vendredi, janvier 09, 2015

Des heures sombres

Le fond de ma pensée est chargé de malaise. Nous serions face à un moment d'unité nationale, de rassemblement sacré autour du massacre de Charlie hebdo. Mais comment ne pas le dire, les questions fourmillent dans mon esprit sur l'après attentat. Qu'il y a-t-il derrière la façade? En quoi les partis politiques sont ils habilités à organiser une manifestation dimanche? Charlie Hebdo ne les a pas épargnés dans ses caricatures, y compris le PS et son leader... Au nom de quoi, de qui? Quelle légitimité? La polémique qui s'est développée depuis hier autour de la participation de telle ou telle formation est lamentable. Face à un tel drame, ce sont des personnes qui manifestent en leur âme et conscience, pas des partis politiques! Qui dit parti dit politisation. Or la politisation est insupportable en pareil contexte. Ils parlent d'union et ils répandent la polémique, la déchirure. Vient à un rassemblement qui le souhaite, personnellement, en son âme et conscience. Le temps n'est pas à la polémique! Cette classe politique se mêle de tout, sauf de ses devoirs, et ne respecte rien. Et puis, est-on bien sûr que l'indignation affichée par certains ne recèle pas, au fond, une effroyable et secrète jubilation de politiciens qui par exemple pensent, voire disent ouvertement: "ce sont nos idées qui triomphent et nous allons encore monter, gagner des voix"? Est-on bien sûr, de même, qu'au-delà des gestes et des postures - autour du thème de l'union nationale par exemple - ne se trouve pas en filigrane, à gauche comme à droite, quelque arrière-pensée même bien enfouie? Où est le mot RESPONSABILITE? Je ne l'ai pas vu ni entendu une seule fois depuis hier, j'entends responsabilités sur plusieurs décennies car un tel massacre n'est pas totalement fortuit, il a bien des raisons, des causes directes et indirectes, des explications profondes, pas seulement dans l'Etat d'ailleurs, mais dans la société, l'air du temps, l'idéologie... Ne sommes nous pas en train d'assister à une fuite en avant dans le déni et l'hypocrisie? Bref, au lendemain de cette abominable tuerie, rien ne se passe correctement. J'en profite pour remercier sincèrement les intervenants sur mon dernier billet pour la modération de leurs propos et leur refus des amalgames entre l'islamisme radical et les musulmans de France dans leur ensemble. Et aussi Jeannette Bougrab, dont l'intervention avait l'accent le plus juste et le plus sincère de tout ce que j'ai entendu jusqu'à présent.

http://video.lefigaro.fr/figaro/video/jeannette-bougrab-mon-compagnon-est-mort-assassine-parce-qu-il-dessinait-dans-un-journal/3978113424001/

Maxime TANDONNET

Aucun commentaire: