mardi, avril 25, 2006

Les maisons de Bricourt, relais gourmand Olivier Roellinger

Le cadre est très agréable (une mare aux canards face à la salle est très instructive sur les moeurs des palmipèdes !)

Nous avons avons pris le menu gastronomique intitulé Image du pays malouin.

Je trouve le titre ampoulé pour un menu mais je reconnais qu'il est pertinent : tout en poissons, fruits de mer et épices des pays lointains, c'est bien à l'image du pays malouin.

Voici le menu, mes commentaires entre [] :

Pièces de Saint Jacques, rêve de Cochin ["carpaccio" aux fruits de la passion et mélange d'épices]

Nage marine et potagère

Huîtres tièdes et jus d’herbes des falaises [rend très bien le goût marin, de tous les plats, c'est avec le homard mon préféré]

Homard au piment et cacao [une vraie merveille, l'erreur aurait évidemment été que le cacao écrasât le homard mais ce n'est pas le cas, c'est joué tout en douceur]

Saint Pierre retour des Indes [mélange d'épices ; curry maison]

Selle d’agneau poudre " grande caravane " [mélange d'épices]

Table de fromages et crème fermière

Strates de pommes confites, fraîcheur d’agrumes

Lait abricoté et glace café cardamome

Au menu lui-même, il faut bien entendu ajouter toutes les broutilles qui finissent par vous caler.

Nous avons beaucoup apprécié, c'est digne de la plus grande cuisine, originale, forte personnalité ; on sent bien le breton têtu, qui sait ce qu'il veut. Olivier Roellinger travaille subtilement les épices, sa marque "de fabrique".

D'ailleurs, une boutique à coté du restaurant et le site internet vendent les mélanges d'épices (je vous conseille le grog des iles).

Le service est impeccable : rigoureux et sympathique (une légère pique d'humour pour nous dire que nous n'avions pas besoin de prendre des notes, le menu étant fourni à la fin).

Tout de même un reproche, puisqu'il en faut un, seul Dieu étant parfait : un manque de travail des légumes, qui sont quasi-absents.

Par contre, les desserts étaient à la hauteur du reste du menu, je le précise parce qu'il y a là souvent une faiblesse des menus gastronomiques. A préciser aussi dans les points positifs annexes : une recherche agréable dans la vaisselle et les divers instruments de table.

Vient la douloureuse question du prix : le menu Image du pays malouin est à 165 €, avec apéritifs, vin et cafés, ça fait 460 € pour deux soit un demi-SMIC (1).

Seul ce menu est intéressant à mon avis pour une première visite : en effet, quand on a à faire à un chef si créatif, c'est dommage de ne pas essayer de gouter au maximum de choses. C'est le genre de restaurant qui peut être le seul dans l'année, mieux vaut retarder son repas que de ne pas en profiter pleinement.

A titre de comparaison, au Grand Véfour, qui a une cuisine comparable en excellence (pas le même style), mais qui bénéficie d'une implantation parisenne et d'une réputation historique, il faut compter 90 € de plus par personne soit 180 € à deux, ce qui relativise les prix des Maisons de Bricourt.

Qu'en conclure ? Une excellente table, parmi les meilleures de France (pas un mince compliment), à la forte personnalité, tout en harmonie. Je lui ai trouvé une grande parenté avec le spectacle équestre de Bartabas Voyage aux Indes Galantes : deux histoires de marins bretons partis pour des pays lointains. Car ce menu était un voyage et une histoire.

Il y a d'ailleurs peut-être une idée d'association à creuser : un repas à cheval ?

Trêve de plaisanterie, à voir, et à manger.

(Comme d'habitude, pour ces restaurants à la très haute cuisine, n'y emmener que des invités qui apprécient ; pour des clients habituels de Mac Do, c'est de l'argent jeté par les fenêtres. Il faut d'autant plus insister pour les maisons de Bricourt que son originalité ressort par comparaison.)

(1) : bien entendu, tous les prix que je vous donne sont très approximatifs car ils varient énormément en fonction du vin, disons que nous sommes raisonnables sur le vin sans pingrerie.


Lien :

Maisons de Bricourt

Aucun commentaire: