lundi, mars 24, 2008

Le «1 % incompétence» rapporterait des fortunes

Nos hauts fonctionnaires font circuler des rumeurs comme quoi ils étudieraient le moyen de capter au profit de l'Etat, c'est-à-dire à leur profit (l'Etat est une fiction, mais les fonctionnaires sont une réalité), le «1 % logement».

On reste abasourdi par tant d'impudence : voici les gestionnaires d'un Etat dont on sait, à coup de rapports Tartempion et Bidule et de Cour des Comptes, qu'il gaspille au moins 50 milliards d'€ par an, qui cherchent encore à faire les poches à quelqu'un.

Quand on utilise aussi mal l'argent dont on dispose, on met de l'ordre chez soi avant de voler quelques piécettes supplémentaires.

Zut, je n'ai encore rien compris : ils volent justement parce qu'ils sont trop bêtes pour remettre de l'ordre.

C'est d'autant plus époustouflant de toupet que l'argument invoqué est que le «1 % logement» serait mal géré. Comme si il existait un seul homme de l'Etat en France capable de faire la leçon à qui que ce soit en matière de bonne gestion !

Mais ce n'est pas fini, ce détournement se ferait au profit de «grands projets». Car, bien entendu, il est indigne d'un énarque de s'intéresser à de petits projets, comme par exemple monter sa boite et créer 3 ou 4 emplois, mieux vaut avoir une «grande vision», un «grand projet» et détruire cent mille emplois grâce à l'impôt destiné à financer mes lubies.

Je serais énarque, j'aurais honte. Heureusement, je ne le suis pas.

C'est un grand philosophe, celui qui a dit : «La preuve que les Français sont résistants : ils survivent à leur Etat.»

2 commentaires:

Josick d'esprit agricole a dit…

En résumé, tout dans la projection, rien dans l'assise !

Josick d'esprit agricole a dit…

où... rien dans l'assiette.

Ainsi je conclus un post très personnel :

Concrètement, aujourd'hui, on peut avoir beaucoup de difficultés à vivre. Il faut savoir que nos autorités, toute dans la projection de notre meilleur système au monde, ne s'en rendent pas vraiment compte. Le quotidien ne les intéresse pas du tout.
Comme Perrete et son pot à lait.