samedi, novembre 23, 2013

La fin de la mondialisation (F. Lenglet / A. Madelin)

Débat François Lenglet / Alain Madelin à l'Assemblée Nationale.

Débat passionnant. Je vous résume très succinctement :

> le protectionnisme est une hérésie économique quand on raisonne globalement. Mais, à l'intérieur du bien économique global de la mondialisation, il y a des perdants et des gagnants et il arrive que les perdants obtiennent gain de cause politique et provoquent une fermeture.

Les intervenants ont fini par tomber d'accord sur le fait qu'à la fin des fins, on butait sur une question de morale : la mondialisation est bonne pour l'ouvrier chinois et mauvaise pour l'ouvrier français. A-t-on le droit de préférer le Français aux dépens du Chinois ?

Il n'a pas été répondu à cette question.

> autre question morale : l'Etat est-il légitime à m'interdire de placer mon argent à tel ou tel endroit ou d'acheter mes chemises à tel ou tel fournisseur ? Car c'est bien à cela que revient le protectionnisme.

> enfin, la France souffre tant de la mondialisation que parce qu'elle ne sait pas faire les réformes nécessaires pour s'y adapter (dégraisser les mammouths). La mondialisation, avant d'être un problème extérieur, est un révélateur de nos déficiences internes.

Il est sans doute dommage qu'aucune question non-économique n'ait été réellement abordée.



Aucun commentaire: