dimanche, novembre 23, 2014

La désinformation telle qu'elle va : l'exemple du bouquin de Zemmour

Pour désinformer, les medias n'ont pas besoin de mentir. Il suffit qu'ils fassent un tri très particulier et «bien» orienté des informations qu'ils diffusent.

Prenons l'exemple du dernier livre d'Eric Zemmour : les attaques (il ne s'agit pas de débats mais bien d'attaques partisanes) des pourritures des medias (Salamé traitant Zemmour de «juif honteux» et Bourdin lui demandant en toute fin d'entretien s'il est révisionniste) ont été concentrées sur une prétendue réhabilitation de Vichy et, accessoirement, sur l'anti-féminisme zemmourien.

Non seulement les opinions d'Eric Zemmour sur ces sujets ont été présentées de manière très tendancieuse, mais ces sujets ne font que, en gros, trois chapitres sur quatre-vingt.

Bien sûr, ils sont importants dans la démarche intellectuelle d'Eric Zemmour, mais pas plus que d'autres.

On remarque par exemple le silence total des medias sur le chapitre concernant Louis Schweitzer , qui est sans doute le plus décapant de l'ouvrage.

Celui qui se fierait aux medias pour juger le livre de Zemmour en ressortirait avec l'impression qu'il s'agit d'un livre aux trois-quarts obsédé par la réhabilitation du pétainisme et un quart par la misogynie.

Dans le même ordre d'idées du tri sélectif des informations : on nous en a fait une batteuse à répétition du décès d'un jeune crasseux lors d'une émeute à propos d'un barrage sans importance, en revanche, deux lignes pour la mort du sergent-chef Dupuy au Mali.


Aucun commentaire: