dimanche, novembre 15, 2009

Une nation qui meurt ressemble à cela


Nous sommes ravis de constater les sentiments amoureux que le président de la république porte à son épouse, mais la fête nationale est-elle le moment approprié pour les exposer ? C'est, au sens premier du mot, obscène.

Vous voyez, la décadence peut avoir un aspect agréable, bon enfant, douillet. Facile, pour tout dire. C'est ce qui la rend irrésistible : la décadence consiste à suivre la pente de la facilité.

Bien sûr, elle n'est pas que cela, elle est aussi ça :

Le vandalisme provoqué par une distribution publique de billets de banque, a-t-on un meilleur raccourci de l'Etat-providence à la française et de ses ravages ?

Bien sûr, les deux images sont liées : c'est bien parce que la France d'en haut fuit la réalité et ses responsabilités que la France d'en bas en prend plein la gueule.

4 commentaires:

Th a dit…

"Américanisation" de la société.
Le président devient people.
Gangs en périphérie des villes.

http://www.youtube.com/watch?v=knatKXzWPXU&feature=player_embedded#

daredevil2007 a dit…

tiens, l'image du jour si je puis dire...

de la beauté du geste

Théo2toulouse a dit…

"Gangs en périphérie des villes."

A l'Elysée également, où la mafia en place assure l'impunité aux gangs des périphéries des villes, où les gros bras de la famille au pouvoir tentent de mettre au silence des écrivains, en poussant les riches qui refusent de se soumettre à son racket à venir se faire humilier devant les séides du ministère.

Th a dit…

"A l'Elysée également, où la mafia en place assure l'impunité aux gangs des périphéries des villes"

Une mafia est souvent constituée d’honorables bourgeois éminemment respectables vu de l’extérieur qui prospèrent sur la misère de population. La comparaison est osée mais peut être réaliste ... pourquoi pas.