jeudi, mai 23, 2013

Pourquoi l'UMP n'abrogera pas la loi Taubira dénaturant le mariage


Il y a des discussions à l'UMP sur l'abrogation de la loi dénaturant le mariage. Des arguments circonstanciels, juridiques et politiques s'échangent.

Soyons clairs : les opposants à cette loi sont motivés par un principe.

Ce principe est que l'Etat et la loi ne sont pas suprêmes, qu'il y a quelque chose au dessus, appelez le comme vous voulez : Dieu, la Nature, la condition humaine, la tradition ... La loi est-elle légitime à changer la définition millénaire du mariage ?

L'UMP est peuplée d'arrivistes, pour qui les principes sont des handicaps, dont ils se sont débarrassés depuis longtemps pour faire carrière. Tout comme leurs adversaires de gauche, ils ne peuvent pas comprendre une opposition de principe. C'est pourquoi ils ont été surpris par la vigueur de la réaction. D'ailleurs, un peu naïvement, les défenseurs de cette  loi de nature totalitaire l'ont avoué en utilisant l'argument «Pourquoi manifestez vous ? Vous ne perdez rien», indiquant qu'ils ne comprenaient pas qu'on puisse manifester pour autre chose qu'un avantage personnel.

Les arrivistes de l'UMP n'abrogeront pas une loi dont ils sont inaptes à saisir l'enjeu.

De plus, je soupçonne que si les umpistes avaient des principes, ils partageraient celui de sénateur marxiste Jean-Pierre Michel, en pointe de la défense taubiresque : «Le juste, c'est ce que dit la loi».

Ce principe est, bien entendu, totalitaire.

Il faut lire L'archipel du Goulag : chaque zek arrivait condamné en fonction d'un article de loi. Il y avait des modes, ce qui permettait de se situer. Si un détenu disait «Je suis un article 162b», on savait à peu près dans quelle charrette il était arrivé. Pas une seule arrestation, déportation ou exécution stalinienne ne fut illégale, puisque Staline faisait la loi à sa convenance. D'où on conclut du raisonnement «michelien» que pas une seule arrestation, déportation ou exécution stalinienne ne fut injuste.

Voilà ce que signifie «Le juste, c'est ce que dit la loi».

Logiquement, l'opposition à cette logique totalitaire se trouva chez ceux qui croyaient qu'il y avait une Loi supérieure à la loi des hommes. Le vieux combat de Créon et d'Antigone.

Pour en revenir à nos moutons, il est improbable, voire impossible, que les petits magouilleurs de l'UMP y comprennent quelque chose. Il faut qu'ils rétrécissent tout ce qui est grand, grand principe, grands enjeux, à leurs petites dimensions, petites manoeuvres, petits arrangements.

Bref, il y a toutes les chances que l'UMP persiste dans son être : en France, la droite, c'est la gauche avec trois ans de retard. Or, si j'ai bien compris, c'est avec cette supériorité morale usurpée de la gauche que les manifestants veulent rompre.

Conlusion : il faut que l'UMP dégage. Mais comment ? Le vote Le Pen ? C'est une solution de désespoir : Dame Marine est aussi, voire plus, socialiste que les autres.

Il y a un boulevard pour un parti conservateur-libéral cohérent. Le problème est d'émerger à la lumière. Ceci nécessite, en nos temps hyper-médiatiques, une personnalité marquante, capable d'être plus forte que le filtre des médias. Ensuite, le court circuitage des medias devient possible, à l'exemple de Beppe Grillo en Italie.

En attendant, on va nous tympaniser avec le «mariage» des tafioles et des broute-minou.

Aucun commentaire: