jeudi, août 10, 2006

Une photo que vous ne verrez pas dans les medias français





Légende : Près de mille enfants de 10 à 15 ans membres du groupe terroriste Hezbollah font le salut nazi le 14 décembre 2001 pendant une manifestation pour le 'jour de Jérusalem'. On distingue, à peine quelques mètres derrière, la ville de Metula, dans le nord d'Israël.

Cette photo a été diffusée par la Mena, dont le bureau se trouve presque sur la photo puis reprise par une agence espagnole. En France, ça n'a pas l'air d'être considéré comme digne d'intérêt.





Afin de ne pas être accusé de mensonge, je précise qu'il existe le même genre de photos d'origine iranienne, mais en noir et blanc, c'est pourquoi j'ai choisi celle-là.

Heureusement que les medias français ne l'ont pas publiée : ils auraient été capables de nous expliquer qu'il s'agissait de gentils écoliers libanais agitant la main vers Israel en signe de réconciliation !

Enfin, je remarque autre chose : le parallèle fait avec la seconde guerre mondiale, qui me met mal à l'aise et qu'on reproche aisément à Bush et associés, est aussi fait par leurs adversaires islamistes.

Des articles ou des tracts du genre "Merci Hitler" ou "Hitler n'est pas allé assez loin" sont courants.

J'ai entendu cette dernière phrase de mes propres oreilles en Iran (d'un "vieux", quelqu'un de 40 ans, qui avait connu la guerre avec l'Irak ; il ne faut pas oublier que 60 % de la population iranienne a moins de 25 ans, que ces jeunes sont surtout préoccupés par comment draguer sans être emmerdé, quel boulot je vais avoir en sortant de l'université et se préoccupent de politique seulement pour demander qu'on leur foute la paix).

12 commentaires:

François Delpla a dit…

et toujours le même pessimisme !

je ne vois pas ce qui permet d'assurer à l'avance qu'aucun media français ne publiera ce cliché, fût-ce en essayant d'en cerner un peu la portée (tout le hezbollah est-il nazi ? fréquence de ce genre de cérémonie etc.).

En tout cas, en ce qui me concerne, ce n'est pas d'aujourd'hui que je dénonce l'instrumentalisation de la SGM par les deux clans du choc des civilisations. D'un côté, on traite de munichois quiconque doute de l'opportunité des expéditions d'Afghanistan et d'Irak, ou on assimile n'importe quel excité occidental à Churchill, de l'autre on vend en kiosque les protocoles des sages de Sion et on nie allègrement le judéocide quand on ne lui reproche pas d'avoir été incomplet. Vous ne le découvrez pas, tout de même ?

Quand donc comprendrez-vous que c'est la même logique et qu'elle nous mène droit dans le mur ?

fboizard a dit…

"je ne vois pas ce qui permet d'assurer à l'avance qu'aucun media français ne publiera ce cliché" : mon pessimisme, effectivement.

"Quand donc comprendrez-vous que c'est la même logique et qu'elle nous mène droit dans le mur ? "

Justement, je ne comprends pas : quel mur et que proposez vous pour l'éviter ?

Epicier vénéneux a dit…

"tout le hezbollah est-il nazi ? fréquence de ce genre de cérémonie etc."

Si un matin je croise mon voisin et confrère juif et que je le salue en claquant des talons, vous pensez qu'il me demandera si toute ma famille agit de même et si on le fait fréquemment avant d'en référer au CRIjF ?

Et quelle serait votre opinion à ce sujet ? Essayeriez-vous de comprendre mon geste en me trouvant sinon des circonstances atténuantes, du moins une bonne raison d'agir ainsi ? Ou me condamneriez-vous avec véhémence ?

Ils ont le droit, eux, parce qu'ils sont terroristes, musulmans et armés ?

Vous poussez le bouchon un peu trop loin.

François Delpla a dit…

***Ils ont le droit, eux, parce qu'ils sont terroristes, musulmans et armés ?

Vous poussez le bouchon un peu trop loin.***

Parce que quand on souhaite des précisions et des nuances c'est nécessairement pour excuser ?
Vous pourriez au moins le demander, mais non, vous foncez, vous insultez.

Pour le gouvernement israélien lui-même, tant en matière de sécurité que de justification de sa politique, il est pourtant essentiel de mesurer la portée exacte d'un tel phénomène et croyez bien qu'il ne s'en fait pas faute.

Meci en tout cas de cet exemple. Votre attitude est exactement celle que je dénonce avec angoisse depuis le début de cette crise, deux camps irréductibles et rien entre, taper d'abord et réfléchir ensuite.

Ce n'est évidemment pas la mascarade blairienne mondialisée d'hier à propos d'une vaste conspiration visant à faire sauter des dizaines d'avions à coups de thermos de nitro-glycérine, relayée par tous nos médias de manière absolument acritique, qui va me faire changer d'avis.

fboizard a dit…

"mascarade blairienne" vous aussi vous foncez : pour l'instant nous avons très peu déléments (bien entendu, je vous vois venir : ça prouve bien que c'est une mascarade, attendons un peu cependant).

Si je vous comprends bien, le mur dans lequel nous sommes censés foncer, c'est qu'en faisant le parallèle Bush-Churchill, Ahmadinejad-Hitler, on va obtenir le même résultat qu'entre Churchill et Hitler : la guerre.

Ne vous est-il pas venu à l'idée que le lien de causalité pourrait être inverse ? L'Iran est expansionniste, nationaliste, et cherche très activement la bombinette ; tout cela indépendamment du discours qu'on met autour, pour des raisons qui s'appellent l'histoire, la démographie, la géographie et le régime politique, sous oublier quelques illuminés sévères.

Pour répondre à votre question, le Hezbollah est à la fois :

1) une milice très armée et très formée d'une dizaine de milliers d'hommes appuyés par des milliers de supplétifs et d'auxiliaires

2) une oeuvre sociale qui n'est pas sans rappeler certains aspects du FN ou de la Mafia "Je suis gentil, je t'aide, mais n'oublie pâs de mettre un voile à ta fille et d'envoyer ton fils à l'école coranique, sinon ..." Le Hezb est dans le style du Parrain : "Je lui ai fait une proposition qu'on peut pas refuser ..." notamment vis-à-vis des intellectuels.

3) un parti politique libanais représenté au gouvernement et à l'assemblée.

1) et 2) n'éprouvent aucun complexe vis-à-vis de pratiques humanistes du genre embrigadement des jeunes, endoctrinement, chantage, louange à Hitler (bien qu'il n'ait pas fini le boulot), salut nazi, etc.

3) se fait plus discret, plus respectable, ce qui permet d'ailleurs à 2) et3) de propagander sans frein sous ce couvert.

Mais franchement vous me décevez : quand on voit des dizaines de garçons en rang faisant le salut nazi, on peut se douter qu'il y a un problème avant même de faire une enquête approfondie.

Vous devriez fréquenter quelques sites internet libanais, ils sont instructifs.

Epicier vénéneux a dit…

J'ai tout bien relu, M. Delpla, mais je n'ai pas vu l'insulte dont vous vous offusquez.
Elle a dû être effacée par le modérateur ou vous l'avez fantasmée.
M'enfin je ne me souviens pas avoir entendu parler d'un modérateur.

Au-delà de ça, je lis : "taper d'abord et réfléchir ensuite". Venant d'un historien, ça me fait cogiter un peu sur votre métier (le métier d'historien en général, pas vous en particulier ; je ne suis pas en train de vous charrier) et, de seconde en seconde, je comprends mieux pourquoi vous cherchez une alternative à la guerre : si on prend l'exemple de la GM2 :
- vous connaissez les faits ;
- vous connaissez les causes ;
- vous connaissez les conséquences à plus ou moins long terme ;
- etc.

En fait, votre métier consiste à rassembler et synthétiser tous les éléments d'une guerre (ou d'un autre événement, d'ailleurs), avec du recul, ce qui peut vous permettre, si vous étudiez bien lesdits éléments, de prévenir une guerre qui a déjà eu lieu.

Vous avez le recul de quelqu'un qui sait que, dans disons 50 ans, les historiens diront que les dommages collatéraux de la chasse au Hezbollah de 2006 auraient pu être évités.

Et du coup, peut-être qu'il est possible d'envisager qu'inconsciemment (voyez si je prends des précautions) les historiens ont une petite faute de jugement sur une situation en cours. Non pas que vous eûssiez des oeillères, mais simplement une légère déformation professionnelle au sens strict du terme, c'est-à-dire pas un parti pris ni un "délit d'initié", mais la conviction, et vous devez sans doute avoir raison, qu'un épisode sanglant, même nécessaire, peut être évité.

L'ennui étant, vous l'avez bien compris, qu'on trouve la solution élégante une fois que la solution moche a déjà résolu le problème ; ou alors on trouve la solution élégante quand les gens ont oublié même jusqu'à l'existence du problème tellement c'est longtemps après.

Peut-être est-ce le début d'une discussion intéressante ? Je vous laisse mon e-mail : gdemarne at hotmail.fr

François Delpla a dit…

1) Blair est un menteur patenté, Bush aussi, voilà que tout d'un coup ils se vantent d'avoir prévenu une série d'attentats beaucoup plus meurtrière que celle du 11 septembre, en invoquant un mode opératoire parfaitement incapable de déjouer les mesures de sécurité actuelles, et votre premier mouvement n'est pas le doute ?

C'est beau la confiance !


2) Sur le hezbollah, quelle langue faut-il parler ? Je suis l'historien du nazisme de loin le plus sévère à son égard, puisque je m'échine à dire que l'entreprise était bien montée et a failli obtenir au printemps de 1940 un succès durable. Ces jeunes faisant le salut hitlérien à eux pas d'Israël me révulsent bien entendu, et c'est bien pour cela que je dis qu'une information correcte doit à ses auditeurs de cerner l'extension du phénomène.

3) Je l'inscris pour ma part dans un mouvement de croissance galopante des intolérances, que tous les hommes de bien doivent dénoncer d'urgence, de même qu'ils doivent rappeler que la guerre ne règle rien, à plus forte raison dans un tel climat.


A ce propos, connaissez-vous le dernier livre de Zeev Sternhell, le grand historien des idées israélien, intitulé "Les anti-Lumières" ? Il dénonce le procès fait aux Lumières depuis le XVIIIème siècle, de nourrir l'intolérance, alors que les penseurs "anti-Lumières", de Burke aux néo-cons américains actuels en passant par Herder, Barrès, Sorel et bien d'autres, sont des chantres de tous les particularismes et débouchent sur le relativisme politique et moral. Ce qui est vrai, c'est que les Lumières ont dégagé un certain nombre de valeurs universelles, comme la tolérance précisément.

Je suis entièrement d'accord avec lui sur le fait qu'il y a des valeurs universelles et qu'il est temps qu'elles s'imposent partout.

Je pense qu'un Franck, à cette lecture, devrait être un peu gêné aux entournures.

fboizard a dit…

J'aime les Lumières, bien que souvent vaniteux, mais plutôt Voltaire que Rousseau. Vous oubliez que le libéralisme (mais aussi le sectarisme de la Terreur) naît des Lumières.

J'ai peur que vous ne baptisiez intolérance, l'idée qu'en politique, il faut ce qu'il faut.

La tolérance est une vertu privée et un bienfait juridique, mais n'a pas de pertinence en politique.

Qu'est-ce que Dresde nous dit sur la tolérance ou l'intolérance de Churchill ? Qu'est-ce que Hiroshima nous dit sur la tolérance ou l'intolérance de Truman ?

Enfin, Montaigne, guère réputé pour son intolérance, a écrit que "le bien public requiert parfois qu'on tue, qu'on mente et qu'on massacre"

Pour abonder dans le sens d"Epicier Vénéneux", historien n'est pas analyste politique, les compétences et les modes de réflexion sont différents.

Pharmacien, ingénieur, historien : nous sommes tous des amateurs s'agissant des questions d'actualité et notre métier peut nous orienter vers un mécanisme intellectuel ou un autre.

En l'occurence, Epicier Vénéneux me semble soulever une question : un historien n'était il pas tenté de voir le présent comme le passé, en oubliant Pierre Dac ("les prévisions, sont difficiles surtout lorsqu'elles concernent le futur." ?

Ce qui différencie un gouvernant d'un historien sont :

> les responsabilités

> les incertitudes

Raymond Aron raconte que, jeune germanophone de retour d'Allemagne, il se retrouve à faire un exposé au Ministre des Affaires Etrangères qui lui pose quelques questions et lui dit : "Bel exposé. Que feriez vous à ma place ?" Demande suivie d'un silence embarrassé.

Compte-tenu de ce que vous savez, quelle politique auriez vous vis-à-vis du Hezbollah et de l'Iran à la place de Bush ?

Pour ma part, je vous ai écrit ce que je ferais si j'étais Président de la République française. Ca m'a valu de me faire traiter de va-t-en-guerre, mais je constate que c'est pour l'instant très exactement la politique française ! :-)

François Delpla a dit…

***La tolérance est une vertu privée et un bienfait juridique, mais n'a pas de pertinence en politique.***

en m'excusant de n'avoir pas le temps de répondre à tout, je voudrais privilégier ce point que j'estime le plus important.

Bien sûr que si ! et elle est la clé de l'amélioration de la situation actuelle, si on daigne la mettre au plus vite dans la serrure. Car l'intolérance est au pouvoir aux States, en G-B, en Israël et dans la plupart des pays sous-développés (quand il y a un pouvoir gouvernemental, ce qui n'est plus le cas en Somalie, guère au Congo, etc.). Churchill disait après 1918 : "la réparation des justes griefs des vaincus doit précéder le désarmement des vainqueurs" et c'est bien ce qui le différencie des abrutis contemporains qui se réclament de lui. Les forts cognent, et ne réparent rien. Ce qu'il faut, c'est proclamer bien haut les valeurs universelles au lieu de dire par exemple que tel peuple a le droit de voiler ses femmes contre leur gré, et les appliquer à tous, par exemple en stigmatisant les misères qu'Israël fait systématiquement aux dirigeants palestiniens élus, soit en squattant les bureaux d'Arafat, soit en enlevant d'un coup le tiers des ministres du Hamas.

Surtout JAMAIS deux poids deux mesures de la part de ceux qui ont la puissance, le voilà, le début de la solution.

fboizard a dit…

Je me méfie des idées morales et des sentiments en politique : les communistes, par exemple, n'ont cessé de se réclamer de la générosité vis-à-vis de la classe ouvrière, on connaît le résultat.

Par contre, si vous voulez dire que la générosité peut être un bon calcul politique, je vous suis.

Je ne pense pas autre chose quand j'écris qu'Israel a besoin d'un Liban vraiment libre et qu'il doit négocier cette liberté avec la Syrie en échange du Golan., quitte à ce que les USA abandonnent leur objectif de renversement du régime.

fboizard a dit…

J'ajoute un mot :

On peut partir dans de grandes considérations, mais on finit par buter sur la fameuse question de Lénine : que faire ?

Soufiene a dit…

Les phalanges Libanais, majoritairement chretiens Maronites font le meme salut. Le salut des phalanges est par contre inspire directement de celui des fachistes Europeens. Vous devez le savoir, tant que vous connaissez deja Elie Hobeika. Mais bien sure cela ne doit pas vous deranger parce que les phalanges sont des allies d'Israel. Pareil, on n'a jamais vu le salut des phalanges dans les medias Francais, ni vu parle de leur fachisme.