vendredi, février 04, 2011

Immigration et intégration : l'épineuse question des fidélités contradictoires

Cette inquiétude me vient à la lecture d'un article sur les Français d'origine étrangère s'engageant dans l'armée française. Mais je l'élargis hors de l'armée.

Que se passera-t-il le jour où ces Français, qui cumulent les fidélités parce que nous n'avons pas eu les tripes de les déraciner ou de les expulser, se trouveront mis par les circonstances devant le fait que leurs fidélités sont contradictoires ?

Que se passera-t-il le jour où la France devra rétablir l'ordre dans des banlieues devenues de fait étrangères ou faire la guerre à un pays musulman parce que son islamisme belliqueux nous met en danger ?

Tout va presque bien tant que ce choix n'est pas posé. Mais s'il l'était ? L'expérience prouve que, dans ce drame éventuel, beaucoup choisiront la fidélité à leurs origines (ce que je ne peux complètement leur reprocher), c'est-à-dire la trahison de la France, ou la mollesse dans l'accomplissement de leurs devoirs envers la France. Et que ceux qui choisiront la France le vivront mal.

Les Français avaient déjà la mauvaise habitude de se diviser, voilà que nous avons eu l'idée saugrenue d'importer massivement des populations, ce qui est en soi un ferment de division.

Vraiment, ceux qui nous ont foutu cette colonisation à rebours, les propagandistes du regroupement familial, du vivrensemble, des allocs généreuses et indifférenciées, des frontières ouvertes à tous vents, qui aboutit à ce que des millions de Français ne soient pas pleinement français, nous ont filé une sacrée vérole, peut-être mortelle.

10 commentaires:

Harald a dit…

On a connu quelques épisodes cocasses lorsque les socialistes au pouvoir engagèrent une politique de recrutement des Adjoints de Sécurité (ADS - contrats jeunes de la police) dans les banlieues. Résultat : des djeunz qui dérouillent leurs collègues en uniforme pour défendre leurs potes racailles. Ça n'a pas duré longtemps, histoire que cela ne fasse pas la joie des journalistes et de la droite même pas extrême.

Anonyme a dit…

Je regarde, en ce moment, la série NCIS.
Je sais : a première vu, ça n'a pas de rapport avec le message de ce jour... Et pourtant !

L'une des héroïnes est israélienne et veut devenir américaine. Pendant une bonne partie de la saison, elle potasse l'histoire des USA ainsi que la constitution et la déclaration d'indépendance de ce pays. Car, pour devenir citoyen américain, il faut passer un examen de connaissance du pays.

L'épisode d'aujourd'hui (signant la fin de la saison) voyait cette héroïne, ayant obtenu son diplôme, doit prêter serment d'allégeance au USA. Voici un petit bout de ce qu'il dit :

"Je déclare (...) renoncer et faire abjuration d'obéissance et de fidélité à toute puissance étrangère, prince, potentat, état ou souverain, desquels j'ai été le sujet ou le citoyen ; soutenir et défendre la Constitution et la loi des Etats-Unis d'Amérique contre tout ennemi, (...) prendre les armes pour les Etats-Unis si la loi l'exige..."

Anonyme a dit…

Tout musulman nommé à un poste de responsabilité ou de pouvoir dans un pays occidental est irrésistiblement poussé, un jour ou l'autre, à défendre les intérêts des musulmans contre ceux de son pays d'adoption.

Prenez le gros Yazid Sabeg.

Je dis gros, parce que je n'ai aucun complexe à faire du grossisme avec lui, étant donné le racisme dont il fait preuve à l'égard des Français.

Voilà un type parfaitement intégré. Le symbole même de la success-story. L'opposé de l'opprimé, de l'exploité, de l'exclu : ce serait plutôt lui, l'exploiteur, puisque c'est un grand patron, que son entreprise a des rapports privilégiés avec l'Etat, etc.

Voilà que Sarkozy le nomme haut commissaire à chépaquoi.

Bref, à la réussite ethnique, économique, il ajoute la réussite politique.

On pourrait penser qu'il passerait sont temps à faire des pipes à la France. Ou, du moins, à s'abstenir de la sodomiser.

Pensez-vous ! A peine nommé commissaire de mon cul, il s'empresse de déclarer aux médias que "l'Assemblée nationale, c'est bien blanc, c'est pas très frais tout ça".

Réflexion typiquement raciste, accueillie par les indignés habituels dans une indifférence tonitruante.

Un préfet blanc a été lourdé en quelques jours comme un malpropre pour moins que ça. Un commissaire musulman, lui, il a le droit.

Vous noterez que le gros Sabeg n'a eu aucune réflexion raciste (à ma connaissance) tant qu'il n'était que grand patron.

Dès qu'il a été nommé à un poste de resopnsabilité politique, il a montré sa vraie nature.

A méditer. Les exemples de ce type abondent dans le monde occidental.

Saku a dit…

@FBZ : l'éventuaté qui me parait la plus probable, et que vous n'évoquez pas, est que ce dilemne, ils n'auront jamais à le faire :
Le jours ou la France sera majoritairement un pays musulman, les fidélités contradictoires convergeront.

Ce scénario me semble plus probable q'une guerre avec un pays du magrheb.

Saku a dit…

Désolé pour les vilaines fautes !

PS : Marchenoir : +1!

fboizard a dit…

Saku,

C'est possible, c'est par exemple l'opinion de Jean Raspail. Dans trente ans, un truc appelé France existera toujours, mais la France aura disparu.

Cependant, l'avenir est incertain et je ne désespère pas d'un sursaut.

Obsédé Textuel a dit…

" un truc appelé France existera toujours, mais la France aura disparu."

Vrai comme par exemple ( au hasard) un truc appelé Egypte existe toujours, mais l'Egypte des héritiers des batisseurs des pyramides a disparu.

Voyez vous où je veux en venir ?

weetabix a dit…

Qui était le président d'université (parmi 57 si je ne me trompe pas) mis en examen pour trafic de faux diplômes? Larroussi Oueslati, comme par hasard.
Comment s'est terminé le mandat du préfet Aïssa Dermouche, présenté comme le premier préfet musulman de France? En eau de boudin.

Anonyme a dit…

Weetabix, pouvez-vous nous rappeler en quoi consistait l'eau de boudin en question ?

weetabix a dit…

Selon Wikipédia, "Dermouche a été condamné pour abandon de famille".
Toujours sur Wikipédia, je découvre que l'autre gros porc lubrique d'Oueslati a fracturé la machoire d'une prostituée.