samedi, décembre 06, 2014

Lettre d'une enfant de la guerre aux enfants de la crise (E. Sullerot)

Livre passionnant (conseillé par Eric Zemmour), non pas tant pour son contenu, qui ne surprendra aucun des lecteurs de ce blog, que par son auteur.

Evelyne Sullerot a 89 ans. Elle est l'une des fondatrices du planning familial français. Donc pas vraiment une droitière basse du front.

Que nous dit-elle ?

Avoir 15 ans en 1940 n'était pas plus rose qu'avoir 15 ans en 2014. On se lamente sur le sort des jeunes, prétendument contraints à l'exil, mais la France n'est pas un pays qu'on quitte, c'est un pays pour lequel on se bat.

Elle est choquée par la baisse dramatique du niveau de langue des jeunes Français, qui les empêche d'exprimer leurs émotions avec finesse, de nouer des relations complexes, de gouter pleinement les beautés de notre culture, d'en hériter et de la transmettre à leurs enfants. Elle poursuit cette réflexion à propos de la musique abrutissante au kilomètre.

L'individualisme forcené, exprimé par le divorce de masse, détruit les familles, fait souffrir les enfants, non seulement psychologiquement et scolairement, mais aussi physiquement. On cache ces vérités bien connues des professionnels pour ne pas se mettre à dos les millions de divorcés qui sont aussi des clients et des électeurs.

Elle assassine au passage la théorie du genre et le «on ne nait pas femme, on le devient» de cette grognasse de Beauvoir.

Elle se paye même le luxe de souligner le contraste avec les populations immigrées et d'en déduire un conflit inévitable.

Ce réquisitoire implacable est connu. Néanmoins, j'ai envie de demander à cette dame si les principes et les comportements qu'elle a promus, en toute bonne foi -je n'en doute pas, n'auraient pas une étroite parenté avec ces folies ?

D'autant plus qu'elle reste, dans ses propos économiques, clairement socialiste.

Aucun commentaire: