mercredi, janvier 18, 2006

Et voilà poindre les premières victimes du funeste principe de précaution

Quelques zygotos, auto-proclamés "faucheurs volontaires" (je traduis en Français pour ceux qui ne parlent pas la novlangue GT et pourraient se demander ce que sont des "faucheurs involontaires" : "faucheurs volontaires" signifie "vandales de champs d'OGM") qui commettent un article intitulé Les OGM sont inconstitutionnels, qui hélas semble contenir une part de vérité.

Attendons quelque temps, nous ne devrions pas tarder à inscrire dans la constitution que toute recherche de savoir est proscrite en raison des dangers qu'elle porte. Car enfin, toute recherche de savoir est dangereuse, on a bien vu que même la recherche historique pouvait être facteur de discorde. A quand l'interdiction, au nom du principe de précaution, de la recherche sur l'esclavage afin de ne pas risquer grosses émeutes ou petits mécontentements ?

Ce n'est pas bien grave : les plus qualifiés d'entre nous pourront toujours s'exiler aux USA ; quant aux autres, ils ont la télé, n'est-ce pas ? Alors, qu'ont ils besoin de savoir nouveau ?

Les anti-OGMs, les luddites de 2006 ?

Nota : je permets de copier les commentaires d'un lecteur :

En 2004, 200 [chiffre à vérifier] millions d'hectares de cultures OGM ont été récoltées avec des bons résultats : hausse des rendements, baisse de l'utilisation de pesticides, plus de biodiversité et tout ca moins cher pour les agiculteurs. Il n'y a pas eu un seul problème de santé chez l'homme.

Cette hystérie anti-OGM est totalement injustifiée sur une base scientifique et ne vaut que par une exploitation sensationaliste et populiste des peurs humaines avec l'aide du principe stupide de précaution.

Le problème fondamental est que le débat sur les OGM est rendu confus par leur association avec les agissements de sociétés. Ainsi l'anti-capitalisme primaire vient polluer un débat qui au lieu d'être uniquement scientifique devient une aire d'expression supplémentaire pour la réthorique des anti-mondialisations. Il faut absolument différencier le débat sur l'innocuité des OGM (qui ne fait presque aucun doute) et celui sur les politiques commerciales agressives d'entreprises.

Ironiquement l'utilisation des OGM est un moyen beaucoup plus sur de réaliser les manipulations génétiques que tout les moyens employés jusqu'ici. Rappelons en effet que des manipulations génétiques on en fait depuis des milliers d'années avec les croisements d'animaux et de plantes. Depuis la deuxième moitié du 20ème siècle, on est passé à la provocation de mutations aléatoires par irradiation ou utilisation de produits chimiques corrosifs, moyens autrement plus dangereux que les OGM.

[J'ajoute que les OGMs diminuent l'utilisation de pesticides, d'engrais et d'hydrocarbures, ce dont les pseudo-écols anti-OGMs ne parlent jamais, ce qui prouve leur peu de préoccupation de l'écologie. Là où un tracteur passe 37 fois en moyenne sur un champ non-OGM, il passera 19 fois sur un champ OGMs.]

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Il y a une question que j'aimerai poser à tous les arracheurs de OGM ; ont ils conscience des futurs besoins alimentaires de l'humanité ? et si oui, comment envisagent ils l'augmentation de la productvité ?
C'est surtout une réponse morale qu'il faut donner, pas une réponse politique, ni écologique, ni économique ...

Unknown a dit…

La dangerosité de la vache folle n'etait pas scientifiquement prouvée non plus, jusqu'a ce qu'il y ait des morts....

Pourquoi trafiquer la nature?

Anonyme a dit…

>>Pourquoi trafiquer la nature?

Pour l'adapter à nos besoins, ce que fait l'homme depuis des millénaires, et ce que font même nombre d'animaux.
La nature n'a de valeur pour l'homme que dans ce qu'elle peut lui apporter. Les notions écologiques n'ont de pertinence qu'en ce que la sauvegarde de la nature peut être bénéfique à l'homme.