dimanche, mars 03, 2013

Quelques restaurants parisiens

Il y avait longtemps que je n'avais pas fait le point sur cette question importantissime.

Tous mes jugements sur les prix s'entendent, hélas, dans un contexte parisien.

Senderens

Nous avons pris un canard Apicius. Normal, pour un conservateur comme moi : c'est une recette antique, on peut s'imaginer que Jules César ou Auguste ont dégusté un plat similaire lors d'une orgie, après avoir vu quelques gladiateurs s'étriper et ordonné de jeter aux lions deux ou trois centaines d'opposants.

L'idée un plat + un verre est particulièrement adapté, puisque le vin est spécialement fait pour le canard Apicius.

J'ai essayé de refaire le même plat à la maison avec quelques adaptations. C'était moins bon qu'au restaurant, mais je n'étais tout de même pas mécontent de moi.

Le cadre, avec vue sur la Madeleine, est très agréable.

Nous avons bénéficié d'une réduction La Fourchette de 40 %, ce qui donne un rapport qualité / prix raisonnable, sinon ...

Alors, est-ce que je vous le conseille ? Oui, dans un contexte où vous avez décidé pour cette fois de ne pas regarder à la dépense. A Paris, il y a plus cher pour moins bien (je pense notamment aux restos branchés où il faut être vu dont raffolent nos politiciens bobos et nos journalistes de combat).





Le café Constant

C'est notre restaurant préféré du moment. Excellent rapport qualité / prix. Cuisine très bonne, sans être d'une recherche hors du commun (si vous préférez plus élaboré, allez deux maison plus loin, au Violon d'Ingres, le restaurant gastronomique de Constant).

Le service est très bien (cela devient de plus en plus rare - problèmes de recrutement ?).

Deux inconvénients (rançon du bon rapport qualité / prix) : pas de réservations et on est serré. Un moyen simple de les éviter : arriver avant l'ouverture du service, vers midi moins le quart.

Rech

Depuis des années, nous étions orphelins d'un bon restaurant de poisson à Paris. Ce drame intime vient de trouver une heureuse issue avec Rech.

Pour une première, nous avons pris le menu Jacques Maximin.

Décor charmant années 30, service impeccable (point commun avec Constant), et la cuisine est juste ce qu'il faut de créative sans rechercher le spectaculaire. Dessert sublime (on juge souvent un restaurant à la qualité de ses desserts).

Mêmes les prix ne nous ont pas parus trop douloureux.

Autre signe propice : nous étions à une table à coté de Bernard Pivot, qui ne passe pas pour détester la bonne chère.

Aucun commentaire: