samedi, février 16, 2013

Flight

C'est l'histoire d'un alcoolo  cocaïnomane qui se trouve être pilote de ligne et qui sauve d'une catastrophe son avion  (et ses passagers) quasi-miraculeusement.

Evidemment, l'enquête qui suit le fout dans la merde.

Dans la France d'avant qu'on copie l'Amérique, cette situation aurait été réglée par le proverbe aéronautique «mieux vaut un pilote plein qu'un réservoir vide». On lui aurait retiré sa licence sans faire de procès ni de tintamarre humiliant. Aujourd'hui, dans la France des bureaucrates sans couilles qui se couvrent, j'en suis hélas moins sûr.

Ce film est plus sur l'alcoolisme que sur l'aviation. Il est porté de manière épatante par Denzel Washington. Et je dois avouer que je fantasme sur sa ferme dotée d'une piste en herbe avec un Cessna dans un hangar rouillé, c'est la réconciliation parfaite de mes rêves bucoliques et aéronautiques.

Les dix dernières minutes sont à chier, mais les deux heures qui précèdent valent le coup.

L'alcoolisme est effectivement un problème chez les pilotes de ligne : une fois que vous avez beaucoup voyagé, divorcé à cause de vos absences, sauté l'hôtesse, souffert du décalage horaire, que vous reste-il pour tromper l'ennui et l'insomnie à part vider le mini-bar de votre chambre d'hotel ?

Dernier point, technique : l'accident et le sauvetage qui s'en suit sont-ils vraisemblables ? Globalement, oui, c'est la combinaison de plusieurs accidents et sauvetages qui se sont produits. Après, je n'ai pas cherché les détails.

A noter : la traduction de «act of God», qui est un terme juridique, par «acte de Dieu» est totalement crétine. En français, on traduit par «impondérable» ou «cas de force majeure». Mais qui fait encore l'effort de parler français de nos jours ?

Aucun commentaire: