lundi, décembre 16, 2013

Vivre dans une société décadente


Les civilisations sont mortelles. Il n'y a pas de progrès humains : demain peut être pire qu'aujourd'hui.

Cette chute, cette décadence, c'est ce que nous vivons tous les jours.

Je me sens comme un Romain du quatrième siècle : je sais ce qui a été, je vois ce qui vient, je compare et je regrette.

Bien sûr, le Romain pouvait diffcilement deviner la splendeur des cathédrales à venir, mais il pouvait voir les aqueducs et les thermes à l'abandon, les villes désertées, la littérature en déclin, les politiciens mesquins, les poètes verbeux ...

On me dit quelquefois d'être de mon temps : surtout pas. Mon temps n'a rien de recommandable.

De mon temps, je vois les humains décérébrés par leurs gadgets électroniques, l'humain comme objet de consommation sans plus aucune dimension sacrée (avortement, dénaturation du mariage, euthanasie, eugénisme, trafic d'organes). Et l'art, qui existait depuis l'homme des cavernes, est mourant.

L'homme n'est plus humain, il est en train de se décharger de son humanité comme d'un fardeau trop lourd et cela me déplaît souverainement. Je suis content de ne pas être immortel : je ne verrai pas ces atrocités trop longtemps.

Aucun commentaire: