mercredi, avril 10, 2013

Cahuzac est grand ! (2)


Un honorable commentateur me laisse l'honorable commentaire suivant :

**********************
Il semble avoir repris du poil de la bête et maintient son intention de revenir à l'assemblée.

http://www.20minutes.fr/politique/1134817-20130410-cahuzac-compare-mensonge-compte-suisse-a-promesse-3-deficit

Deux extraits :

"... Comment va Jérôme Cahuzac? A priori pas si mal, si l'on en croit les propos rapportés par Le Canard enchaîné ce mercredi. L'ex-ministre du Budget, qui a provoqué un séisme la semaine dernière en avouant détenir un compte en Suisse, apparaît droit dans ses bottes et semble ne pas comprendre à quel point son mensonge devant l'Assemblée a choqué. ..."

"... Il compare notamment ses franches dénégations devant les députés à propos de ce fameux compte suisse à la promesse d'atteindre 3% de déficit fin 2013 faite par François Hollande. "On me dit que j'ai menti sur ma situation personnelle. Cela veut dire quoi ? Qu'il y aurait des mensonges indignes et d'autres qui seraient dignes ? Quand on ment sur ordre, et pour des raisons politiques, à l'Assemblée, est-ce digne? A  ce compte-là, j'ai menti devant l'Assemblée sur la possibilité de réaliser 3% de déficit en 2013", aurait-il expliqué. ..."

Il pose un sacré gambit à notre Normalitude. Dissolution ou un incontrôlable dans l'assemblée. Pépère, fallait lui accorder ton pardon plutôt que lui dire "impardonnable" dans ton allocution.

**********************

Bien sûr, quand j'écris que Cahuzac est grand, j'ironise, mais pas seulement.

La classe politique française une mafia où règne non pas la loi du silence mais la loi du mensonge. Dire la vérité y est considéré à la fois comme une faute professionnelle et comme un crime contre le clan. Et aussi comme une preuve de bêtise, car -c'est bien connu- seuls les naïfs, les imbéciles, disent la vérité.

Or, l'expulsion sans ménagement de Jérôme Cahuzac le délivre d'un coup de ce carcan de l'obligation de mensonge. Il se pourrait que, par réaction, il devienne notre politicien le plus franc des trente dernières années.  Ce n'est qu'une hypothèse, elle est réjouissante.

Nota : le mensonge est parfois nécessaire en politique (cf le mensonge résitantialiste) mais il ne faut pas qu'il envahisse out le champ et, surtout, qu'il n'envahisse pas l'analyse.

Aucun commentaire: