lundi, juin 03, 2013

Lutte contre l'esprit totalitaire : «Passant, va dire à Sparte ...»


Redeker à propos de l'Homme Nouveau

Je trouve à redire sur quelques détails mais c'est dans l'ensemble un bon article publié dans un journal de grande diffusion.

Je le complète par une citation de Hannah Arendt, ressortie par Maxime Tandonnet à un moment tout à fait pertinent :

«Le dessein des idéologies totalitaires n’est donc pas de transformer le monde extérieur, ni d’opérer une transmutation révolutionnaire de la société, mais de transformer la nature humaine elle-même.»«Les solutions totalitaires peuvent fort bien survivre à la chute des régimes totalitaires, sous la forme de tentations fortes qui surgiront chaque fois qu’il semblera impossible de soulager la misère politique, sociale et économique d’une manière qui soit digne de l’homme.»

On peut aussi, comme Le Salon Beige, citer Aldous Huxley :

«A mesure que diminue la liberté économique et politique, la liberté sexuelle a tendance à s’accroître en compensation. Et le dictateur (à moins qu’il n’ait besoin de chair à canon et de familles pour coloniser les territoires vides ou conquis) fera bien d’encourager cette liberté-là. Conjointement avec la liberté de se livrer aux songes en plein jour sous l’influence des drogues, du cinéma et de la radio, elle contribuera à réconcilier ses sujets avec la servitude qui sera leur sort.»

Pour répondre à cette offensive totalitaire, le cadre philosophique est clair : l'Homme Nouveau est un mensonge, la Vérité sauve.

C'est pourquoi les opposants doivent s'abstenir de recourir au mensonge et à l'exagération (je suis en plein accord avec Fikmonskov). Ce scrupule peut provoquer des défaites tactiques mais il est stratégique. L'URSS est morte parce que plus personne n'y croyait, même pas les bourreaux.

En revanche, nous pouvons recourir à l'humour, à la caricature comique, à la satyre, au pamphlet, au madrigal, à la brochure didactique.

Car, en plus d'être les suppôts du Mensonge, les gauchistes ont une deuxième vulnérabilité qu'il faut exploiter à fond. Ils n'ont aucun humour.

Pour paraphraser un dicton anglais (1), l'humour de gauche, c'est comme l'humour de droite, l'humour en moins.

Le gauchiste se prend très au sérieux. C'est un Sauveur de Planète, un Guide de Peuple, une Avant-Garde Eclairée de l'Humanité, un Pédagogue du Vivrensemble. Alors, évidemment, quand le gauchiste s'essaye à l'humour, cela donne du Bedos : sinistre, méchant, agressif, pesant. Un humour de gardien de goulag. Pas allègre pour deux sous. Bref, pas drôle.

*************
(1) : l'humour allemand, c'est comme l'humour juif. L'humour en moins.

Aucun commentaire: