mercredi, juin 15, 2011

Liberté d'opinion et lois de censure : les processus de régression de la pensée juridique française

Un article de Philippe Nemo sur la censure actuelle :

Liberté d'opinion et lois de censure : les processus de régression de la pensée juridique française

Un mot : j'entendais Maxime le fox terrier répliquer à Eric Zemmour qui se plaignait de la censure du politiquement correct que la parole était plus libre aujourd'hui qu'avant les années 70.

C'est absolument faux : la parole de gauche, libertaire et destructrice de l'ordre, est peut-être plus libre (et encore je n'en suis pas sûr) mais la parole dans l'ensemble est plus restreinte. L'éventail de ce qu'on peut dire est beaucoup plus étroit. La censure de fait commence au centre droit (par exemple, réactions aux propos de Wauquiez sur l'assistanat) et la censure juridique au conservatisme.

Une preuve ? Vous pouvez le faire vous-même. Relisez ou regardez les oeuvres de naguère et comptez les prétextes à procès aujourd'hui.

Jean Raspail en a trouvé une cinquantaine dans Le camp des saints. Mais sans aller dans les ouvrages polémiques, j'en ai vu deux dans les Tontons flingueurs, film grand public et bon enfant de 1963.

Aucun commentaire: