jeudi, décembre 16, 2010

Vous avez dit dysgénisme ?

Vertumne, tenancier d'Ethnocide, a déjà fait un billet sur le sujet.

Voici ce qu'écrit le commentateur Hotelalpha :

S'agissant de votre remarque sur les cons je crains que vous n'ayez pas fini d'en faire.

Car, sans qu'il y ait un lien direct entre la connerie (donnée assez subjective) et le quotient intellectuel (donnée objective), il paraît indéniable qu'un faible QI affecte grandement le niveau de la connerie. Or la baisse du QI moyen dans les pays occidentaux et en France a commencé (cf Thomas Teasdale et David Owen "Secular declines in cognitive test scores") et va s'accentuer.

Cette baisse est le résultat de phénomènes bien connus :

- l'immigration : il suffit de regarder le QI moyen du pays d'origine des immigrés (cf IQ and global inequality de Richard Lynn et Tatu Vanhannen). Même en la corrigeant par l'effet "Flynn" la moyenne restera très basse . A titre indicatif le QI moyen des pays d'Afrique subsaharienne est égal ou inférieur à celui des personnes considérées comme débiles légers en France. Evidemment ceci ne veut pas dire que parce que l'on a telle couleur de peau ou telle origine on est forcément idiot. La probabilité d'un QI faible est simplement beaucoup plus forte.

- la dysgénie institutionnalisée (merci la CAF !). L'indice de fécondité des populations intellectuellement défavorisées est dopé par les aides sociales. Diverses études ont été faites et publiées aux Etats Unis notamment par Steven Shatz dans "IQ and fertility". De telles études n'ont, à ma connaissance, jamais été faites en France (et pour cause !!).

Certains diront que ce discours très politiquement incorrect rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Pas tout à fait à tort, si l'on interprète ce message négativement, dans le sens d'empêcher les crétins présumés de se reproduire. Mais on peut aussi l'interpréter positivement, c'est-à-dire favoriser la reproduction des plus intelligents. A Singapour, les allocations familiales sont indexées sur le niveau d'études de la mère. Bien sûr, le diplôme n'est pas un indicateur d'intelligence très fiable (mais il est facilement disponible) et il n'est pas certain que les allocations déclenchent la reproduction. Mais la démarche ne me semble pas forcément idiote. A sa manière, l'Etat remplace la sélection naturelle que des conditions de vie plus confortables ont quasiment supprimée.

Cette proposition est épouvantable à des oreilles françaises formées à la «redistribution» descendante, mais il ne faut pas deux heures de réflexion pour s'apercevoir qu'elle est peut-être efficace dans l'optique louable d'élever le niveau intellectuel de la population.

2 commentaires:

EiriaTem a dit…

A la base de tout cela se trouve l'égalitarisme, on en est la à cause de cette doctrine pourrie...

J'ai encore entendu il y a peu une élite affirmer que la diversité (rappel 90% venant d'Afrique) était une richesse incommensurable
et qu'à l'origine de toutes les grandes inventions, notamment aux US, se trouvait des "divers"... et donc les vannes DEVAIENT être grandes ouvertes.

Quand on pense au programme socialiste pour 2012 : l'égalité absolue (enfin un truc dans le genre. On ne peut que frémir...

Mais que faire, je vois pas, nous sommes en perdition.

fboizard a dit…

«Mais que faire, je vois pas, nous sommes en perdition.»

Justement, c'est parce que nous sommes en perdition que le vieille souche européenne, quui n'est pas morte, se réveillera.

Regardez l'histoire européenne. Les grandes choses ont été le fait d'une poignée d'hommes décidés, des Gaulois de Brennus aux Conquistadores de Pizarre. Les masses suivront, mais elles ne sont pas décisives.