dimanche, avril 28, 2013

Ce qui manque au Printemps français ? L'intelligence !

J'admets que le titre de ce billet est provocateur, mais vous allez comprendre où je veux en venir.

Quand j'entends par exemple Eric Zemmour, un socialiste étatiste et nationaliste, nous expliquer que le Printemps français est sympathique mais qu'il lui reste à comprendre qu'il doit aussi lutter contre le libéralisme, je me dis qu'on est dans le brouillard et la confusion les plus complets.

Rappelons que Mai 68 a été suivi  (il ne s'agit pas d'une corrélation par coïncidence mais d'une causalité) d'une expansion sans précédent de l'Etat-mamma en même temps que de la promotion du libre-échangisme mondialisé. Cela n'est en rien contradictoire, c'est ce qu'on appelle le communisme de marché.

Dans l'esprit de Mai 68, licence des moeurs, dissolution des nations, immigrationnisme et communisme de marché marchent de concert. Autrement dit, Mai 68 est l'ennemi du libéralisme, avec sa gênante responsabilité individuelle qui empêche de jouir sans entraves (pas étonnant que la crise économique actuelle, issue du communisme de marché, soit aussi une crise morale).

Il est donc incohérent de reprocher au Printemps français de ne pas s'attaquer au libéralisme en attaquant Mai 68. C'est comme reprocher à Napoléon de ne pas attaquer Murat quand il attaque Koutousov.

Je me suis amusé à vous dessiner un  petit tableau de correspondance :

JUSTIFIE


Licence morale
Etat-mamma
Immigrationnisme
Libre échangisme


échangisme
Licence morale

 L'Etat se mêle de  tout pour pacifier les relations entre individus immoraux.
l'immigration de masse est jutifiée puisque toutes les valeurs et toutes les culture se valent.
Les biens matériels sont les seules valeurs et donc rien ne doit faire obstacle au libre-échange.


Etat-mamma

Les indivdus ne se réfèrent à aucune valeur  ni autorité en dehors de l'Etat.

L'Etat seul définit les individus, ils sont interchangeables, leur histoire et leur culture ne comptent pas.
Le libre-échangisme à base non de responsabilité des individus mais d'accords entre Etats justifie l'Etat intrusif et omnipotent.


Immigrationnisme
Pour éviter les conflits entre hommes de culture différente, il ne faut pas imposer des valeurs morales.
L'assitanat étatique s'étend sans arrêt pour venir au secours du nouveau prolétariat immigré.

Si les individus circulent librement, il ne peut y avaoir aucun obstacle à la circulation des biens et des capitaux.


Libre-échangisme
La seule régulation est celle des biens matériels et la moralep ersonnelle est accesssoire.
 Le libre-échangisme à base non de responsabilité des individus mais d'accords entre Etats justifie l'Etat intrusif et omnipotent.
Pour baisser les coûts, la concurrence des immigrés est nécessaire.






Ce tableau se lit horizontalement.

Par exemple : La licence morale justifie l'Etat-mamma : L'Etat se mêle de  tout pour pacifier les relations entre individus immoraux.

Si ce tableau vous paraît trop emmerdant, une image simple : l'archétype du communisme de marché, c'est la Chine. La Chine est-elle libérale ?

Je pourrais faire le tableau opposé avec comme rubriques : valeurs morales, Etat minimal, patriotisme et liberté.

Or, je ne vois pas dans le Printemps français une réflexion profonde sur tous ces enjeux. Ce n'est pas de Benoist et ses lubies néo-païennes qui vont nous sortir le cul des ronces.

On peut raconter ce qu'on veut sur Mai 68, mais il fut précédé d'une éclosion de travaux intellectuels et d'un bouillonnement d'idées (totalement folles, mais ce n'est pas le sujet).

Je n'aperçois rien de semblable à l'horizon. La seule chose qui pourrait en tenir lieu, c'est la doctrine de l'Eglise, mais elle est très perméable à l'air du temps, notamment sur les sujets économiques.

Je ne vois nulle part ce corpus intellectuel articulé qui constitue le fond de sauce d'une bonne tambouille politique.

C'est pourquoi je ne suis pas très optimiste pour la suite du Printemps français, mais je ne demande qu'à être surpris.

Aucun commentaire: