lundi, avril 27, 2015

2017 : pourquoi François Hollande va gagner et pourquoi ce n'est (presque) pas pire qu'autre chose

2017 : Pourquoi François Hollande n'a pas encore perdu

Je suis plus radical que l'article en lien : mon pronostic est que François Hollande va être réélu en 2017.

En effet, il y a toujours un élu à la fin. La question n'est donc pas d'aimer François Hollande dans l'absolu, mais de mépriser cette raclure un peu moins que les autres ordures qui s'opposeront à lui.

Or, François Hollande a deux énormes atouts :

  • un socle clientéliste de bons-à-rien, de feignasses, de nantis du système, de profiteurs de tout poil, d'arcboutés sur leurs avantages exquis, de naïfs, de cons, qui ne le lâcheront pas. Il faut vraiment se comporter comme ce couillon de Jospin pour ne pas passer le premier tour quand on est socialiste.
  • une presse toujours inclinée en sa faveur (imaginez le traitement de Sarkozy par la presse s'il avait eu les mêmes histoires). Ce fut son principal atout en 2012, cela le sera de nouveau en 2017. Ce mollusque inodore et sans saveur est le candidat idéal pour les journalistes, qui sont sans personnalité, sans intelligence et sans droiture.
Est-ce si grave que François Hollande soit réélu ?

Tous les candidats susceptibles de le vaincre, Sarkozy, Juppé, Bayrou, mèneraient la même politique : européiste, immigrationniste, soumise à l'islam, capitaliste de connivence, atlantiste, progressiste, clientéliste, rentière ... Même Marine Le Pen, reniant son père, penche dans ce sens conformiste. Tous ont des projets par catégories de Français, aucun n'a de projet pour la France. Ou plutôt si, ils ont un projet implicite qu'ils n'osent articuler à haute voix  : la France est morte, noyons la dans l'Europe technocratique, noyons la dans l'Humanité basanée,  dans le marché mondialisé, dans l'OTAN américanisé.  Qu'on en finisse une bonne fois pour toutes avec cette emmerdeuse qui n'en finit pas d'agoniser ! L'euthanasie pour tous, commençons par euthanasier la France.

La seule différence avec François Hollande est, comme nous l'avons vu, que le «progrès», c'est-à-dire le nihilisme décadent et mortifère, irait plus vite. C'est juste une question de vitesse, pas de direction. C'est du second ordre, même si c'est important.




Aucun commentaire: