dimanche, novembre 16, 2014

Doit-on livrer les navires Mistral à la Russie ?

Puisque tout le monde donne son avis sur ce sujet, moi aussi.

Ma réponse est oui. La France doit honorer sa parole et livrer les Mistral.

Cela n'empêche nullement le gouvernement français de sanctionner la Russie sur d'autres sujets si tel est son bon plaisir.

Je dois préciser deux points en toile de fond de mon opinion :

  • je ne suis pas poutinolâtre mais je n'ai pas non plus d'hostilité prononcée vis-à-vis de Vladimir Poutine. Je partage l'avis de l'Amiral Woland sur Poutine. De plus, la Russie ne se résume pas, sur le long terme, à Poutine. Je trouve le lâche alignement atlantiste du gouvernement Hollande particulièrement dommageable pour notre pays : la géographie et les relations commerciales font que les intérêts de la France et ceux des Etats-Unis à propos de la Russie ne convergent pas, voire divergent franchement. C'est à notre gouvernement d'imaginer une politique spécifiquement française. Hélas, nos gouvernants et l'imagination, ça fait deux (à part pour les mensonges et les bavasseries technocratiques).
  • on me dit que Poutine ouvre la boite de Pandore des revendications nationalistes ou ethniques. C'est vrai : si on accepte le rattachement de la Crimée au nom du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, pourquoi pas demain l'indépendance de la Catalogne, de l'Ecosse ou de la Bretagne ? Mais vous connaissez la théorie, que je reprends à mon compte, disant que la quasi-gratuité et l'abondance de l'information favorisent les petites entités nationales (Singapour, Suisse, Nouvelle-Zélande, etc.). Cet éclatement micro-nationaliste me semble donc, non pas inéluctable, mais très probable.  La régionalisation de la France m'effraie si le résultat est d'avoir des régions éclatées sous la coupe des bureaucrates de Bruxelles, mais si c'est pour avoir des régions vraiment libres, pourquoi pas ? Reste la question de la puissance militaire et diplomatique, qui dépend encore de la taille du pays. Mais Venise par le passé, Singapour et la Suisse aujourd'hui prouvent que lorsqu'on est très riche, on peut se payer les moyens de se défendre.

Aucun commentaire: