lundi, avril 07, 2014

Banqueroute, sortie de l'Euro et libéralisation : le cocktail magique (que, hélas, nous ne boirons pas)

Voici un article sur la banqueroute :

La banqueroute ou la mort ?

Je pense que le trio magique est :

● Banqueroute : liquidation des erreurs du passé et punition des créanciers qui ont encouragé le surendettement.

● Libéralisation : préparation de l'avenir et non-répétition des erreurs du passé (1).

●  Sortie de l'Euro : retour de la souveraineté monétaire.

Cette politique forme pourtant un tout cohérent (je ne détaille pas les arguments : en général, les commentateurs le font mieux que moi !).

La tentation est évidemment grande de sortir de l'Euro et de faire banqueroute pour éviter la libéralisation. C'est alors la recette sûre pour suivre la route de l'Espagne, de l'Argentine et de la Grèce vers la banqueroute à répétition.

Mais, comme sus-mentionné, mon programme est cohérent : la France se jette dans la mondialisation non pas comme un veau à l'abattoir mais comme un pirate le couteau entre les dents.

Cependant, je sais bien que cela n'arrivera pas : il n'y a pas de cojones et de matière grise pour cette politique. Et puis, elle suppose un goût de la vérité, sur notre «modèle social», sur l'Euro, qui est totalement inimaginable chez des politiciens qui considèrent que leur métier, c'est de mentir bien, avec aplomb.

Même si le surendettement et l'assistanat entretiennent la veulerie et la bassesse, il ne faut pas inverser les causes : le naufrage moral, la fuite devant l'effort, viennent d'abord, le surendettement n'est qu'une conséquence.


******************
(1) : la diminution très forte de l'immigration, qui est un boulet économique et social, et une menace pour notre civilisation, fait partie du programme de non-répétition des erreurs passées.

Aucun commentaire: