vendredi, janvier 18, 2008

Caprice sarkozyen : France Télévisions privé de pub

A ce lien, vous trouverez le commentaire du journaliste JM Apahtie :

Réflexions sur une décision


Je n'ai, hélas, rien à ajouter à cette analyse accablante.

Extrait :

«Il y a d'abord la pensée sous jacente, informulée mais perceptible. Un théorème la résume: service public, argent public, qualité de programmes. On peut donc en déduire le théorème inverse: entreprise privée, argent privé, donc publicité, donc médiocrité des programmes. Un constat sur l'appropriation de ces théorèmes: la pensée transcende les clivages entre la droite et la gauche.

Cette pensée est une pensée que les élites françaises ont en partage. Une conclusion sur ce point: cette vision des choses est absurde, fausse, étrangère à la complexité d'une société développée, insultante pour une partie de ses acteurs.

Comprendre que, dans ses soubassements, la décision annoncée par Nicolas Sarkozy mardi dernier lors de sa conférence de presse, repose sur cette pensée conditionne évidemment le regard que l'on porte sur la sphère publique et sur son mode de fonctionnement (1).

[...]

Il a pris une décision. Il va voir maintenant si elle est praticable. Notez bien que l'inverse est plus rationnel. Mais si la politique était rationnelle, surtout en France, elle nous ennuierait. On aime bien l'idée, surtout en France, que la politique défie la rationalité.

Ce genre de chose, le pragmatisme, l'observation des faits, tout ça, on les laisse aux roastbeefs.

Donc, maintenant, il faut trouver les sous. Pas beaucoup, juste un milliard d'euros, une paille vu qu'on n'en a déjà quarante de déficit, alors un de plus ou un de moins.

[...]

Officiellement, la décision prise doit épargner la médiocrité à France Télévisions. Mais les historiens de la médecine le savent, parfois, le remède est pire que le mal.»

(1) : cette pensée explique pourquoi la crise du logement ne sera jamais résolue en France : l'intrusion de l'Etat en est la cause, or nos politiciens sont persuadés que l'Etat est la solution. On n'en sortira pas.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

1- l'argent manquant sera pris dans nos poches quoi qu'il arrive
2- l'objectif en 2 (ou n) bandes n'est il pas d'optimiser le mamouth France Television => perte donc restructuration et donc suppression de chaine que personne ne regardent mais que tous paye !
3- la redevance (impot préhistorique de l'ere moderne) est à supprimer
4- quel est le role que nous attendont de la télévision d'état ? tant que l'objectif n'est pas clair, la route pour l'atteindre est forcement inconnue (qui ne sait où il va, n'a pas de vent portant)

Anonyme a dit…

Contrairement à ce que prétend Aphatie, d'habitude mieux inspiré, "cette affirmation" est exacte.

Il suffit d'observer la réalité, et de comparer chaînes publiques sans publicité (ORTF, Radio France)d'une part, et chaînes publiques et privées avec publicité d'autre part.

Il n'y a pas photo. La publicité à la télévision a ouvert la voie à la destruction de la civilisation occidentale.

Aphatie travaille dans une radio privée. Il est juge et partie, et a sans doute tendance à voir la réalité à l'aune de son travail personnel, qui est de qualité. C'est faire preuve d'un grave manque de recul.

fboizard a dit…

Cher Bob,

Je suis étonné de cette réaction étatiste qui ne vous ressemble guère.

Il y a le cable, le satellite, la TNT, l'ADSL. Le nombre et la diversité des chaines privées sont tels qu'il est particulièrement aisé de trouver des programmes de qualité. JMA fait preuve d'un bon sens élémentaire.

C'est la question même de l'existence de chaines publiques qui se posent en 2008 et mon opinion est négative.

On peut dire la même chose des radios.

Je ne comprends pas quelle est la légitimité de détourner de l'argent des prélévements obligatoires pour financer la propagande gauchiste de France Inter.

Je n'écoute pas cette radio et, à mon avis, elle ne rend aucune mission d'intérêt général.

Autrement dit, je considère les quelques euros de mes impots qui la font vivre purement et simplement comme m'étant volés.

Les gauchistes ont tout à fait les droit de faire de la propagande à la radio, mais qu'ils la financent grâce à leurs auditeurs.

Je suis d'accord avec ce que vous dites de l'effet décivilisateur de la télévision, mais il ne tient qu'en faible partie aux programmes. C'est la télévision elle-même qui est en cause : le téléspectateur est passif, récepteur, autiste.

Françoise Giroud disait que les Français de la fin de siècle lui semblaient beaucoup plus tristes et asociaux qu'avant la guerre.

Pour elle, les deux causes en étaient la défaite de juin 40 et la télévision.

Lecteur de livres et de journaux, surfeur sur internet et auditeur de radio, mais pratiquement jamais téléspectateur de chaines de télé (je regarde des DVDs), je m'aperçois régulièrement d'un gouffre dans ma manière d'appréhender l'actualité ou d'occuper mes loisirs par rapport à mes collègues de travail.

Ludovic Windsor a dit…

Francois,

Il y a une logique certaine: si une chaine est publique, peut-etre est-ce legitime d'eviter la confusion des genres?

On est tres fort en France pour les machins d'economie mixte. Le Credit Lyonnais et autres affaires ont montre que la gestion d'entitees operant dans le secteur prive produit en general des resultats pour le moins douteux.

De plus, en ce qui concerne la qualite des programmes, si il y a un biais de gauche sur les chaines publiques, la qualite de l'information sur TF1 est proche de Fox -c'est dire. Par contre les documentaires de la BBC sont en general de tres bonne qualite. Plus interessant encore, amuses toi donc a comparer la qualite des programmes infantiles -sans compter que je prefere nettement que mes enfants ne voient pas trop de pub.

Ma conclusion? La derive partisanne de certaine chaines, si elle est averee (j'ecoute certains podcasts de France Inter et ne peux corroborer ton opinion sur cette base) est plus le fait d'une absence de gouvernance forte que systemique.

PS: cote pragmatisme, effectivement on n'est pas fort la dessus mais d'autres le font...