samedi, juillet 09, 2011

Trichet prêche dans le désert ... ou perd les pédales ?

AFP du 9/07/2011 :

Le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, a estimé que l'Union européenne avait fait preuve de "négligence coupable" en n'imposant pas le respect du Pacte de stabilité et de croissance et qu'il avait eu le sentiment de "prêcher dans le désert".

"On a pratiqué en matière de gouvernance économique une négligence coupable. Le Pacte de stabilité et de croissance, notamment en France, n'a jamais été considéré comme absolument indispensable", a-t-il affirmé vendredi au cours d'un débat organisé lors des Rencontres économiques d'Aix.

"Quand on a une monnaie unique et pas de budget fédéral, il faut avoir une surveillance très attentive des politiques budgétaires" et à cet égard, "j'ai eu le sentiment de prêcher dans le désert", a-t-il ajouté.


Je trouve ces déclarations intéressantes car elles prouvent que Trichet n'a rien compris ou que, s'il a compris, il n'ose pas l'avouer.

En effet, imposer la monnaie des Allemands aux Grecs et aux Français conduit nécessairement à des déficits budgétaires en Grèce et en France pour compenser le différentiel de compétitivité.

On pourrait aussi imaginer que la compétitivité des Grecs et des Français rattrape celle des Allemands, mais c'est une illusion : il s'agit toujours du vieux fantasme des européistes de transformer les Grecs en Allemands.

Bref, l'Euro implique nécessairement un creusement des déficits budgétaires des pays les moins compétitifs jusqu'à l'éclatement final, comme l'avait anticipé il y a quinze ans déjà Milton Friedman.

Autrement dit, en critiquant les déficits budgétaires, Trichet met le doigt sur le vice de construction de l'Euro. D'où ma question : est-ce qu'il n'a toujours pas compris ?

Aucun commentaire: