dimanche, septembre 19, 2010

Le tamtam de Jonathan (J. Raspail)

Ce livre de 1971 est quasiment introuvable en France. Dire qu'il est politiquement incorrect est un doux euphémisme. C'est du Jean Raspail au mieux de sa forme : cruel, mordant, ironique.

Il s'agit de quatre nouvelles africaines :

> un président-dictateur à vie, chantre de la négritude, se désespère de devoir faire appel aux ingénieurs blancs. Soudain, il découvre qu'un liftier noir arrive à faire fonctionner son ascenseur de l'Hotel National sans l'aide d'un blanc ...

> Un diplomate français à l'ONU monte un canular et écrit la lettre d'un Papou demandant l'indépendance. Panique dans le Machin ...

> En plein mois d'août à Paris, les employés Boukassas de la ligne de métro 7bis se retrouvent entre eux. Peu à peu, cette ligne part vers l'Afrique : les rails, c'est le fleuve ; les stations, les villages ; les rames de métro, les pirogues et le tamatam remplace le téléphone. S'en suivent des sacrifices de voyageurs ... La nouvelle la plus désopilante et la plus incorrecte du recueil.

> En 2081, dans un monde apaisé et guimauve, on découvre l'ancienne colonie du Bongo laissée à l'écart de la modernité ...

2 commentaires:

Pierre Robes-Roule a dit…

et bien avec ce billet, on ne va plus du tout le trouver !

fboizard a dit…

La France est sans doute la démocratie où la liberté d'opinion est la plus restreinte.