jeudi, mars 19, 2015

Apollinaire

Aimer Apollinaire n’est vraiment pas original : Hugo Pratt, Jean Raspail et Antoine Blondin s’en sont servi dans leurs œuvres.

Une idylle s'ébauche entre les deux jeunes gens (ils sont nés tous deux en 1880). […] Il y retourne en mai 1904, mais s'y heurte au refus de la jeune fille.

Peu de temps après, Annie Playden quitte l'Angleterre et s'installe aux États-Unis. Elle y fut retrouvée cinquante ans plus tard par des spécialistes d'Apollinaire, devenue Mrs Postings. Elle n'avait aucune connaissance de la destinée de son soupirant, qu'elle ne connaissait que sous le nom de Wilhelm Kostrowicki et qu'on appelait « Kostro ».

Je ne puis m’empêcher de penser que cette dame a raté sa vie, et pourtant je ne connais rien de sa vie sans Apollinaire. Une illusion romantique de ma part.



Aucun commentaire: