samedi, février 15, 2014

L'impéritie des cabinets ministériels

************
A la demande du président lui-même, l’Élysée avait demandé un rapport au conseiller d’état, Alain Christnacht, un homme de l’ombre mais un fidèle parmi les fidèles. L’étude commandée devait porter sur les procédures de travail dans les cabinets et sur la qualité des membres. Le résultat de cette étude serait accablant, mais on ne le saura jamais parce que cette étude serait classée secret d’Etat. Contrairement à ce qui se passait précédemment ou même à l’époque Jospin, les membres de cabinet ne connaissent pas l’entreprise. Ce sont pour la plupart des cadres formés par le parti socialiste ou sortis du syndicalisme ou de la fonction publique. En clair, les lois sont mal écrites, mal préparées, les décrets d’application sont retoqués une fois sur deux par le Conseil d’Etat (décret sur les taxis, sur l’ouverture des magasins le dimanche), preuve que le travail n’est pas sécurisé sur le plan juridique. Les cafouillages de la communication s’ajoutent aux dysfonctionnements juridiques, lesquels se conjuguent à la confrontation des différents courants idéologiques qui traversent la majorité. D’où ce sentiment de cafouillage dans la gouvernance.
************

Cet extrait d'Atlantico dévastateur n'a rien pour surprendre.

En effet, un politicien moderne est un demi-intellectuel diplômé qui, ne sachant rien faire d'utile,  a décidé de vivre au crochet de la société. D'où sa carrière politique et sa compétence très limitée.

Comme le fait remarquer Eric Verhaeghe, les députés sont choisis pour leur incompétence, gage  de docilité. Par exemple, Karine Berger (1), Juliette Méadel (1) ou David Assouline ont des savoirs livresques mais leur seule compétence consiste en une «tchatche» de grandes gueules qui ont réponse à tout, qu'aucune idiotie n'effraie et qui vous sortent les pires fadaises sans trembler, vous regardant droit dans les yeux.

Par contre, de compétence utile à l'intérêt général, pas l'ombre d'une.

Et ils sont tous comme ça, à l'UMP et au PS (je crois que c'est encore pire au PS à cause de leur origine syndicalo-associative).

**********
(1) : on l'entendait souvent sur BFM comme «spécialiste des questions économiques du PS» mais elle était si péremptoire qu'elle a fini par lasser.

(2) : avant-hier, elle a prodigieusement agacé Jérôme Dédéyan sur BFM.


Aucun commentaire: