vendredi, juillet 19, 2013

Dur dur de faire la révolution avec Marie-Chantal et François-Henri

Les opposants au totalitarisme diffus socialiste, dont je suis se débattent dans une contradiction :

1) étant donné que les socialistes de droite et de gauche détiennent absolument tous les leviers du pouvoirs, y compris médiatique, il faudra rien moins qu'une révolution pour en venir à bout.

2) les populations assaillies par ce totalitarisme nouveau genre, la désormais fameuse «France bien élevée», sont les moins aptes à la révolution.

La tentation est grande, pour résoudre la difficulté, de minimiser ces termes. Soit, en faisant semblant de croire qu'une simple claque électorale suffira, soit en exagérant la rebellitude de la France bien élevée. Pour l'instant, je trouve les Veilleurs dans une position d'attente intelligente.

Le Système se défend superbement bien, avec tout le vice dont il est capable. M'est avis qu'on sortira pas tant qu'on ne s'attaquera pas au nerf de la guerre, les phynances et leur célèbre pompe, et la situation n'est pas mure.

Aucun commentaire: