jeudi, septembre 06, 2007

La défense française en danger ?

L'efficacité de l'armée française pourrait être menacée par les coupes budgétaires prévues par l'actuel gouvernement.

Et comme l'armée sert à la défense (je le rappelle pour les ignorants) et à la promotion de la politique française («Sans la menace de la force armée, la diplomatie n'est qu'aboiements de roquet.» Daniel Hélavi), c'est l'avenir de la France qui est engagé.

Nos gouvernants ont pu croire que les militaires, avec leur sens du devoir, suppléeraient grâce à des astuces et à de la bonne volonté les crédits, les personnels et les matériels manquants. Hélas, si il est bien un monde où la dure réalité s'impose et où les voeux pieux et effets de manche ne suffisent pas, c'est bien celui de la guerre.

La pensée stratégique française à l'épreuve des restrictions budgétaires


J'ai bien peur que l'armée française perde ses capacités : il y a des effets de seuil. Quand il manque 1 % de pièces détachées pour réparer un avion, on ne vole pas 1 % moins loin, on ne vole plus du tout. Et ainsi du reste.

Autre chose, je vous avais parlé du décès de Caroline Aigle, je ne savais pas qu'elle était enceinte et qu'elle a choisi de faire passer la vie de son enfant avant la sienne. L'enfant se porte bien et se nomme Gabriel.

La devise de l'armée de l'air est «Faire face».

3 commentaires:

François Delpla a dit…

***Hélas, si il est bien un monde où la dure réalité s'impose et où les voeux pieux et effets de manche ne suffisent pas, c'est bien celui de la guerre.***

encore un effort et vous allez réclamer avec moi des crédits pour l'école !

fboizard a dit…

Considérant que :

> j'ai dit et répété que le monopole étatique de l'éducation me semblait non seulement injustifié mais néfaste, contrairement à la défense qui est une mission fondamentale de l'Etat.

> je me suis usé les doigts sur ce clavier à écrire que les problèmes éducatifs actuels sont de philosophie, de pédagogie, d'organisation et non de budget global.

à combien estimez vous les chances que je rallie votre avis dans les dix ans ?

Anonyme a dit…

il est assez déconcertant (et un brin désopilant) qu'une personne sensée, plutot intelligente, et de surcroit excellent historien puisse gloser avec tant de betise sur les budgets de l'EN...
j'avoue que ça me laisse songeur...
Mais peut-être a-t-il quelque famille dans les rectorats et autres annexes ministerielles... combien sont-ils ? Mystère : même leur employeur ne le sait pas !

Je ne suis pas sur que le ministère de la défense, contrairement à l'EN, puisse encore rogner sur des effectifs plethoriques planqués et couverts par des syndicats d'un égoïsme forcené et dont le sens de l'interet général tend vers 0.