samedi, mars 15, 2014

Un singe en hiver (Théâtre de Paris)

Des décors et un jeu de scène excellents. De bons seconds rôles. Une adaptation pas trop mauvaise même si elle manque un peu de nerfs.

En revanche, Eddy Mitchell en M. Quentin ... Par moments, il donnait l'impression de réciter son texte. Malaise.

Quelle idée de s'attaquer à tel monument. Courage ou témérité ? Pour l'instant, témérité.

Allez, un petit dernier pour la route :


Aucun commentaire: