mardi, avril 03, 2007

25ème anniversaire de la guerre des Malouines

Je m'interroge : une telle guerre serait-elle encore possible aujourd'hui ? Le gouvernement britannique ne préférerait-il pas rapatrier et dédommager les habitants des territoires contestés ?

Rappelons aussi que ce fut une guerre menée avec une indépendance certaine vis-à-vis des USA.

Aujourd'hui qu'il semble entendu que toute guerre est jugée illégitime qu'elles qu'en soient les causes et les raisons (1), je pense que nous serions prêts à sacrifier nos intérêts vitaux, quitte à nier qu'ils fussent vitaux, plutôt qu'à faire preuve de la moindre fermeté à l'égard d'un quelconque agresseur.

Je rejoins d'ailleurs ce faisant la thèse des islamistes, qui jugent que, si nous avons la technologie et l'argent, nous n'avons ni le coeur ni la tête.

Enfin, il ne me paraît indifférent pas à la question de rappeler que Lady Thatcher (2) a une formation scientifique (chimiste, exactement), comme Angela Merkel d'ailleurs. Je me dis que cela prédispose au pragmatisme et à la confrontation des faits.

04/04/2007 : Les temps changent, mais estce-vraiment pour le meilleur ? J'en doute :

Les Britanniques ne veulent pas de la force


(1) : j'en veux pour preuve la baisse régulière du soutien de la guerre en Afghanistan exprimée par les sondages ; alors même que les causes et les buts de cette guerre ne sont pas contestés.

(2) : une anecdote que j'ai des raisons de croire authentique : Mme Thatcher invite ses ministres au restaurant :

Le serveur : "Que désirez-vous ?"

MT : "Un steak"

Le serveur : "Et pour les légumes ?"

MT, regardant ses ministres : "Ils prendront aussi un steak."

Ca n'a rien à voir avec le sujet, mais ça m'a fait rire.

2 commentaires:

Pierre Robes-Roule a dit…

la blague est excellente !

Je fais parfois un rève. Le Venezuela de Chavez attaque et s'empare de la Guyane.....
En ce qui me concerne, c'est trés simple. Pas un pouce du territoire nationale ne doit être cédé.

Je ne suis pas sur d'être vraiment suivi...

Anonyme a dit…

Pour la Guyane, pas de problème; c'est un autre trou sans fond pour le contribuable frankaoui... qu'on la laisse à Chavez et bien du plaisirs aux deux.

gil