mardi, janvier 13, 2015

Irénisme occidental vis-à-vis de l'islam : le problème de l'aveuglement dogmatique

La violence intrinsèque à l'islam ne fait aucun doute, et pourtant ...

Quelquefois, quand vous expliquez à quelqu'un que l'islam fout le bordel partout où il passe, non seulement dans les pays occidentaux, mais aussi au sud de la Russie, en Chine, en Thailande, en Afrique, contre des chrétiens, mais aussi contre des bouddhistes, des animistes et des confucianistes et même entre musulmans et que ce quelqu'un vous explique qu'il ne s'agit que d'une dérive qui n'a rien à voir avec l'islam véritable (qu'il connait, lui) et vous sort l'argument débile de l'infime minorité (pas si infime que ça, d'ailleurs), comme si l'histoire était faite par autre chose que les minorités, vous avez envie de lui flanquer des beignes à toute volée et à répétition en lui hurlant hystériquement :

«Mais tu as de la merde dans les yeux ou quoi !»

Vous êtes même tenté d'y ajouter de violents coups de pied et un coup de boule part de votre poitrine (le coup de boule, ça part de la poitrine). Exemple :



Les comperes - Coup de boules par Thomas620

On peut aussi envisager les choses comme ça :


Le professionnel - Le croissant, c'est pour mon... par scupa

 Bref, les islamo-béats et les islamo-niais vous énervent.

Rassurez vous. C'est une réaction très naturelle. Elle est même saine. Pas la peine d'aller voir un médecin.

Vous n'êtes pas seul : Le deuxiéme choc

Ce phénomène d'aveuglement est bien connu. On l'avait déjà avec le communisme.

C'est pourquoi il est intéressant de se référer à ce que les anciens communistes ont pu écrire. Quand ils sont dessillés, c'est toujours un déchirement soudain, comme un rideau qui tombe, un coup de massue sur la tête, ils sanglotent comme des gosses à qui on explique brutalement que le Père Noël n'existe pas.

Ils parlent tous de conversion religieuse. On attend la conversion des islamo-niais à la lucidité.

Quels enseignements ?

  • cette conversion est intérieure. On peut accumuler les éléments pour l'aider mais on ne peut pas la provoquer. L'élément déclencheur est toujours intérieur et mystérieux. On s'est menti et on a ignoré tous les signaux pendant vingt ans, pourquoi, soudain, ne peut-on se mentir un jour de plus ?
  • les vrais croyants étant allés au bout de leur conviction se convertissent plus complètement que les compagnons de route qui se sont arrêtés en chemin. Vous ferez plus facilement un anti-communiste primaire d'un ancien coco que d'un compagnon de route ou d'un idiot utile.
  • consciemment ou inconsciemment, on est soutenu par l'idée qu'on va dans le sens de l'histoire. Un des éléments de la conversion est que cette illusion tombe.
  • il faut discuter avec les aveuglés mais sans se faire d'illusions, vous n'obtiendrez pas de résultat immédiat. Demain, après-demain, dans dix ans, il ouvrira les yeux et ce que vous lui avez dit l'aura aidé inconsciemment. Ou peut-être n'ouvrira-t-il jamais les yeux et mourra aussi con qu'il a vécu. C'est pourquoi il ne faut pas baser une politique sur la conversion des imbéciles à l'intelligence. Les imbéciles, il faut les circonvenir, les acheter, les attendrir, les ignorer ou, en désespoir de cause, les faire taire.


Il me semble que, dans le cas spécifique des aveuglés de l'islam, le moteur psychologique est la peur. Reconnaître que la violence de l'islam n'est pas un malencontreux artefact mais qu'elle est constitutive de cette religion, c'est admettre, même implicitement, que nous sommes en guerre. Et cette notion est étrangère à des gens élevés depuis quarante ans dans l'idée que seuls les désirs individuels comptent et que nous nous dirigeons ves la paix consumériste perpétuelle, ce qu'on a appelé la fin de l'histoire.

Thomas Sowell oppose deux visions : la Vision des Elus, en gros celle de la gauche progressiste, et la Vision Tragique, celle des conservateurs.

Or, admettre la violence intrinsèque de l'islam, ce n'est pas une simple opinion, comme de décider s'il faut augmenter le SMIC de 1 % ou de 2 %, c'est un changement complet de vision, c'est passer de la Vision des Elus à la Vision Tragique, autrement dit cesser d'être progressiste. Car c'est bien de cela qu'il s'agit : admettre qu'une religion, violente depuis 14 siècles, est toujours conquérante en 2015, c'est remettre en cause l'idée de Progrès humain. On remet cette notion à sa vraie place, celle d'une illusion. On comprend alors pourquoi franchir ce pas est si difficile pour certains, aussi nécessaire que cela soit.

Chez les catholiques, cet aveuglement dogmatique frappe au plus haut niveau : Looking at Islam Through Catholic Eyes

A contrario, il y a des non-musulmans qui avouent sans difficulté la violence de l'islam, et, même, qui l'exaltent. Ce sont les nazis et leurs copains. Hitler aurait dit sa préférence pour que les Allemands fussent musulmans plutôt que chrétiens, ils auraient été plus combatifs.

Cette photo n'est pas assez connue dans le grand public :




Aucun commentaire: