mercredi, décembre 14, 2011

Jusqu'où Sciences-Po ne descendra-t-il pas ?

Sciences Po Paris choisit la table rase

A l'article d'Ivan Rioufol, j'ajoute ceci : qu'on le veuille ou non, les diplomes sont en concurrence. L'effet de la politique de Richard Descoings va donc être de dévaluer le diplome de Sciences Po Paris.

Ca ne serait pas grave si une réputation n'était pas plus facile à détruire qu'à construire, si Richard Descoings était propriétaire de Sciences Po et payait ses lubies de ses deniers, si il n'y avait pas des élèves pris en otages.

Mais voilà, Richard Descoings n'est pas propriétaire de Sciences Po, il en a reçu la charge provisoirement et ce sont les moutontribuables qui payent.

Signalons par ailleurs que le bobo en chef n'est pas seul, un conseil d'administration approuve toutes ses déconnades. Le naufrage est donc collectif.

Aucun commentaire: