vendredi, novembre 22, 2013

Television is evil

Television is evil

Vous lirez ce que Dalrymple écrit des gens de télévision !

Depuis vingt-cinq ans que je vis sans télévision (plus exactement, sans chaines de télévision), j'ai fini par développer une allergie.

Quand une télévision fonctionne dans la pièce où je suis (nécessairement, ce n'est pas mon domicile), j'ai toute une gamme de tactiques d'évitement, mais, bien souvent, je finis tout simplement par demander le plus diplomatiquement possible à mon hôte de bien vouloir éteindre l'engin diabolique.

J'ai des raisons de penser que l'hôte en question ne souffre pas de cette interruption des programmes.

J'ai une télévision, mais uniquement pour regarder des DVDs. Or, dans ce cas, je n'éprouve pas du tout cette allergie.

Je me suis posé la question de savoir pourquoi.

Voici ma réponse : indépendamment de la qualité des émissions, la télévision s'impose là où elle est allumée. Elle émet un flot continu de sons et d'images qui finissent toujours par monopoliser l'attention (et dissoudre l'intelligence). Elle me prive de mon libre-arbitre et casse la conversation. Evidemment, le DVD, c'est différent : il est limité dans le temps et ce n'est pas lui qui a attiré l'attention, c'est nous qui avons décidé de lui consacrer un peu de notre temps.

Comme disait un homme sage, la télévision est un membre de la famille, et pas le moins important. C'est souvent le seul qui parle pendant les repas.

Partout où une télévision fonctionne, des humains perdent leur monde intérieur.

Je connais des gens qui, après deux jours de vacances sans télévision, sont allés en acheter une pour briser l'ennui. Ils m'inspirent beaucoup de pitié et un rien de mépris.

Je tiens véritablement la télévision pour un instrument maléfique.

Aux gens qui quelquefois m'interrogent «Comment faites vous pour vivre sans télévision ?», je ne peux que répondre, le plus sincèrement du monde : «Et vous, comment faites faites vous pour vivre avec la télévision ?».

*******
J'en profite pour féliciter mes collègues qui, convenablement endoctrinés par mes soins, évitent désormais le sempiternel «T'as pas vu hier soir à la télé ...»

Aucun commentaire: