lundi, novembre 16, 2009

Dette : l'Etat français sera-t-il sauvé par l'épargne privée ?

J'ai lu le nom d'Henri Guaino pour la première fois de ma vie en signature en bas d'un article des Echos expliquant que la dette publique n'est pas un problème parce que les Français, eux, plus prévoyants que les politicards, épargnent. Sous-entendu : quand l'Etat sera au bout des artifices comptables, il suffira de spolier les Français de leur épargne (après tout, c'est pour leur bien que l'Etat s'endette, non ?).

J'avais été scandalisé par cette mentalité de voleurs cyniques.

Guaino est un danger public. Mais voilà que j'ai entendu le même raisonnement d'un chroniqueur de BFM.

Disons le tout simplement : cette réflexion, en plus d'être amorale, est idiote.

L'Etat n'a pas les moyens de spolier les Français de leur épargne au point de lui permettre de rembourser ses dettes. Je ne minimise aucunement le pouvoir de nuisance de la politique fiscale.

Les deux tiers de la dette publique sont déjà détenus par des étrangers. Les Français n'en peuvent ou n'en veulent plus.

Et leur épargne est souvent sous des formes immobilières qu'il n'est pas facile de réaliser, sans compter que l'épargne mobile s'enfuira à toutes jambes.

En fait, l'Etat, à partir d'un taux d'imposition insupportable, n'a plus qu'un moyen de spolier ses citoyens : l'inflation.

Or, nous ne sommes pas maîtres de notre monnaie. Et sortir de l'Euro n'est pas une solution : notre dette étant libellée en Euros, il faudrait la rembourser en Euros, même si nous revenions au Franc.

Bref, la résolution de la crise de dette par la spoliation de l'épargne me paraît invraisemblable.

Je prévois plutôt de longues années de stagnation. Les épargnants seront pressurés, mais pas plus que les autres.

13 commentaires:

tiberius a dit…

L'inflation ne se maîtrise pas dans un monde ouvert et mondialisé, le contrôle de la monnaie permet juste de dévaluer.
Le raisonnement que vous dénoncez n'est pas nouveau mais il permet de comparer la France à des pays qui on peut d'endettement public et un fort endettement des ménages. Mais il y en a qui pousse le vice plus loin en soulignant que la France possède des tas d’actifs immobiliers, on pourra toujours versailles.
Toujours est il que l’état français peut se désendetter rapidement car il a le pouvoir de ne pas respecter ses engagements. Toutes fois il serait ensuite obliger de fournir de solide garantie pour continuer à emprunter aussi les réformes sont inévitables.

Wardiplomat a dit…

Franck,

Vous oubliez que l'Etat n'est pas une organisation comme les autres. L'Etat est immortel. Il survivra après votre mort et celle de vos enfants et petits enfants (enfin, espérons le....). Par conséquent, on peut continuer à faire des emprunts publics ad vitam eternam et rembourser nos dettes en contractant encore plus de dettes. Il y aura bien un moment où la croissance économique va repartir comme une fusée et là.....les caisses de l'Etat vont se remplir à une vitesse vertigineuse.

Si je ne m'abuse, l'Etat français n'a aucun mal à obtenir des sous sur les marchés financiers. Les créanciers internationaux adorent la France ! Louis Vuitton, Chanel, la tour Eiffel....les chinois et les japonais en raffolent. Jamais ils ne laisseront la France tomber tellement notre pays est génial.
On peut se permettre de vivre au dessus de nos moyens pendant au moins 200 ans (que dis-je !!! 1000 ans !!!).
Vraiment Franck, vous voyez le mal partout et vous baissez le moral des français. Il n'y a pas de problème de la dette en France. Tout va bien ! Endettez-vous !!!! (à défaut de vous enrichir....).r

fboizard a dit…

«Par conséquent, on peut continuer à faire des emprunts publics ad vitam eternam et rembourser nos dettes en contractant encore plus de dettes»

Encore faut-il trouver des prêteurs. C'est tout le problème.

Théo2toulouse a dit…

@wardiplomat :

vous oubliez qu'il existe des agences de notation. Que la France perde son AAA et je peux vous garantir qu'elle ne trouvera plus un prêteur sur le marché.

"Il y aura bien un moment où la croissance économique va repartir comme une fusée et là....."

Il faudrait que les prélèvements obligatoires soient divisés par 2 et ce n'est pas demain la veille que ça arrivera, avec 55 % d'assistés en France. Si ça peut vous rassurer, la faillite de l'Etat français est imminente (elle est déjà en route pour la Sécu), l'obésité n'est jamais bonne pour la santé.

"Et leur épargne est souvent sous des formes immobilières qu'il n'est pas facile de réaliser"

Elle est aussi sous forme d'assurances vie. Et je puis vous assurer que ce sont ces dernières auquel le pouvoir va s'attaquer, et ceci ne saurait tarder : l'Etat est aux abois et crée de nouvelles taxes tous les jours. Je prends les paris que dans moins de six mois, les assurances-vies seront soumises à une fiscalité confiscatoire.

Rappelons que la Dame de fer est tombée pour avoir voulu créer un impôt.

fboizard a dit…

«Rappelons que la Dame de fer est tombée pour avoir voulu créer un impôt.»

C'est le seul point sur lequel je ne vous suis pas : en France, il y a tant d'assistés que la création d'un impôt est une occasion d'honneur, non d'opprobre. On félicitera même de sa finesse un gouvernement créant un impôt particulièrementinjuste pourvu qu'il touche un petit nombre

La taxe carbone, impopulaire, est un malheureux contre-exemple qui signale juste le manque d'habileté des écolos et de leurs valets-ministres.

Théo2toulouse a dit…

Tenez Frank, un débat entre F. Hollande et P. Salin :

http://videos.lefigaro.fr/channel/iLyROoafttXL.html

Vous verrez que Hollande est toujours aussi obsédé par l'argent des riches et son désir de les spolier.

Si les Anglais se sont révoltés contre la Poll Tax, c'est parce qu'ils n'ont pas toujours connu l'omniprésence de l'Etat. Il leur a suffi d'aller gueuler dans la rue alors qu'en France il a fallu chasser les hommes du pouvoir en 1789.

daredevil2007 a dit…

Jamais la France ne perdra son triple A? Vous voulez rigoler j'espère?!
Vous devriez lire les analyses de JP Chevalier, M. Herlin, B. Martoïa et de bien d'autres... sans même reparler du livre de J. Jaffré...
La France peut absolument faire faillite comme l'Argentine et bien d'autres états auparavant car les prêteurs sont avant tout des gens qui calculent le risque et il arrive un moment où ils finissent par dire stop! La preuve : notre cher pays vient de se faire tancer par l'une de ces agences de notation et par l'Europe à propos du fameux emprunt qu'ils estiment abusif au vu de l'endettement déjà existant...
Qui plus est, le jour où les Allemands diront stop, nous ne voulons plus vous financer, nous serons très très mal!
En attendant, avec une telle vision de l'économie, nous sommes bien lotis...
Quant à la croissance, sachez qu'elle est déjà repartie, même chez nous mais vu nos problèmes structuraux, elle rase la moquette! Donc, il ne faut clairement pas compter dessus pour poursuivre notre vaillant effort d'endettement sans limites...
Dernière remarque: les sommes à emprunter ne sont pas infinies, elles doivent reposer sur une richesse réelle! Et je parle même pas du fait que notre dette est détenue aux deux tiers par l'étranger: quelle preuve de liberté!

daredevil2007 a dit…

J'ai oublié un petit détail croustillant: une partie importante de l'assurance vie est déjà investie d'office dans les OAT françaises, donc dans la dette...
A bon entendeur...

vincent a dit…

@ ceux qui croient que la France peut emprunter ad vitam eternam:

Rappelons l'histoire récente d'un pays supposé sérieux, la Suède.

Lors de la récession de 1990, le gouvernement de l'époque choisit une médecine social-keynesienne. résultat, les recettes fiscales chutent avec le PIB, mais les dépenses explosent de 53 à... 67% du PIB, avec un déficit 1993 de 12%. Le chômage, à3% en 90, monte à 8% en trois ans.

Ajoutons que les banques suédoises, sur laquelle pèse une garantie de l'état, qui ont utilisé l'argent facile de la banque centrale de suède pour spéculer sur l'immobilier, se retrouvent fort mal en point. Tiens, ça rappelle vaguement quelque chose...

Et un jour (fin 92 ou 93, je ne mes souviens plus), le gouverneur de la banque de Suède arrive au boulot, et là, surprise: les prêteurs boudent. Pire, les possesseurs d'actifs libellés en couronnes commencent à vendre en masse. C'est la panique.

Le gouverneur augmente les taux. 10%, 20%.... pour tenter de trouver des prêteurs...

Pendant quelques minutes, le taux montera à 70% !! Puis le gouverneur jette l'éponge, et la Suède dévalue sa courronne de plus de 30%

La suède est très dépendante de son commerce extérieur. Elle doit importer bcp donc exporte bcp. Cette dévaluation lui permettra d'exporter mais fera perdre du jour au lendemain une part importante de leur pouvoir d'achat, tous les biens étrangers subissant une hausse mécanique.

Mais au moins pouvaient ils reconnaitre leur faillite en laissant dévaluer leur monnaie.

Par la suite, le gouvernement, le patronnat et les syndicats se sont mis autour de la table et ont, en deux ou trois ans, admis qu'une désétatisation de l'économie était indispensable.

Privatisation et ouverture à la concurrence des transports publics, de l'électricité, de la poste, d'une partie de la santé, mise en place du chèque éducation, fin de la garantie d'emploi des fonctionnaires, etc...

Le tout dans le calme.

En France, une résolution de la faillite "en douceur" à la suédoise parait exclue.

daredevil2007 a dit…

Oui Vincent: elle est exclue car aucun lobby n'est prêt à jouer le jeu... personne ne veut être le premier à remettre en cause les "droits acquis" pour l'éternité...
Et comme nous sommes dans l'euro, nos politiques se croient à l'abri de tout, donc peuvent poursuivre la politique d'endettement allégrement... un vrai château de sable!

pedro a dit…

Bonsoir,

à propos de la vidéo entre Salin et Hollande (proposée par Théo2toulouse), je la trouve intéressante car elle montre bien une lacune fondamentale à mon sens des hommes politiques : quand il leur arrive de s'expliquer sur leurs projets (c'est rare, certes), ils ne l'argumentent jamais.

Par exemple, alors que Salin explique son point de vue en s'appuyant sur des faits (en comparant avec d'autres pays, en citant quelques chiffres clefs), Hollande, imperturbable, explique ce qu'il voudrait faire, mais ne l'argumente pas. En d'autres termes, on ne sait pas quel raisonnement l'amène à telle ou telle proposition.
- "la stratégie de baisse des impôts montre ses limites en France" dit Hollande.
- "comment pouvez-vous dire ça, répond Salin, les baisses sont ridicules ("cosmétiques" dit-il à juste titre), les taux d'imposition en France restent les plus élevés du monde".
Sur cet argument simple et puissant, Hollande ne répond rien alors que son idée force (il veut bien sûr une hausse de la fiscalité) est balayée.

En d'autres termes, cette vidéo montre bien ce que disait Revel : "l'idéologie ne vient pas des faits, les faits ne peuvent donc la réfuter".

daredevil2007 a dit…

Pour les sceptiques, un petit texte qui remet les pendules à l'heure!!

Eric Revel

Théo2toulouse a dit…

"En d'autres termes, on ne sait pas quel raisonnement l'amène à telle ou telle proposition."

Tout à fait : Hollande veut par tous les moyens (c'est pathologique, comme chez tous les gauchistes d'ailleurs) faire payer les riches, et maintenant les pauvres (un bon citoyen paie des impôts, ceux qui veulent y échapper sont des salauds et des traîtres), qu'importe que les impôts soient efficaces ou non. La seule justification de l'ISF est idéologique : son but est de persécuter ceux qui ont sauf que parmi ceux qui paient l'ISF, il y a aussi des ménages très modestes qui ont eu la malchance d'acheter une maison dans des régions à bulles immobilières (style île de Ré) et auxquels on demande de payer un impôt sur une fortune imaginaire.