vendredi, juin 27, 2014

L'enfant comme objet de consommation : le progrès fait rage

Les conséquences vertigineuses de l'arrêt de la CEDH sur la GPA


La tentation d'utiliser l'enfant comme objet existe depuis la nuit des temps, d'où les affaires d'inceste et de pédophilie aussi vieilles que le monde.

C'était l'honneur de la civilisation que d'y résister, il est même de coutume de faire commencer la civilisation à l'interdit de l'inceste.

Mais pour cela il faut être un adulte qui a fait son deuil de certains pulsions. Or, nous vivons de plus en plus dans une société de gens bloqués à l'adolescence pour la vie (et qui sont un bonheur pour les manipulateurs de tout poil).

Je me retrouve en défenseur des enfants parce que je les respecte, je prends pour ce qu'ils sont : des enfants, ni plus ni moins. Je ne les sacralise pas, je ne les surinvestis pas, je ne les instrumentalise pas. Ce ne sont pas des rois, ce ne sont pas anges, ce ne sont sont pas des objets de désir, ce sont des enfants.

Je crois que le Mal se fait une telle place dans notre société qu'il est maintenant impossible de l'empêcher de devenir la loi.

En revanche, il est toujours possible aux individus de le refuser autant qu'il est en leur pouvoir : personne n'est obligé d'aller faire une GPA à Tartemuche-les-oies, on peut aussi se comporter en adulte et accepter qu'assumer son homosexualité, c'est aussi assumer de ne pas avoir d'enfants.

Et ainsi du reste.

Addendum

Comme le chien qui retourne à son vomi, le gouvernement a décidé de ne pas contester l'arrêt de la CEDH.

Aucun commentaire: