vendredi, juillet 26, 2013

Eclisse et damnation

Comme chacun y va de sa théorie sur internet à propos du déraillement de Brétigny (généralement pour démontrer le sabotage), moi aussi je participe, mais comme je suis plus timoré (ou plus sage !) que tous ceux qui affirment savoir, cela sera sous forme de questions.

Les doutes tournent autour d'une fameuse éclisse.

En préliminaire, le réseau ferré français compte 30 000 km de voies, donc cela fait plusieurs centaines de milliers d'éclisses.  Et s'il l'on se limite au réseau européen pour cause de similarité des techniques, plusieurs millions.

En cherchant rapidement, je n'ai pas trouvé d'accident ferroviaire en Europe depuis cinquante ans du à une rupture d'éclisse.

Donc un événement qui a une chance sur plusieurs millions de se produire en cinquante ans suffit à expliquer l'accident.

Par exemple, quand on me dit «Il est absolument impossible que les six boulons d'une éclisse se dévissent naturellement», je réponds «Même avec une probabilité de 10-6 sur cinquante ans ?».

Il est plus facile d'être affirmatif quand on ne réfléchit pas ! Des boulons qui se dévissent par vibrations, c'est tout de même un grand classique.

Voici mes questions :

En quelles circonstances cette éclisse a-t-elle été posée ?

Y a-t-il des facteurs augmentant les risques de malfaçon ? (personnel intérimaire ou jeune embauché, mésentente dans l'équipe, désorganisation des travaux, ...)

Comment démonte-on une éclisse ? Avec quels outils ?

Les boulons ont-ils été retrouvés ? Dans quel état ? C'est le point fondamental : si on retrouve les boulons dans un état raisonnable, il est assez facile de déduire leur mode de desserrement.

Quelle est la distance entre l'éclisse et l'aiguillage ? Quelle trajectoire a suivi la fameuse éclisse ?

De quand date la dernière inspection des voies ?

A-t-on vu des gens à proximité des voies avant l'accident ?

Le gouvernement s'est empressé de disqualifier le sabotage parce que c'est une hypothèse crédible dans la France de 2013, sinon il n'aurait pas eu besoin de prendre les devants.

Je suis plutôt un partisan de l'hypothèse sabotage. Cependant, il me paraît hasardeux de franchir le pas à coup de «il est évident que ...».

Aucun commentaire: