mardi, février 11, 2014

Voie Sacrée ?

AFP :
***************
Les députés PS boycotteront le 20 février le débat sur la proposition de loi UMP visant à garantir l'appellation "Voie sacrée nationale" à la route départementale reliant Bar-le-Duc à Verdun, une "mascarade" digne de "Clochemerle" selon eux.

La proposition de loi UMP, signée par 78 parlementaires, veut garantir que cette route gardera "l'appellation intangible de Voie sacrée nationale" que lui a donnée une loi de 1923, bien qu'en 2004 elle soit devenue une voie départementale au grand dam du maire de Verdun, Arsène Lux. Suite à sa mobilisation, un arrêté interministériel officialisant l'appellation "Voie sacrée nationale" a été signé en 2007 mais le conseil général de la Meuse, dirigé par Christian Namy (UDI) refuse de l'appliquer. Les deux hommes s'opposent depuis près de dix ans sur ce sujet.

"L'Assemblée nationale n'a pas à s'immiscer dans des querelles de clocher. Que penseraient les parlementaires qui se sont battus au front, parfois au prix de leur vie, de voir l'hémicycle ainsi instrumentalisé ?", s'indignent dans un communiqué publié mardi les députés socialistes membres de la commission de la Défense. Seul le député PS de la Meuse Jean-Louis Dumont ira dans l'hémicycle expliquer la position de son parti avant de quitter le débat lors de cette journée consacrée aux propositions de loi du principal groupe d'opposition. "Il n'est nul besoin d'une loi pour que la route reliant Bar-le-Duc à Verdun demeure dans la mémoire de tous les Français comme le cordon ombilical qui, en approvisionnant quotidiennement le front en soldats, vivres et matériels grâce à une logistique millimétrée, aura permis de mettre en échec l'offensive ennemie lors de la bataille de Verdun", ajoutent les députés PS. Et ce d'autant "que, depuis 1922, cette voie est jalonnée par 56 bornes kilométriques blanches et rouges, surmontées d'un casque de Poilu avec une palme (symbole de la victoire) et sur lesquelles sont inscrits les mots Voie Sacrée, soulignent-ils.
***************

J'avoue ne pas bien comprendre la position des députés socialistes : il y a des choses qui vont sans dire mais qui vont encore mieux en le disant.

Je soupçonne que les motifs réels de ce retrait ne sont pas si clairs que ceux invoqués.

Aucun commentaire: