samedi, février 09, 2013

Les capitalistes contre le capitalisme

Les boursiers contre Apple

Les actionnaires peuvent-ils mettre en danger une société par cupidité court-termiste ? Bien entendu. Les gauchos de tout poil nous l'ont assez répété, au point d'en faire, à leurs yeux, l'un des problèmes majeurs de l'économie.

On peut même vivre pas loin de chez soi des situations où les actionnaires sont de véritables salopards qui se barrent avec la caisse.

Quelle est l'alternative ? L'étatisation, sous des formes plus ou moins déguisées. Et l'on sait où cela mène : à la misère.

Elargissons la perspective : il se peut qu'une société soit coulée par des actionnaires sans scrupules, mais est-ce grave ? Et pour qui ?

C'est grave pour les actionnaires minoritaires, qui ne sont pas responsables des mauvaises décisions. C'est grave pour les salariés.

Les actionnaires minoritaires, c'est dommage pour eux, mais il faut savoir avec qui on couche et sauter du navire à temps.

Il reste les salariés. C'est un vrai problème en économie bloquée. Quand la prospérité est là, on peut toujours changer d'employeur. La prospérité, c'est la liberté (et vice-versa). Ce n'est plus la même chanson en temps de crise.

La première solution : la prière. Prier pour avoir de bons actionnaires et un bon patron.

La deuxième : quand même essayer de se barrer avant le naufrage.

Et voilà, c'est tout, je suis au bout de mes solutions.


Aucun commentaire: