vendredi, avril 06, 2012

En lisant Simon Leys lisant Chesterton

Simon Leys approche les quatre-vingts ans. Il est belge, vit en Australie et communique par fax avec son éditrice, qui ne l'a jamais vu.

Il s'était fait connaître en étrillant une maoïste à Apostrophes, seul cas dans l'histoire de cette émission où le passage de l'auteur a fait baisser les ventes. Il avait eu cette phrase mémorable qu'on pourrait rappeler à tous nos maoïstes plus ou moins repentis, les Sollers, les Kahn etc. : «Les idiots donnent des idioties comme les pommiers donnent des pommes».

Chacun de ses ouvrages est un bonheur. Vient de paraître Le studio de l'inutilité. On y trouve une citation de Chesterton, stupéfiante quand on songe qu'elle a nécessairement été écrite avant 1936, année de la mort de celui-ci. Voici :


Et ceci, qui paraît redoutablement adapté à la situation présente (car je ne puis croire que ce soit par un simple coïncidence que nous assistions simultanément au développement d'un mouvement en faveur de l'euthanasie et à une campagne pour autoriser le mariage des homosexuels) : «Il y a des formes destructives dans notre société, qui ne sont rien d'autre que destructives, car elles ne cherchent pas à modifier l'état des choses, mais à l'annihiler, en se basant sur une anarchie interne qui rejette toutes les distinctions morales sur lesquelles même les simples rebelles s'appuient encore. A présent, le criminel le plus dangereux est le philosophe moderne qui ne connaît plus aucune loi. L'ennemi n'émane pas des masses populaires, il se recrute parmi les gens éduqués et aisés, qui allient intellectualisme et ignorance, et sont soutenus en chemin par le culte que la faiblesse rend à la force. Plus spécifiquement, il est certain que les milieux scientifiques et artistiques sont silencieusement unis dans une croisade dirigée contre la famille et l'Etat.»

Leys cite aussi un écrit de 1926 :

«Les derniers en date de nos modernistes ont trouvé le moyen de proclamer une religion érotique qui simultanément exalte la luxure et interdit la fertilité (...) la prochaine grande hérésie sera tout simplement une attaque contre la moralité, et spécialement contre la moralité sexuelle. Et ça ne va pas venir des socialistes. La folie de demain n'est pas à Moscou, mais bien plutôt à Manhattan.»


Nous y sommes.


Aucun commentaire: