dimanche, novembre 16, 2014

Marie Heurthin

J'ai toujours peur en allant voir ce genre de films de tomber sur du pathos de mauvais aloi. Hé bien non, c'est finement mis en scène sans oublier de légères touches d'humour. Cela rappelle évidemment Helen Keller et Miracle en Alabama.

On remarquera aussi que, dans ce film, les religieuses ne sont pas traitées comme des demi-folles frustrées et aigries, ça change du cinéma subventionné «à la française».

Notons, pour ceux que les questions d'éducation intéressent, que le pédiatre Aldo Naouri cite Miracle en Alabama comme exemple d'éducation réussie.

Tant que ses parents traitent Helen Keller, aveugle et sourde, comme une pauvre petite chose digne de pitié et lui cède tout sous prétexte de son handicap, elle se comporte en sauvageonne et n'apprend rien. A partir du moment où une éducatrice la détache de ses parents et se montre exigeante avec elle, le miracle se produit.



Aucun commentaire: