vendredi, septembre 20, 2013

Transition énergétique : encore une connerie écologique

J'entends parler de "transition énergétique". C'est un concept fumeux. Ça ne veut rien dire.

Les énergies et leurs modes de consommation sont en évolution permanente, en transition perpétuelle.

Pourquoi y aurait-il besoin aujourd'hui plus qu'hier d'une transition énergétique pilotée par les gros doits boudinés des hommes de l'Etat ? Transition de quoi vers quoi ?

Qu'est-ce qui justifie que l'Etat impose cette vague transition en contradiction avec les signaux du marché qui ne montrent aucune nécessité économique d'une telle évolution ?

Y a-t-il une rupture technologique ? Une pénurie énergétique ? Une famine ? Quoi que ce soit qui oblige les politiciens à intervenir ?

Tout cela n'a évidemment aucun sens.

D'autant plus que dans toutes ces fadaises, je n'entends pas parler (ou alors, pour en dire du mal) des deux énergies de l'avenir : charbon (très abondant et bon marché) et nucléaire (thorium, z-machines, ...).

Parler de "transition énergétique" en tournant le dos aux sources d'énergie les plus prometteuses, c'est assez fantastique.

A l'inverse, j'entends beaucoup parler de sources d'énergie qui ont un point commun : irrégulières (c'est super l'éolienne, les jours sans vent) et très peu denses (combien de km2 de panneaux solaires pour faire une centrale nucléaire ?), c'est-à-dire exactement les caractéristiques inverses des besoins du monde moderne.

Sommes nous fous ?

Aucun commentaire: