samedi, février 01, 2014

La société adolescente

Je me souviens qu'un jour, assez lointain, j'avais choqué certains commentateurs en écrivant que les enfants sont des êtres inférieurs : leurs performances intellectuelles et physiques sont inférieures à celles des adultes.

Cela fait partie de leur condition d'enfants. Il n'y a rien là de dérangeant puisqu'un enfant grandit et s'améliore sans cesse. C'est l'objet de l'éducation que d'organiser cette croissance.

Or, les réactions outrées et totalement imbéciles (je n'avais fait qu'écrire une vérité d'évidence) m'avait fait prendre conscience à quel point nous vivions dans une société infantilisée.

Je sais, on peut me ressortir la sempiternelle phrase de Chesterton sur les valeurs chrétiennes devenues folles. L'injonction du Christ à retrouver un coeur d'enfant se transforme en «comportez vous comme des enfants».

Mais ce n'est pas un secret : plus qu'une société infantile, nous avons une société adolescente. Car les enfants n'ont pas cette obsession sexuelle qui est la nôtre, alors que les adolescents l'ont.

Tout se tient : la féminisation, le maternalisme, la forclusion du père et l'adolescence sans fin.

L'adolescent n'est jamais très loin du ridicule. Les anciennes expressions ont du bon : on appelait l'adolescence l'âge bête.

Or, une société d'adolescents, c'est non seulement une société d'imbéciles mais aussi une société d'esclaves. Rien n'est plus facile à endoctriner et à manipuler qu'un adolescent. Tous les politiciens le savent. Pas un dictateur qui ait oublié d'en faire l'expérience. Plus près de nous, quiconque connaît la pantalonnade que sont les «grèves de lycéens» n'a aucun doute sur la question.

Ce n'est pas un hasard si nombre de nos politiciens  (Dray, Julliard, Batho, Vallaud) ont commencé leur carrière politique dès le plus jeune âge en manipulant des lycéens.

Cette société adolescente explique aussi que les réformes «sociétales» que propose la gauche totalitaire ne soient pas rejetées avec un grand éclat de rire collectif. L'adolescence est l'âge où l'on souffre que tout ne soit pas possible, que deux hommes ne puissent pas se marier, qu'on ne puisse pas être une femme quand on est un homme, que les pauvres ne soient pas riches etc.

Ce n'est pas un hasard si notre société adolescente a élu des adolescents attardés, Sarkozy et Hollande, comme présidents de la république.

Ce problème est très répandu dans le monde, notamment en Occident, mais je pense qu'il est aggravé en France par le jacobinisme (comme il est aggravé aux Etats-Unis par le juridisme) qui prive les rares adultes des moyens de se défendre.

Le problème d'une société adolescente, c'est que les adolescents ne tiennent pas le choc face à une société d'adultes. Jean Cau pensait que le rôle des adultes serait joué par les Chinois. Je ne sais pas.

Aucun commentaire: