vendredi, août 03, 2012

L'explication par la décadence


Dédié à Francis

Pour qui suit l'actualité, il y a des mystères.

Nos pays européens (spécialement la France) semblent prendre, dans tout domaine, tant intérieur qu'extérieur, des décisions contraires au bon sens le plus élémentaire et contraires aussi, ce qui est peut-être plus grave, car cela ne demande aucune intelligence de ne pas faire cette erreur, à tout ce qui a fonctionné ailleurs, et même à tout ce qui fonctionnait chez nous depuis des siècles.

Il y a des explications circonstancielles ou partielles, mais, quand on a des signes aussi disparates et pourtant nombreux, on est tenté de chercher des causes plus profondes. L'explication fondamentale, c'est la décadence.

Gustave Le Bon décrit trois périodes dans la décadence : la décadence du caractère, la décadence de la morale, la décadence de l'intelligence.

Notre décadence du caractère est facile à situer, vers 1930, celle de la morale vers 1960, celle de l'intelligence, nous y sommes.

Chaque fois qu'une civilisation sombre dans la décadence, la cause est la même : trop de puissance, trop de confort, d'où un amollissement et la perte des qualités qui ont fait le succès.

Cette analyse nous éclaire sur l'avenir : nous savons d'expérience que la décadence est irréversible, mais qu'il peut y avoir des rémissions ou de beaux restes.

La civilisation éyptienne a totalement disparu en ne laissant que de vieilles pierres. La civilisation romaine, au contraire, a laissé un héritage culturel extrêmement important. Des ilots de romanité ont survécu bien après la fin de l'empire.

Il est désormais vain d'attendre quoi que ce soit des institutions, européennes ou françaises. Nous devons nous habituer à avoir honte de nos dirigeants et à nous sentir soulagés lorsqu'ils provoquent juste un peu moins de malheurs qu'anticipé. Les bonnes choses ne peuvent venir que des individus, des familles et des communautés les plus élémentaires, qui passent encore culture, valeurs et traditions.

Aucun commentaire: