mardi, juillet 29, 2014

Islam, religion de paix ... jusque dans les supermarchés


Islam : ce que révèlent les livres prônant le djihad en supermarché

Tout ce texte est à lire, voici un extrait :

**********
La distinction entre « islam radical » et « islam soft » est sans fondement. Elle est l'effet des arrangements que nos sociétés occidentales tentent de trouver pour ne pas condamner les musulmans dans leur refus d'adopter nos valeurs et de se conformer à la manière que nous avons, nous Occidentaux, de concevoir l'organisation de nos sociétés.

Les musulmans appartiennent à une autre civilisation que la civilisation occidentale. Ils savent que leur civilisation a été plus forte que la nôtre dans le passé, au Moyen Âge, et on ne manque pas de le leur rappeler d'ailleurs. Par la suite, c'est notre civilisation, avec ses avancées extraordinaires aux plans scientifique et technique qui a pris le dessus. Ils nous rappellent que nous sommes allés les dominer pendant plusieurs siècles avec nos techniques et nos armes. Mais tout récemment ils sont parvenus à nous chasser des territoires que nous leur avions pris, et avec le pétrole ils disposent à présent d'une arme redoutable contre nous. Ces peuples qui considèrent que nous les avons soumis, humiliés, pillés en exploitant à notre compte leurs richesses, ont le sentiment que nous les méprisons: ils ont commencé dans la seconde moitié du XXe siècle à prendre leur revanche, et leur ressentiment à l'égard de l'Occident est très fort. Comment veut-on donc que ces musulmans qui viennent s'installer en Europe pour des raisons de commodité et de confort aient envie de quitter sentimentalement leur monde, c'est-à-dire leur civilisation, à un moment où celle-ci prend précisément sa revanche sur la civilisation occidentale, pour devenir «traîtreusement» des «Occidentaux»? Les musulmans ont le sens de l'honneur et ils trahiraient les leurs s'ils devenaient de bons Occidentaux.

Intégrer des musulmans dans une société occidentale qui a pour fondement le christianisme est une utopie. Les musulmans tiennent à conserver leur identité, et on ne peut pas le leur reprocher. C'est bien ce que leur recommande de faire un prédicateur comme Tariq Ramadan, un prédicateur qui a le succès que l'on sait. Il ne s'agit pas tant d'une affaire de religion que d'une affaire d'identité, et tout individu est prêt à lutter très fort pour défendre son identité. Y compris en y laissant sa vie s'il le faut ...

On pourrait dire de façon provocatrice que pour qu'un musulman devienne un vrai Occidental, il faut en fait qu'il se convertisse au christianisme [C'était l'opinion, intelligente, du père de Foucauld].Certes, les Européens sont en majorité agnostiques, mais même cet agnosticisme s'est construit avec une culture et une tradition judéo-chrétienne. Il faut appréhender les problèmes d'intégration avec les approches des anthropologues, et ne pas rester sur des idées simplistes. Le Coran dit aux chrétiens qu'ils sont dans l'erreur: comment donc des musulmans adopteraient-ils les thèses de ces gens que le Prophète a ordonné de combattre? Le message antichrétien est dans le livre saint de l'islam: il ne facilite pas l'intégration des musulmans dans nos sociétés occidentales, des sociétés fondées, il ne faut pas le négliger, sur les valeurs et les traditions chrétiennes.
**********

Je suis d'accord avec cette analyse.

Comme je l'ai déjà écrit, le djihad me semble une forme extrême d'islam, mais nullement une forme hérétique.

Tout ce qui est écrit dans cet article, la majorité des Français le sent d'instinct. Hélas, les Français ont perdu le droit de dire «non».

Tout cela se terminera donc en guerre civile entre religions, guerre qu'on peut encore éviter mais pas pour longtemps.

Guerre qui se terminera par une sanglante Reconquista. Pourquoi cette certitude en la victoire finale ? La foi d'abord, je crois en la puissance du christianisme, de l'idée chrétienne.

Ensuite, sans l'argent du pétrole, les musulmans ramèneraient beaucoup moins leur fraise. Or, des signes existent que, d'une part, le centre de gravité de production d'hydrocarbures se déplace, d'autre part, que les technologies de substitution, aux hydrocarbures maturent.

Aucun commentaire: