jeudi, octobre 26, 2006

Jugeons populairement, pardon, citoyennement

J'ai entendu tout ce qu'on pouvait dire contre les "jurys citoyens" proposés par la madonne du néo-socialisme. J'ajoute mon grain de sel :

> l'usage du mot "citoyen" comme adjectif signale désormais la gauche bien-pensante, multiculturaliste, "mélangiste", antiraciste, "engagée" et tout et tout. Cet emploi est proche du barbarisme.

De plus, à l'utiliser à tort et à travers, il a perdu tout sens, mis à part celui de signaler l'appartenance à la Vraie Gôche, c'est-à-dire au Souverain Bien. Un vulgaire fauchage, c'est du vandalisme, un Fauchage Citoyen, c'est un acte-de-résistance-contre-la-mondialisation-ultralibérale (à prononcer dans le même souffle avec l'air dégouté du curé évoquant Satan).

De même, Mme Michu pistant les élus, c'est de la démagogie sordide, mais un "jury citoyen", c'est de la haute et noble réconciliation-du-citoyen-avec-la-politique (à prononcer dans le même souffle avec l'air extasié de Bernadette Soubirous évoquant la Sainte Vierge).

> On nous dit que ce genre de choses existe déjà dans les pays scandinaves. Seulement voilà, ces pays sont très conformistes, très collectivistes, à un point qui serait insupportable à nos esprits gaulois. Ces choses appliquées chez nous ne pourraient que conduire à des errements, soit les "jurys populaires" circonvenus par les élus, soit un déchaînement de démagogie.

Tout cela sent très mauvais. Je ne peux m'empêcher d'évoquer Robert Paxton : dans sa somme sur le fascisme, il conclut que si un fascisme devait revenir un jour au pouvoir, il ne prendrait pas la croix gammée, qui désormais fait peur, mais un aspect rassurant et paternaliste comme Hitler a d'une certaine manière rassuré les Allemands. En entendant S. Royal, je me demande quelquefois si au lieu de "aspect paternaliste", il n'aurait pas du écrire "aspect maternant".

Je reconnais qu'aujourd'hui mes craintes sont très excessives, mais j'ai été profondément inquiété par le phrase de SR "pourvu que tout le monde reste à sa place" (voir les messages précédents).

Enfin, certains adeptes de la théorie du complot, ne pouvant envisager que quelqu'un si creux que SR se fasse lui-même, me demandent qui il y a derrière, tirant les ficelles. A mon avis, personne, et c'est encore plus inquiétant

5 commentaires:

Lucilio a dit…

...si un fascisme devait revenir un jour au pouvoir...

Malgré sa volonté de tromper sur la marchandise avec des phrases fleuries et des banalités démagogiques, au lieu de présenter ses idées, l'inconscient pétainiste de la candidate socialiste s'était une nouvelle fois révélé lors de son son long discours "programmatique" de Vitrolles. Elle avait déjà revendiqué la devise de Vichy : "Travail, Famille, Patrie" ; mais à cette occasion, elle est allée plus loin en affirmant que le national et le social (national-socialisme ?) allaient ensemble comme les deux jambes du progrès.

fboizard a dit…

Les calembredaines de la miss sur les pesticides et les OGMs sont du même tonneau : ses troupes de choc, elle les trouverait chez les écolos extrêmistes qui sont bien plus irrationnels et violents que le socialiste de base.

Mais brisons là : j'ai suffisamment reproché à François Delpla sa comparaison de GW Bush avec A. Hitler pour ne pas tomber dans le même ridicule à propos de Mme Royal.

François Delpla a dit…

***j'ai suffisamment reproché à François Delpla sa comparaison de GW Bush avec A. Hitler pour ne pas tomber dans le même ridicule***

Merci !

le lecteur pourra se reporter à un nouvel édito sur la question en cliquant sur le lien.


Quant au débat entre les candidats PS, je trouve qu'il commence à devenir intéressant ainsi que les réactions qu'il suscite. Pour Ségo à présent c'est loin d'être dans la poche mais moins en raison du caractère plus ou moins réac de son programme que de sa personne, qui apparaît chaque jour un peu plus légère et autoritariste à la fois -la même évolution se dessinant d'ailleurs du côté de Sarkozy. Le problème est qu'il y a peu de chose en face dans les deux cas... et que les gens influents du PS commede l'UMP, tenant avant tout à la victoire, risquent d'investir celui qu'ils estimeront le moins mal placé.

fboizard a dit…

Bon là, sur votre vision comme Bush comme "grand simplificateur", je me retrouve plus en accord : un échec reconnu de l'administration Bush est l'incapacité à user finement des divisions de l'Islam.

Quoique les choses se mettent en plce d'elles-mêmes : une sorte de "front sunnite" laissant tacitement les mains libres à Israel et aux USA pour s'occuper des chiites persophiles se laisse deviner.

Comment en tirer parti ? Certainement pas avec la "politique arabe" de la France chiraquienne.

Ines Vogt a dit…

La capacité d'évaluer et éventuellement dégommer un élu s'il ne respecte pas ces engagements n'ai pas si idiot çà. N'est-ce pas de cette manière que Arnold Schwarzenegger est devenu sénateur de Californie ? Personnellement je rêve de pouvoir destituer Jean-Paul Huchon qui augmente de 20% la part de la région dans les impôts locaux (pendant les premières années de son mandat) pour se vanter d'augmentations faibles juste avant les prochaines élections régionales.