lundi, janvier 12, 2015

Comme un capo ou un kapo ?

Je ne suis pas aussi versé que Curmu dans les nuances des muzemanies mais je connais l'histoire.

L'islam n'est une religion de paix qu'à deux conditions :

1) les musulmans s'entendent entre eux.

2) les musulmans sont dominateurs et peuvent opprimer sans restriction les non-musulmans.

Si une de ces deux conditions n'est pas remplie, l'islam, c'est la violence déchaînée.

De toute façon, dans le meilleur des cas, l'islam est une religion de paix entre musulmans.

Curmudgeon :

Et s'il n'y avait que le Coran... Je ne me lasserai pas de le répéter, pour savoir ce que sont les conceptions de l'islam, il faut faire ce que les oulémas disent qu'il faut faire : connaître le Coran (compte tenu de l'abrogation de certains versets) ET la Sunna du Prophète. Après, il y a les développements du fiqh (jurisprudence), etc.

Pour prendre un exemple qui, personnellement ne me pose pas de problème (il en pose à certains), l'obligation de la circonsision, sur laquelle pratiquement tous les savants sont d'accord (elle est obligatoire, quelques-uns disent fortement recommandée), ne fait l'objet d'aucune stipuilation du Coran (alors qu'elle est expressément prévue dans la Tora pour les juifs). Le Coran est totalement muet là-dessus. Ce sont des hadiths qui specifient la chose.

Autre exemple : les stipulations vestimentaires pour les femmes (voile ou autre). Il y a un ou deux passages du Coran là-dessus, mais il y a un problème d'interprétation d'un mot, et il est difficile d'en tirer des conclusions absolument claires. Donc, comprendre l'islam dans la doctrine qui génère les comportements que nous savons, ça oblige à connaître la Sunna, et les développements qui en résultant de la part des juristes. En ce qui concerne la violence, il n'y aucun doute qu'il existe un grand nombre de versets du Coran appelant à la violence, mais en plus les hadiths et l'exemple du Prophète tel qu'il apparaît dans la Sira, et donc en fait dans l'ouvrage d'ibn Ishaq (car sinon, à date ancienne, on ne dispose de rien, en dehors des hadiths), ces dodonnées de la Sunna ne font qu'empirer les choses.

Remi Brague vient de rappeler (mais l'écoutera-t-on) quels furent les meurtres commandités par Mahomet, tel que les rapporte ibn Ishaq. On a pratiquement des contrats de capo dei capi sur la tête d'un rival ou d'un type qui refuse de payer la protection. J'exagère à peine. Il faut le lire pour le croire. La scène de torture de Kinana est atroce. Or ne jamais oublier que Mahomet est le Beau Modèle. Pour bien voir qui est ce beau modèle, le Coran ne suffit pas, et de loin. Il y faut la Sunna.

Donc les experts-minute qui ont lu trois versets du Coran, ça commence à bien faire. Ce sont ceux-là qui pérorent à la télévision, nous dispensent leurs leçons de morale et d'étiquette multi-culturelle, comme des messieurs qui s'adresseraient à des bouseux. Leur assurance n'a d'égale que leur ignorance. On s'étonne ensuite que toute action soit paralysée.

12:07 p.m., Monday Jan. 12

Aucun commentaire: