanmoins, il est intéressant. Nous sommes nombreux à avoir constaté des incohérences et des manques dans la version officielle (l'absence de commission d'enquête parlementaire digne de ce nom et la solidarité des politiciens pour ne pas faire toute la lumière sur ces attentats montrent assez la déliquescence d'un régime qu'on n'ose plus appeler démocratique).

Ce qu'il dit, à savoir que nous avons plus peur d'être traités de racistes ou d'islamophobes que de mourir est vrai, sinon les mesures anti-terrorisme islamique, fort simples, seraient prises depuis longtemps.

Parmi les enseignements concrets de ce témoignage qui nous concernent tous, on remarque le manque de réflexes sains de certaines victimes.

Si vous entendez des coups de feu, vous vous jetez à terre sans réfléchir, vous localisez la provenance des tirs, vous rampez à l’abri dans la direction opposée si vous n’êtes pas en vue des tueurs, puis vous vous enfuyez si la situation le permet et vous avertissez les autorités. Tout le reste, lever les bras en l’air et discuter, c’est le meilleur moyen de s’en prendre une, ce qui est arrivé.

La seule alternative, désespérée, est de se jeter sur les tueurs en étant prêt à les tuer avant qu’ils ne vous tuent, comme c’est arrivé dans le Thalys, là encore si la situation le permet.

En fait, la solution aux attaques type Bataclan est connue : l’armement des honnêtes gens, comme en Israël et aux Etats-Unis (s'il y a tant d'attaques de campus par rapport à d'autres lieux publics, c'est qu'ils sont gun free, mais chut, il ne faut pas le dire).

Nous préférons mourir (ou nos autorités préfèrent que nous mourrions) plutôt que d’adopter cette solution de bon sens mais qui remettrait en cause notre vision irénique et pacifiste du monde (et le pouvoir de l'Etat).



lundi, mai 16, 2016

Black M et la soumission de la gauche

Je n'ai pas encore réagi à cette affaire Black M à Verdun. J'ai surtout pensé que Philippe Muray devait en rire. Mais il est temps (c'est moi qui souligne) :

Black M et la soumission de la gauche

*************
L’affaire Black M montre comment la gauche de gouvernement ne cherche même plus à cacher son goût pour le communautarisme. Subrepticement, c’est bien à un remplacement des valeurs républicaines par les valeurs communautaires que le Parti Socialiste procède. Ce remplacement procède de la lente soumission annoncée par Michel Houellebecq.

La fête communautaire à la place de la commémoration patriotique


Dans le silence absolu de la droite, trop occupée à préparer ses primaires, la mairie de Verdun a eu la curieuse idée d’inviter le rappeur Black M à commémorer la bataille qui fut une hécatombe en 1916. Ce choix, validé en comité interministériel, ne pouvait résonner que comme une provocation et prêtait forcément le flanc à une critique sans concession.

[…]

Il fallait entendre ou lire les réactions du gouvernement à la polémique pour comprendre l’étendue de la soumission dans laquelle la gauche est entrée.

[…]


Dans toute cette affaire, la gauche explicitement et la droite implicitement abandonnent à la « fachosphère » le soin de lutter contre la soumission. C’est un choix lourd de sens par ce qu’il annonce.

D’une part, gauche et droite de gouvernement accordent toujours plus de champ d’action au Front National et aux « dissidents » de la fachosphère en faisant d’eux les porte-paroles officiels d’une conscience qui concernent de plus en plus de Français. Les partis de gouvernement souhaiteraient légitimer le rôle de la fachosphère en conscience républicaine qu’il ne s’y prendrait pas autrement.

D’autre part, la fachosphère a marqué un point essentiel cette semaine en obtenant l’annulation du concert. La décision prise par la mairie de Verdun en dit long sur la recomposition politique qu’Internet permet. Si la mécanique des partis empêche toujours les « dissidents » d’arriver au pouvoir, en revanche Internet leur donne la puissance de faire barrage aux mauvaises décisions publiques.

Voilà qui en dit long sur les alliances tactiques à nouer demain pour redresser le pays.
*************

On ne peut que faire un constat : les terroristes de 2015 ont pleinement réussi leur mission. Depuis les attentats, les voiles islamiques et autres manifestations politiques de communautarisme islamiste sont de plus en plus présents et les partisans de la soumission se cachent de moins en moins, sont de plus en plus explicites.

Comme je l'ai écrit plusieurs fois, je pense que le Parti Démocratique Musulman imaginé par Houellebecq existe déjà, que c'est le PS, que les lubies pourtoussistes y pèseront de moins en moins lourd face au commautarisme musulman car il y a  des affinités profondes entre islam et socialisme. Ou, plutôt, le pourtoussisme sert d'écran de fumée pour dissimuler les progrès de l'islamisme au PS.

Le déracinement et l'inculture prépare les voies de l'islamisation :

Verdun, BlackM : la nuit de l'inculture

*************
Nous avons supporté les mots sidérants d'un secrétaire d'État chargé de la mémoire de nos soldats traitant de « fascistes » ceux qui par les maigres moyens des réseaux sociaux ont voulu empêcher de voir transformer l'ossuaire de Douaumont en arrière-plan d'un divertissement de masse. Tout cela n'empêche pas l'inculture de se montrer arrogante. Nous recueillons les fruits d'un enseignement moral sans fondement, sans hiérarchie, sans profondeur, où le seul impératif est de traquer le «fascisme» renaissant et le retour d'un «ordre moral nauséabond». Un antiracisme hors-sol qui surveille, punit et ne comprend plus rien.
*************

Je crois à la puissance du Système, à sa capacité à empêcher l'opposition intellectuelle très réelle de se transformer en opposition politique arrivant au pouvoir.

Il me semble que l'enjeu est encore aujourd'hui intellectuel. Dans le billet précédent, j'écrivais que l'accession d'Hitler au pouvoir était fondée sur une erreur entretenue de représentation du nazisme.

Je suis persuadé que, si l'islam était vu dans sa vérité, il n'aurait aucune chance d'accéder au pouvoir en France. La meilleure aide que les soumis apportent à l'islamisme, c'est la carapace de mensonges (« islam religion de paix et d'amour », « terrorisme pas le vrai islam », etc.) dont il le protège. C'est pourquoi le combat reste intellectuel.

Mais il faut bien aussi lui donner une traduction politique.






Hommage à l’astrophysicien André Brahic, décédé hier

Hommage à l’astrophysicien André Brahic, décédé hier