mardi, octobre 23, 2012

La politique économique de François Hollande est limpide


Certains reprochent à François Hollande le manque de clarté de sa politique économique. Ce reproche m'étonne. On peut lui reprocher sa folie suicidaire, son clientélisme, tout un tas de choses, mais certainement pas son manque de clarté. La politique économique de François Hollande est limpide (bien plus que celle de Nicolas Sarkozy) :

> préserver au maximum de tout effort les clientèles socialistes : fonctionnaires, assistés, prébendiers publics divers.

> matraquer, de manière confuse au point par point mais parfaitement claire dans le tableau d'ensemble, ceux qui toute façon ne votent pas socialiste : ouvriers du privé, entrepreneurs, investisseurs, militaires.

> prier pour qu'une "reprise" mondiale permette à ce chateau branlant de tenir jusqu'aux Èlections de 2017. François Hollande aura alors une chance d'être réélu, puisqu'il aura préservé ses clientèles au détriment de ses adversaires politiques.

Je ne vois pas où il y a une obscurité, c'est vraiment clair comme de l'eau de roche. Bien sûr, les discours sur la compétitivité sont trompeurs, mais qui croit encore les politiciens sur parole ? Quand on regarde les faits, c'est-à-dire la fiscalité votée, il n'y a aucun doute sur la politique menée.

François Hollande décide de la politique économique uniquement en fonction de critères politiques. C'est très dangereux pour l'économie française, mais d'une part, il est totalement incompétent en économie, d'autre part, la politicaillerie, il ne sait faire que cela. On ne peut pas lui reprocher de faire ce qu'il a fait toute sa vie. Ce sont ses È
électeurs qui méritent des reproches.

Et ne vous faites pas d'illusions : les capacités d'apprentissage des Français sont très restreintes. A la Libération, ils se replongèrent dans les délices du régime des partis alors qu'ils venaient juste de se remettre d'une défaite humiliante provoquée par ce régime. Il fallut deux guerres coloniales de plus pour qu'enfin ils tirent les leçons des échecs précédents.

Alors, on peut compter sur les Français pour tirer les leçons de l'expérience Hollande. Mais pas trop.



Aucun commentaire: